Dernières mises à jour

Se connecter

Opérations»Front de l'Est»Quatre MAS sur le Ladoga
mercredi, 08 octobre 2014 21:10

Quatre MAS sur le Ladoga

Ecrit par 
MAS 526 au mouillage sur les rives du Ladoga à la fin de l'été 1942. MAS 526 au mouillage sur les rives du Ladoga à la fin de l'été 1942.

Si les opérations de l'armée italienne sur le front de l'Est sont assez bien connues, il n'en est pas de même de la présence de la Regia Marina sur le lac Ladoga. Et pourtant, entre juillet et octobre 1942, une escadrille de quatre MAS y fut déployée à la demande expresse des Allemands.

Les Allemands sollicitent l'aide italienne pour le blocus de Leningrad

Dès le mois de septembre 1941, les forces germano-finlandaises avaient entièrement encerclé la ville de Leningrad par la terre. Il ne restait plus qu'une voie d'accès pour les Russes : le lac Ladoga. Pour faire plier la résistance soviétique, les forces de l'Axe devaient donc couper cette dernière route en envoyant des unités navales légères sur le lac, qui, gelé pendant une bonne partie de l'année, permit à nouveau la navigation à partir du 20 mai 1942.

À cette époque, les convois russes sur le Ladoga pouvaient compter sur une flottille d'escorte formée en octobre 1939 et commandée à partir d'octobre 1941 par le kapitan pervovo ranga Vladimir Tcherokov. La flottille du Ladoga comprenait alors 2 patrouilleurs, 6 canonnières, 10 mouilleurs de mines, 24 chasseurs de submersibles type MO et 33 vedettes de dragage type KM en plus de quelques autres unités mineures. Pour contrer le trafic adverse, la marine finlandaise ne disposait que d'un vieux MAS italien, le MTV 1 Sisu (ex MAS 220), construit en 1917, en plus de navires civils réquisitionnés.

Carte du lac Ladoga et de ses environs.
(crédits : Google Earth)
Le capitaine de vaisseau Vladimir Tcherokov, commandant la flotille du Ladoga.
(crédits photo : new-ladoga-adm.ru)
Siebelfähre allemande sur le Ladoga en août 1942.
(crédits photo : viihtyy.com)

Pour épauler les Finlandais, les Allemands avaient envoyés sur le Ladoga 6 Küstenminenboot (KM, poseurs de mines côtiers) et 21 batteries flottantes Siebelfähre (du nom de leur inventeur, également désignées Fähre Boote ou FB) de la Luftwaffe armées de canons de 88, 37 et 20 mm. Mais devant l'absence d'unités adaptées pour intercepter les convois soviétiques, le commandement allemand adressa le 21 avril 1942 une demande officielle à l'état-major de la Regia Marina demandant l'acheminement de MAS sur le Ladoga. La marine italienne répondit favorablement à la requête en proposant l'envoi de la 12a sq. MAS basée à La Spezia et commandée par le C.C. Bianchini. Au total, cette escadrille comptait 17 officiers, 19 sous-officiers, 63 hommes et 4 MAS de la 2ème série : les 526, 527, 528 et 529. Peu avant leur transfert, les navires reçurent un canon Breda de 20/65 en lieu et place de leur mitrailleuse de 13,2 mm.

Le transfert de la 12a sq. vers le Ladoga

Le transfert de la 12a sq. débuta le 25 mai : la première partie du trajet, entre La Spezia et Stettin (l'actuelle Szczecin, en Pologne), sur la mer Baltique, se fit sur remorques tractées par des camions de la société Fumagalli via le col du Brenner, Innsbruck et Munich. Arrivés à destination le 4 juin, les MAS furent embarqués sur le cargo allemand Thielbeck à bord duquel les attendait le personnel parti en train de La Spezia le 30 mai. Le chargement ne prit fin que le 6 juin, car il fallut préalablement remonter les hélices, les gouvernails et la superstructure des MAS, démontés pour faciliter le trajet sur route.

Le transport des MAS par la route entre La Spezia et Stettin fut confié à la société Fumagalli de Milan. On voit ici le convoi redescendant le col de la Cisa le 25 mai 1942. Le 29 mai, il fallut abattre un pan de mur dans un village autrichien sur la route d'Innsbruck pour laisser passer le convoi. Le tracteur est un OM Titano. Le 30 mai, un nouvel obstacle se présenta à Oberaudorf : pour passer sous un pont ferroviaire, les roues des remorques furent temporairement remplacées.
Chargement des MAS sur le cargo Thielbeck dans le port de Stettin le 5 juin 1942.

