l'aviation ethiopienne en 1935

Section consacrée à la conquête de l'Éthiopie par l'armée italienne entre 1935 et 1945.

l'aviation ethiopienne en 1935

Message par Didier » 28 Août 2011, 16:20

L’aviation Ethiopienne. (reprise d'une partie d'un article de Fabrice Thery)

L’aviation éthiopienne est née sous l’impulsion française en 1929. A cette époque, Haïlé Sélassié Ier ne pouvant sans risque faire appel à la Grande Bretagne ou à l'Italie, fait entrer en concurrence la France et l'Allemagne.
Les industriels français intéressés par ce potentiel commercial sont actifs, surtout Potez, Lorraine et Hispano-Suiza. Le français est à l’époque la première langue étrangère parlée en Ethiopie alors qu’il ne se trouve sur son territoire qu’environ 400 ressortissants de ce pays. La France dispose d’une position privilégiée du fait de ses intérêts à Djibouti. Pour les protéger, elle a plusieurs fois soutenu l'Éthiopie contre des initiatives diplomatiques de la Grande-Bretagne et de l'Italie, notamment sur le commerce des armes. Elle est aussi en train de réaliser la seule liaison ferroviaire du pays, reliant Addis-Ababa à Djibouti et ouvrant la route de la mer à l'Éthiopie, entourée par les possessions britanniques et italiennes. Mais, à côté de ses intérêts commerciaux, la France n'a pas la volonté politique de contrarier les ambitions italiennes. Face à la montée de la menace allemande en Europe, le gouvernement français veut se concilier les bonnes grâces de l'Italie et, dans ce contexte, l'indépendance éthiopienne pèse peu.
De plus, la volonté du Négus d'affirmer la souveraineté d'un pays africain n'est pas toujours bien vue : elle est perçue comme une menace potentielle pour la sécurité de la "Côte Française des Somalis" comme le montre la crise franco-éthiopienne de 1933.

Face à cet enjeu, la solidarité et l'implication personnelle des pilotes et mécaniciens français envoyés à Djibouti comptent peu. Les cadres qui vont former la future aviation éthiopienne seront des aventuriers, ou d’anciens pilotes mis en congé sans solde ou à la retraite, s'exprimant souvent à contre-courant de la politique de leur gouvernement. Ces pilotes et mécaniciens français parmi lesquels on trouve André Maillet, Paul Corriger (tous deux anciens sous-officiers pilotes), Picaper et Valade seront vite rejoint par Jacques de Sibour et Gaston Vedel, ancien pilote de l’Aéropostale, ainsi que par deux pilotes allemands, le Baron von Engel et le Comte Schatzberg. Ceux-ci seront bientôt renvoyés après l’accident de leur Junker qui provoquera la mort du Ras Nado, oncle de l’Empereur, fin 1929. Vedel est chargé de la formation des pilotes éthiopiens. Maillet, Corriger et de Sibbour vont même intervenir contre la rébellion menée par le Ras Gugsa Wolie, en mars 1930 (largage de tracts et d’une bombe).

Le Negus prend conscience de la nécessité de disposer rapidement de pilotes éthiopiens. Il désire transférer l’école de pilotage d’Akaki créée par l'équipe française, dont L'environnement montagneux se prête assez mal au bon déroulement des vols. Celle-ci part s’installer à Djidjiga, à 500 km d'Addis-Ababa où arrivent également de nouveaux pilotes dont un russe Michka Babitcheff et le premier pilote éthiopien formé, Asfaw Ali. La chasse éthiopienne est bientôt crée mais elle ne compte que trois appareils Potez 25 désarmés, du fait des conventions internationales interdisant à l’Ethiopie l'achat d'armement moderne. Elle est commandée par un pilote britannique, Hubert Fontleroy Julian dont les prouesses acrobatiques ont époustouflé le Négus. Celui-ci lui a accordé la nationalité éthiopienne et le rang de Colonel. Téméraire et jugé trop turbulent, il est bientôt relégué à des tâches d'entraînement des troupes au sol. Il finit par être exilé dans le Nord comme gouverneur militaire de la ville d'Ambo, après une bagarre avec Robinson. Il quitte définitivement l'Ethiopie en novembre. Après une crise franco-éthiopienne qui a vu Maillet, remplacé à la tête de l’aviation éthiopienne par Corriger puis par Weber, un pilote allemand qui devient le pilote personnel du Négus, les relations entres les deux pays paraissent s'améliorer. En septembre, l’Empereur se voit proposer la formation en France de 50 pilotes éthiopiens, tandis qu'une visite du ministre d'Abyssinie à Paris au Ministre de l'air voit se profiler le programme de création d'une escadrille éthiopienne. Mais finalement, privilégiant l'équilibre des forces en Europe, le Gouvernement français joue le renforcement de la relation franco-italienne, ce qui interdit tout soutien concret à l'Ethiopie. A l’été 1935, l'arrivée des volontaires étrangers se développe dans la perspective de la création d'une escadrille de combat mais les appareils militairement utilisables n’arrivent pas.

A la veille de son entrée en guerre, l’Ethiopie dispose donc d’à peine 13 appareils d’entraînement ou de transport en état de vol. Les avions qu’elle recevra pendant le conflit auront tous une vocation de transport sanitaire.
Un comte Suédois, Carl Gustaf Ericsson von Rosen met également ses talents de pilote au service de la croix Rouge éthiopienne. Partit de Djibouti, à bord d’un Heinkel HD.21, il se pose en Ethiopie en décembre 1935. Son appareil est aussitôt repeint aux couleurs de la Croix Rouge éthiopienne et il se voit confier le pilotage du Fokker VIIa « Abba Kagnew ». Il accomplira de très nombreuses missions de secours dans des conditions particulièrement dangereuses. Il recevra des brûlures dues au gaz ypérite utilisé sur le champ de bataille. Durant la campagne, la petite aviation éthiopienne sera totalement annihilée ou capturée par la Régia Aéronautica.

Avions utilisés par l’Ethiope 1935 – 1936.

2 Beechcraft Staggerwing
1 Breda Ba.15
1 De Havilland DH.60 Moth
1 De Havilland Dragon DH.84 (Croix Rouge)
1 Farman 192
1 Farman 190 converti en F192
2 Fokker F.VIIa (Portent le nom de « Abba Dagnew » et « Abba Kagnew ». (Abba Kagnew servit d’ambulance)
1 Fokker F.VIIb (Tansport personnel du Négus, utilisé aussi par les missions de la Croix Rouge)
1 Heinkel HD.21 (Croix Rouge)
1 Junkers W33c
5 Potez 25
1 Weber Meindl van Nes A.VII (Ethiopia 1)

Breda Ba.15
Image

Potez 25
Image

Junkers W33c
Image

Fokker F.VIIa
Image
Didier
Generale d'armata
 
Message(s) : 903
Inscription : 24 Août 2011, 00:00
Localisation : Mouthiers-sur-boëme (16)

Retour vers L'invasion de l'Ethiopie 1935-36

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron