Dernières mises à jour

Se connecter

Opérations»Afrique du Nord»Offensive sur Tobrouk
jeudi, 26 avril 2012 22:26

Offensive sur Tobrouk

Ecrit par 

Diorama d'Aymeric Lopez au 1/72

 

Le contexte

Après l’opération Crusader (fin 1941-début 1942), les routes méditerranéennes sont plus sûres pour les convois de l’Axe. La division blindée Ariete du général De Stefanis peut donc recevoir en renfort le III° gruppo autoblindato Nizza Cavalleria, le IV° Bataillon antichar Granatieri di Sardegna et surtout deux groupes, les DLI° et DLII°, de semoventi da 75/18 (soit 16 canons d’assauts, plus 8 chars de commandement).

Le 21 janvier 1942, les troupes de l’Axe repartent à l’offensive, et l’Ariete (dont les effectifs ne sont pas encore au complet), accompagnée entre autres de la division Trieste, gagne Agedabia dans la nuit. L’avance est rapide et surprend les anglais : l’Ariete entre dans Antelat le 25 janvier, dans Soluch le 28, Benghazi le 29, et Barce le 31, capturant un matériel important.

Le 8 février, toutes les contre-attaques anglaises échouent. L’ennemi est surpris par la puissance de feu des nouveaux semoventi. Le 15 mars, la division passe sous le commandement du XX° Corpo d’Armata, et se dirige sur la piste El Mechili-Derna.

L’assaut sur le secteur d'Ain el Gazala est lancé le 27 mai. L’Ariete livre de féroces combats contre la 3ème Brigade Indienne à Roughett el Atasch et parvient à s'emparer des positions ennemies à la fin de la journée, en faisant un millier de prisonniers. La ligne de défense El Gazala-Bir Hakeim est franchie le 12 juin. Après l’attaque sur Bir el Gobi, l’Ariete avance sur Tobrouk, qui tombe le 21 juin.

Le diorama

La scène se déroule mi-juin 1942, entre Bir el Gobi et Tobrouk. Une colonne de la division Ariete avance sur la ville assiégée, appuyée par un puissant tir d’artillerie et des fantassins.

La colonne blindée est composée d’un M13/40 Esci, d’un M14/41 Mirliton et d’un semovente da 75/18 CA MA Models, respectivement en plastique, métal et résine.

Le kit Esci est épuisé désormais mais Italeri l'a réédité. Le semovente CA MA est a priori moulé à partir du kit Esci, car toutes les pièces concordent entre ces deux maquettes. Le niveau de détails du compartiment du conducteur et du tireur est très satisfaisant pour l’échelle, mais l’assemblage du kit en résine n’est pas aisé.

Le kit Mirliton en métal est très simple à construire, le train de roulement monobloc étant moulé avec les chenilles. Mais cela n’enlève rien à sa qualité, et en faisait à l'époque une réplique de choix, dans l'attente de la sortie du kit Italeri ex-Esci. Les figurines sont de la même marque, sauf les tankistes, Esci ou Milicast.

La maquette de l'obusier de 149/19 mod.41 en métal SMA est très bien détaillée, et comporte de nombreuses pièces : on est loin des pièces de wargame, bien que certaines soient très convaincantes. SMA nous donne le choix entre des roues pour terrain sec ou humide, ainsi que la possibilité de représenter l’obusier en position de tir ou de route, avec sa remorque le cas échéant. Finalement, le seul défaut de ce canon est qu'il n'a pas sa place sur ce diorama : il n'a en effet jamais connu les sables d'Afrique, chose que j'ignorais alors. Le tracteur TM40, de la même marque, est le le plus adapté au tractage de cette pièce d’artillerie. Mais sa présence en Libye à cette époque est peu probable...

Le camion lourd Lancia 3Ro, destiné au transport des chars M, est une réplique de TP Models en résine, actuellement la moins chère du marché. On peut également citer la maquette Doc Models, qui comporte des pièces en métal et des décalcomanies, et surtout la dernière réalisation de MarS, un véritable bijoux, remarquablement détaillé. La maquette TP Models est très correcte au niveau des détails, en revanche, un gros travail de préparation des pièces est à prévoir.

Tous les modèles sont peints à l’aérographe, à l’acrylique Tamiya (mélange de sable et de khaki).

Lu 2253 fois Dernière modification le jeudi, 12 juillet 2012 18:56