Entre le 6 et le 9 juin, le Thielbeck et son précieux chargement firent route vers Helsinki. Arrivé dans la capitale finlandaise, le cargo débarqua les MAS et leur matériel. Le 12 juin, les vedettes furent remorquées par sections de deux jusqu'à Viipuri (l'actuelle Viborg) par la mer puis gagnèrent Punkasalmi le 17 juin par le canal de Saimaa. Là, les MAS furent chargés sur des wagons pour rejoindre le port de Lakhdenpokhia sur le lac Ladoga et être mis à l'eau. Le 22 juin, les 4 MAS avaient tous gagné leur base opérationnelle de Sortanlahti (l'actuelle Vladimirovka), après un voyage de 3105 km échelonné sur 26 jours.

Départ du Thielbeck pour Helsinki le 6 juin 1942. Les MAS 526 et 529 à Viipuri le 13 juin. Les MAS 529 et 526 passant une écluse sur le canal de Saimaa en direction de Punkasalmi.
(crédits photo : USMM)
MAS 528 mis à sec à Punkasalmi le 17 juin. MAS 526 sur rail à Punkasalmi le 19 juin, prêt à partir pour Lakhdenpokhia. Mise à l'eau du MAS 528 à Lakhdenpokhia le 19 juin.

Organisation opérationnelle et objectifs

Dès le 17 mai 1942, la 12a sq. avait formellement été rattachée au Laivasto-osasto K (détachement naval K, pour Karelia) aux ordres du commandant de la brigade côtière du Ladoga, le colonel E. Järvinen. Le rôle de ce détachement, qui comprenait les 6 KM allemands et le Sisu en plus des 4 MAS, était d'opérer contre les voies de ravitaillement de Leningrad au Sud du lac.

Le colonel E. Järvinen (à droite) commandant la brigade côtière du Ladoga à bord d'une Siebelfähre.
(crédits photo : viihtyy.com)

La chaîne de commandement était complexe puisqu'elle reposait sur des éléments allemands, finlandais et italiens. Les MAS dépendaient administrativement du bureau de liaison avec la marine allemande à Berlin, commandé par l'Amm.Div. Bertoldi. À l'issue d'une première réunion à Helsinki fin juin, Bertoldi rapporta à Supermarina que l'emploi des MAS sur la Ladoga nécessiterait une approche différente de celle retenue en Méditerranée du fait du silence absolu régnant sur le lac et des nuits blanches en période estivale. Les MAS devraient partir sur alarme au moment de la détection d'un convoi par les avions de reconnaissance allemands au départ de Novaïa Ladoga ou Morié pour l'intercepter à mi-parcours. Pour cela, il était nécessaire d'abolir la ligne de démarcation Nord-Sud entre les zones d'action finlandaise et allemande et de créer une liaison radio directe entre les appareils de reconnaissance allemands et le commandement de la brigade du Ladoga.

Cependant, le C.C. Bianchini doutait que l'objectif principal des MAS soit réellement l'attaque des convois. En effet, les Allemands avaient besoin d'unités d'escorte pour protéger les embarcations chargées de débarquer des troupes d'assaut sur l'arrière des lignes soviétiques. L'attitude du commandant de l'Einsatzstab Fähre Ost regroupant les Siebelfâhre et les embarcations de transport Infanterie Boot envers les MAS italiens démontra que les doutes de Bianchini étaient fondés. Le colonel Fritz Siebel avait tendance à considérer que les MAS étaient à sa disposition, court-circuitant du même coups le commandement finlandais, peu enclin à mener une nouvelle offensive vers Leningrad. Étant donné la faible vitesse des unités allemandes (10 nœuds environ), l'usage des MAS en soutient était clairement inadapté.

Les MAS entrent en action

Les forces italiennes étaient prêtes pour un engagement opérationnel au début du mois de juillet, mais les KM allemands avaient pris du retard à cause d'avaries lors du transfert entre Helsinki et Punkasalmi, si bien que la date du début des opérations fut fixée au 25 juillet 1942. Ce même jour, le MAS 526 fut pris dans un épais brouillard et s'échoua sur des rochers devant l'île de Mökerikkö. Malgré les dommages subis, l'unité pu gagner la base logistique de Sortavala par ses propres moyens, où les travaux de remise en état ne furent terminés que le 8 octobre 1942.

MAS navigant sur le Ladoga le 25 juin 1942. On reconnaît au premier plan le canon Breda de 20/65. La proue du MAS 526 enfoncée après son échouage survenu le 25 juillet 1942. Les photos ont été prises au chantier de Sortavala le lendemain.

C'est donc avec trois MAS opérationnels que la 12a sq. débuta ses activités de patrouille et de débarquement d'informateurs derrière les lignes russes. Le 15 août, à 2h40 du matin, le MAS 527 du ST.V. Renato Bechi repéra au large de Toserov (l'actuelle Tozerovo) une formation de trois canonnières russes de 947 tonnes de la classe Bira, qui ouvrirent le feu sur l'unité italienne peu après. Celle-ci, bien que touchée, répondit au tir avec son canon Breda de 20/65. Le MAS réussit à se placer en position de tir à 300 m de la troisième unité de la flottille russe, et lança contre elle ses deux torpilles à 3h02, revendiquant sa destruction. Si les sources finlandaises confirment cette version, ce n'est pas le cas des sources russes. Selon ces dernières, les unités attaquées cette nuit-là étaient les canonnières Nora et Selemdja de la classe Bira ainsi que les chasseurs de sous-marins MO-199, 202 et 209. La seule perte reconnue par les Russes est un marin blessé à bord du Selemdja.

Le MAS 527 navigant à vitesse soutenue sur le Ladoga. La canonnière Bira sur le Ladoga le 9 avril 1943.
(crédits photo : forum.airbase.ru)
L'armement principal de la canonnière Nora constitué par les canons B-13 de 130 mm.
(crédits photo : waralbum.ru)

Le 27 août au soir, les MAS 528 et 527 firent route vers les couloirs de ravitaillement russes situés au Sud du lac avec une escorte de 4 chasseurs finlandais. A 00h03 le 28 août, le MAS 528 commandé par le ST.V. Benvenuto repéra à une distance de 3500 m deux unités identifiées 7 minutes plus tard comme étant deux remorqueurs tirant une barge de 70 m de long à la vitesse de 4 nœuds. Un troisième remorqueur, plus petit, les suivait. Ce convoi provenait de Novaïa Ladoga et faisait route vers Morié. A 00h20, les deux MAS, arrivés à une distance de 1500 m, décidèrent de passer à l'attaque et réglèrent leurs torpilles à 1 m de profondeur. Les remorqueurs russes ouvrirent le feu à 00h47, mais le MAS 528 continua son approche. A 00h50, il lança sa torpille bâbord contre la barge, qui coula après 30 secondes. Là encore, les sources russes démentent cette perte : l'unité attaquée aurait été la canonnière Cheksna (ex brise-glace finlandais Aalokas), sans résultat.

Le MAS 529 fut le protagoniste d'un nouveau combat le 1er septembre. Quittant son mouillage à 9h40 pour se rendre à Lakhdenpokhia, il fut attaqué à la hauteur de l'île de Verkkosaari par les chasseurs de sous-marins russes MO-213 et 215. Tout en répondant aux coups adverses, le MAS chercha à se désengager en augmentant sa vitesse. L'arrivée d'avions allemands et finlandais contraignit les unités russes à abandonner leur poursuite. Touché à plusieurs reprise, le MAS put malgré tout gagner Lakhdenpokhia.

Les cibles se font rares

Suite aux premières actions des MAS et à la présence des batteries flottantes allemandes sur le lac, le commandement soviétique décida de modifier la route des convois pour les faire passer plus au Sud, entre Kobona et Morié ou le phare d'Osinovets, soit un parcours d'une quinzaine de milles nautiques où les fonds ne dépassaient pas 10 mètres. De plus, la disponibilité des appareils allemands pour les escortes diurnes chuta suite aux attaques soviétiques sur le front de Volkhov. Par conséquent, en septembre, les sorties de MAS furent trois fois moins nombreuses qu'en août.

Le 29 septembre, les MAS 528 et 529 repérèrent à 00h10 un petit convoi formé d'un remorqueur et de trois barges, escortés par une canonnière. Cette dernière, après avoir repéré les deux unités italiennes à 00h45, ouvrit le feu d'une distance de 1000 m. Se trouvant en position défavorable, les MAS se désengagèrent avant de repartir à l'attaque depuis une autre direction. À 03h05, le MAS 529 lança une torpille contre les barges à une distance de 1000 m, mais l'arme manqua sa cible à cause du haut fond (10 à 15 mètres).

Le MAS 528 sur le Ladoga à la fin de l'été 1942.
(crédits photo : USMM)
Le MAS 526 au mouillage sur les rives du Ladoga. Les MAS 527 et 528 patrouillant sur le Ladoga.
(crédits photo : E. Leproni)
MAS en entretien au chantier de Sortavala, à l'extrême Nord du Ladoga.

En octobre, les sorties des MAS italiens furent toutes réalisées au profit des batteries flottantes allemandes, dont l'activité s'intensifia pour tenter d'alléger la pression soviétique contre le saillant allemand sur la rive Sud du lac. Dans la nuit du 9 au 10 octobre, trois MAS escortèrent une flottille de FB dirigée contre l'île de Soukho, mais une erreur de navigation provoqua l'annulation de l'attaque. La tentative fut répétée dans la nuit du 21 au 22 octobre, avec la participation des MAS 526, 527 et 528 côté italien. La bataille fit rage pendant une bonne partie de la journée du 22, avec de lourdes pertes côté allemand. Ce fut la dernière opération navale de l'année sur le Ladoga.

La fin de l'aventure

L'arrivée de l'hiver exigeait l'évacuation des navires du lac avant qu'il ne gèle, traditionnellement vers le début du mois de novembre. Les MAS quittèrent une dernière fois leur base de Sortanlahti en deux groupe de deux les 29 et 30 octobre pour gagner Lakhdenpokhia. Comme à l'aller, ils furent chargés sur des trains pour rejoindre Punkasalmi où ils furent remis à l'eau sur le canal de Saimaa par lequel ils gagnèrent Viipuri. Les 5 et 6 novembre, ils partirent pour Helsinki où ils mouillèrent du 9 au 19 novembre avant d'atteindre Reval (l'actuelle Tallinn), en Estonie, le soir du 19 novembre 1942.

Mise à sec des MAS à Lakhdenpokhia le 30 octobre 1942. Remise à l'eau du MAS 529 à Punkasalmi le 4 novembre. MAS 529 et 527 pris en remorque sur le canal de Saimaa.
Le remorqueur ouvre la voie au MAS 527 sur le canal de Saimaa sur lequel se forment les premières glaces. Du fait de la faible salinité de la Baltique et d'une température de l'air de -12°C, les superstructures des MAS étaient couvertes de glace à leur arrivée à Helsinki.

La capitale estonienne devait servir de base d'hivernage pour les MAS avant une éventuelle utilisation dans le golfe de Finlande, un théâtre bien plus adaptés à leurs capacités que le Ladoga. Mais les aléas de la guerre en Méditerranée entraînèrent le rapatriement du personnel de la 12a sq. au printemps 1943. Quant aux quatre MAS, ils furent vendus le 5 mai 1943 à la marine finlandaise qui les rebaptisa initialement J 1 à 4 puis JUNY 1 à 4. Ils restèrent en service jusqu'en 1961.

Sources :
  • Attività in Mar Nero e lago Ladoga, Pier Filippo Lupinacci, Aldo Cocchia, Giuliano Manzari & Massimo Paolucci, Ufficio Storico della Marina Militare, 2003
  • In guerra sul mare, Erminio Bagnasco, Ermanno Albertelli Editore, 2005
  • Navi e marinai italiani nella Seconda Guerra Mondiale, Elio Ando & Erminio Bagnasco, Ermanno Albertelli Editore, 1999
  • M.A.S. e mezzi d'assalto di superficie italiani, Erminio Bagnasco, Ufficio Storico della Marina Militare, 2002
  • Ладожская военная флотилия sur le site blokada.otrok.ru
  • Ладожская военная флотилия sur le site ussrfleet.1939-45.ru

Réagissez à cet article
Re: Quatre MAS sur le Ladoga -- aymeric
Sunday, 12 October 2014 08:05
Merci pour vos commentaires ! J'avoue qu'il reste encore quelques zones d'ombre du côté des sources russes...
Re: Quatre MAS sur le Ladoga -- alexderome
Saturday, 11 October 2014 18:23
Très intéressant et peu connu ,
on parle peu de l'attaque sur l'ilot de Suho :
viewtopic.php?f=25&t=2799&p=16251&hilit=Suho#p16251
sauf bien entendu dans notre forum.
ALEX
Re: Quatre MAS sur le Ladoga -- david z.
Saturday, 11 October 2014 12:11
Un très bon texte fort bien documenté.

Lu 2548 fois Dernière modification le mercredi, 08 octobre 2014 23:41