Si les combats avaient continués sur le front des Alpes

Et si l'histoire s'était passée autrement ?

Re: Si les combats avaient continués sur le front des Alpes

Message par vini » 03 Mai 2010, 20:34

ha!! je ne connaissait pas l'histoire de la "bataille de l'armoire a glace"!! :lol!: :lol!:
quelle efficacité !! :cheers: je sais je suis critique envers nos marins mais ils nous l'on malheureusement prouvés + d'une fois helas pour eux!!
par contre ta remarque EKAERGOS sur le manque d'aeronavale italienne et juste, nous en discutions avec Tuche et Fredl109 il y a quelques temps et nous en etions arrivé au meme conclusions: meme si une marine a de puissants bateaux sans appuis aerien elle n'est rien!! elle est aveugle, devient une proie facile et ne peut porter de coup a l'adversaire au dela de l'horizon!!! c'est malheusement le constat pour la Regia Marina. la Kriegsmarine a faillit avoir les memes problemes, heureusement qu'elles avait des amiraux qui ont su resister a Goring!
Avatar de l’utilisateur
vini
Maggiore
 
Message(s) : 288
Inscription : 04 Août 2008, 00:00

Aéronavale

Message par capu rossu » 03 Mai 2010, 21:37

Vini,

Lors de la percée allemande dans le Nord-Est, le généralissime Gamelin ordonna que l'aviation attaque les colonnes de panzers qui progressaient sans aucune opposition ou presque et que l'on coupe les ponts sur l'Oise qui n'avaient pas été détruits.
Comme l'Armée de l'Air n'avait pas de bombardiers en piqué : quelques années auparavant, ses grands chefs avaient déclaré que "le bombardement en piqué était une utopie", le général Vuillemin se retourna vers l'amiral Darlan.
Les escadrilles de bombardement en piqué de l'Aéronavale (AB 2, AB 3 et AB 4) y allèrent sans protection de chasse car l'Armée de l'Air n'a pu en fournir. Inutile d'ajouter que la Luftwaffe et la Flak qui assuraient la garde de ces ponts les attendaient de pied ferme : pourtant les Pingouins (surnom des gars de l'Aéronavale) attaquèrent quand même : l'opération fut un échec et la moitié des appareils engagés (Loire Nieuport 401, Loire Nieuport 411 et Chance Vought 156 F) ne rentra pas.
Pour ralentir les panzers qui se dirigeaient vers Calais, ceux sont encore les Pingouins qui se dévouèrent. Comme les bombardiers en piqué étaient engagés sur l'Oise, ceux-sont les hydravions torpilleurs Latécoère 198 qui le firent. L'opération fut elle aussi un échec :
Plusieurs appareils ne virent rien car on les avait envoyé sur des zones vides d'ennemis tant les renseignements fournis par l'Armée de Terre étaient imprécis. Quant à ceux qui purent les découvrir, ils n'eurent que peu de succès : d'une part le Laté 198 n'étaient pas des appareils conçus pour bombarder un char ou un véhicule semi-chenillé et d'autre part, les pilotes n'étaient pas formés à ce genre d'attaque.
Néanmoins, ils y allèrent sans rechigner tout en sachant qu'en cas de rencontre avec un Bf 109 ou un Bf 110 ils n'avaient aucune chance de s'en sortir et que touché, un atterrissage de fortune leur était interdit.

@+
Alain
Avatar de l’utilisateur
capu rossu
Sottotenente
 
Message(s) : 141
Inscription : 26 Octobre 2009, 00:00

Re: Si les combats avaient continués sur le front des Alpes

Message par vini » 03 Mai 2010, 23:06

effectivement devant l'impreparation general et l'incurie des politiques et hauts gradés, notre armée étaient preparé pour une guerre façon 14-18, mais certainement pas pour une guerre de mouvement!!! si bien que l'on envoya a la mort des equipages aguerris dans des missions pour lesquels ils n'etaient pas formés avec des appareils impropre a la dites mission. voir les venerables Amiot 143 aller bombarder en plein jours ou les LéO 451 faire du chasse panzer, c'etait vraiment du n'importe quoi!!! pendant ce temps la, on envoyé bombarder Berlin par un avion de transport modifier en bombardier avec des tonnes de ......................tracts en papier!!! pauvre France!! le declin avait déja sonner. helas pour nous!!
Avatar de l’utilisateur
vini
Maggiore
 
Message(s) : 288
Inscription : 04 Août 2008, 00:00

Re: Si les combats avaient continués sur le front des Alpes

Message par fredl109 » 03 Mai 2010, 23:40

Ekaergos, Capu Rossu, Vini, merci de vos commentaires, je voudrais ajouter ceci au sujet de la coopération marine et aviation italienne, c'est que l'état major italien n'a pas cru bon d'installer des radios a bord de ses appareils, et lorsque ceci en étaient équipés, ils ne pouvaient pas communiquer avec la flotte car les appareils radios ne le permettaient pas, ont comprend mieux alors, que malgrés une flotte de sous marins importante et de navires de surface, le peu de résultats obtenus par les sous marins italiens et les navires, c'est la différence majeur avec les sous marins et les navires de surfaces allemands. Ce manque de vision globale de la part de l'état major italien, coutera la vie de plusieurs milliers de marins italiens sacrifiés sur l'autel de l'incurie.
Amitiés fred :D :D :D :D
fredl109
Maresciallo d'Italia
 
Message(s) : 1062
Inscription : 28 Juin 2009, 00:00

Re: Si les combats avaient continués sur le front des Alpes

Message par fredl109 » 16 Mai 2010, 22:30

EKAERGOS a écrit :Bonjour

Alors ,pourquoi une telle absence en Juin 40 ? Volonté avant-guerre de ne pas froisser la Grande-Bretagne ,la "Royal Navy" en particulier, trés attentive à tout ce qui pouvait menacer la "Route des Indes" ? (Un des "axiomes" de la politique étrangère britannique...)


Bonjour Ekaergos, y aurait'il eu un accord en sous main avec les autorités anglaises de l'époque, est ce envisageable quand on sait que Mussolini et Churchill correspondaient?
fredl109
Maresciallo d'Italia
 
Message(s) : 1062
Inscription : 28 Juin 2009, 00:00

Re: Si les combats avaient continués sur le front des Alpes

Message par EKAERGOS » 16 Mai 2010, 22:51

C'est d'autant plus possible quand tu penses que les Britanniques ont négocié directement avec les allemands quand ceux ci réarmèrent en 1935, en n'entendant pas respecter les limitations du Traité de Washington. Cet accord bi-latéral dont j'ignore dans quelle mesure les français furent tenus au courant fixa à35% du tonnage de la "Royal Navy" le tonnage de la future "Kriegsmarine".
A cette époque l'Amirauté Britannique s'inquiétait beaucoup plus de la Flotte Française ! Cette inquiétude ne commença à se dissiper qu'après Mers-el-Kébir en 1940 et disparut complètement après Toulon fin 42.
Pour en revenir à l'Italie ,sans parler des batiments de surface et d'éventuels Porte-Avions longs et couteux à réaliser pour un pays comme l'Italie, il est à remarquer comme je l'ai déjà dit, que malgré l'intérêt du régime pour l'Aviation celui ci a été incapable de réaliser dès le temps de paix ,sinon "une aviation stratégique", du moins une Aviation susceptible de jouer un role important en Méditerranée depuis ses bases de l'Italie continentale et insulaires ou de ses possessions plus lointaines (ASI et Dodécanèse).
EKAERGOS
Generale di brigata
 
Message(s) : 480
Inscription : 08 Décembre 2008, 00:00

Re: Si les combats avaient continués sur le front des Alpes

Message par fredl109 » 18 Mai 2010, 23:21

En te lisant Ekaergos ainsi que Capu Rossu et Vini, on s'apperçoit et on se demande pourquoi en fin de compte nos deux nations (l'Italie et la France) se sont fait la guerre, trés courte comme on la vue,n'aurait'il pas mieux value un accord ou un pourparler plutôt que cette éspèce de combat dont les Italiens ne sortirent pas vainqueur, ni les français d'ailleur, je dis cela, car une entente Italo-Française contre l'Allemagne aurait'elle put se faire, et qu'est ce qui a empeché un raprochement de nos deux nations, auriez vous une explication.
Amitiés Fred :D :D :D :D
fredl109
Maresciallo d'Italia
 
Message(s) : 1062
Inscription : 28 Juin 2009, 00:00

Précédent

Retour vers Uchronie

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité