Dernières mises à jour

Se connecter

Opérations»Front de l'Est»Le matériel capturé par les Italiens en URSS
mercredi, 02 décembre 2015 17:53

Le matériel capturé par les Italiens en URSS

Ecrit par 
T-34/76 mod.42 de production STZ capturé par la 3a Div.cl. durant l'été 1942. T-34/76 mod.42 de production STZ capturé par la 3a Div.cl. durant l'été 1942. Archivio Centrale dello Stato

Si l’on connaît assez bien l’utilisation que firent les Allemands du matériel qu’ils réutilisèrent contre les Russes, on en sait beaucoup moins en ce qui concerne leurs alliés. Pourtant, les Italiens prirent part à la campagne de Russie depuis son commencement ou presque, en juillet 1941, jusqu’au désastre de Stalingrad en janvier 1943. Ils eurent donc l’occasion de capturer un grand nombre de véhicules, pièces d’artilleries ou armements individuels.

Cette brève étude ne prétend pas être complète, loin s’en faut, mais c’est une approche que j’ai souhaitée la plus complète possible sur ce sujet. D’ailleurs, en toute rigueur, certaines informations n’auraient pas leur place dans une page consacrée uniquement au matériel capturé par les Italiens, car il est aussi question du matériel capturé par les Allemands puis cédé à leurs alliés transalpins. C’est le manque de documentation qui m’a poussé à inclure ces propos ici, car ils ne justifieraient pas à eux seuls un article. De plus, cette page est susceptible d’être modifiée en fonction des nouvelles sources qui pourraient entrer en ma possession et permettraient d’étoffer ce propos.

Les véhicules blindés

En 1942, l’ARMIR captura une quantité assez importante de véhicules, à savoir 14 chars et 2 automitrailleuses selon l’article de Vincent Greenwood paru dans le Tankette 34/5 de 1999, intitulé Red Panzers for the Mare Nostrum. Parmi eux, le plus « médiatisé » fut le T-34/76 mod.42 produit par l'usine de tracteurs de Stalingrad (STZ, en russe Сталинградский Тракторный Завод им. Ф. Э. Дзержинского) employé comme véhicule de commandement par le LII gr. du 120° rgt.art. de la 3ª Div.cl. durant l’été 1942. Pour éviter toute erreur d'identification, des croix blanches avaient été sommairement peintes sur les flancs de la tourelle et la trappe d'accès supérieure.

T-34/76 mod.42 construit par STZ utilisé comme véhicule de commandement par le LII gr. du 120° rgt.art. en 1942.
Le gen. Gariboldi inspectant le T-34/76 mod.42 du LII gr. à l'été 1942. Soldats italiens posant sur un T-34/76 mod.42 immobilisé sur le front du Don à l'été 1942.
(crédits photo : Archivio Centrale dello Stato)
Soldats du Savoia Cavalleria posant sur un T-34/76 hors de combat.
(crédits photo : collection Luchetti)
Photo souvenir pour cet officie italien devant un T-34/76 mod.42 STZ.
(crédits photo : AUSSME)
T-34/76 mod.42 réemployé par le LII gr. du 120° rgt.art.
(crédits : Ruggero Calò)

Un T-34/76 mod.40 fut récupéré par les Allemands et envoyé en Italie en 1941. Soumis à de nombreuses évaluations au CSM, il permit de faire progresser le développement du P 26/40 à partir d'avril 1942.

T-34/76 mod.40 examiné par le CSM en 1942.

Parmi les véhicules capturés et réemployés par les italiens, on peut citer quelques BT-7, un T-60 (au moins) et un char amphibie T-37. Mais il n’y eut pas uniquement des véhicules blindés d’origine russe, puisqu’une photo atteste de la capture d’un M3 Lee américain en URSS, qui ne fut cependant pas, a priori, réutilisé.

Le général Giovanni Messe examinant un BT-7 mod.38 au printemps 1942.
(crédits photo : Archivio Centrale dello Stato)
Sodats italiens examinant un BT-7 mod.38 immobilisé. Officiers italiens posant devant un BT-7 mod.38.
T-60 abandonnés dans une gare à l'été 1942.
(crédits photo : Archivio Centrale dello Stato)
Colonne de SPA 38 R passant à proximité d'un T-60 mod.41 abandonné.
(crédits photo : Archivio Centrale dello Stato)
Soldats italiens posant sur un T-60 immobilisé.
(crédits photo : Rassegna Militare)
Soldats italiens posant pour la photo souvenir avec un char amphibie T-37 à l'été 1941.
(crédits photo : Archivio Centrale dello Stato)
Soldats italiens examinant un M3 Lee sur le front de l'Est à l'été 1942.
(crédits photos : Archivio Centrale dello Stato)

Quant aux blindés hors service abandonnés par l'Armée Rouge, ils servirent parfois de cibles pour tester le pouvoir de pénétration des obus à charge creuse EP et EPS.

Les véhicules logistiques

La documentation iconographique consultée montre que l'armée italienne fit usage d'une grande diversité de camions et tracteurs de production soviétique capturés. Cependant, l'absence de marquage appliqué par les nouveaux propriétaires, voire la subsistance des marquages cyrilliques d'origine, laisse supposer que ces véhicules ne furent pas incorporés aux effectifs des unités transalpines mais plutôt utilisés très ponctuellement sur le lieu de stationnement des troupes.

Officiers italiens observant une GAZ-M1. Soldats italiens examinant le moteur d'un ZiS-5 en 1941.
(crédits photo : Archivio Centrale dello Stato)
L'immatriculation d'origine peinte sur les ridelles de ces GAZ-AA a été masquée par leurs nouveaux propritétaires italiens.
Officiers italiens inspectant des GAZ-AA et un ZiS-5.
(crédits photo : collection Aymeric Lopez)
GAZ-AA tractant un canon antichar de 45 mm, tous deux réemployés par les bersaglieri. GAZ-AA capturé par les troupes italiennes et conservant son marquage d'origine.
(crédits : Ruggero Calò)
Tracteur d'artillerie Komsomolets inspecté par des officiers italiens durant l'été 1942.
(crédits photo : Archivio Centrale dello Stato)
Tracteur STZ-NATI utilisé pour dégager un Lancia 3 Ro embourbé durant l'automne 1941.
(crédits photos : Archivio Centrale dello Stato)
STZ-5 2TB tractant une autofficina mod.35 sur Ceirano 50 sur une piste boueuse du front de l'Est à l'automne 1941.
(crédits photo : Archivio Centrale dello Stato)
Camicie Nere participant aux labours en Ukraine sur un tracteur SKhTZ-15/30 ou STZ-15/30 au printemps 1942.
(crédits photo : Archivio Centrale dello Stato)
Artilleurs du 4° rgt.art.ca posant à côté d'un tracteur SKhTZ-15/30 au début de l'année 1943.

Les pièces d’artillerie

Si le nombre de véhicules capturés restait insuffisant pour équiper entièrement une unité, il n'en allait pas de même avec les pièces d’artillerie. En effet, certaines d’entre elles furent réutilisées par l’ARMIR au nombre de 40 ou plus du même type. Malheureusement, je n’ai pas trouvé d’information sur les unités qui en furent dotées, il m’est donc impossible de savoir si ces canons ont été utilisés en groupe homogène ou s’ils ont été dispersés au sein de multiples batteries.

Le gen. Italo Gariboldi accompagné d'officiers allemands et italiens examine un canon antichar de 45 mm. Officiers italiens inspectant un canon antichar de 45 mm obr.37. Canon de 76 mm obr.39 capturé à l'été 1942 traversant le village de Tarasovka.
(crédits photo : Archivio Centrale dello Stato)
Canon de montagne de 76 mm obr.38 employé par le CSIR à l'été 1941.
(crédits photo : Archivio Centrale dello Stato)
Soldats italiens examinant un obusier de 152 mm obr.37 ML-20 abandonné dans le secteur de Tarasovka à l'été 1942.
(crédits photo : Archivio Centrale dello Stato)
Soldats du CSIR examinant un canon antiaérien de 85 mm abandonné sur les bords du Dniepr durant l'automne 1941.
(crédits photo : Archivio Centrale dello Stato)
Pièces d'artillerie
ModèleNombre
Canon antichar de 37 mm obr.30 -
Canon antichar de 45 mm obr.37 -
Canon de position de 75/30 M243 1
Canon de 76 mm obr.27[1] 42
Canon antiaérien 76/32 M 290 1
Canon de 76 mm obr.42 ZIS-3[2] 3-4
Canon de position de 87/33 mod. M 281 1
Canon de position de 97/38 mod. M 40 1
Canon de position de 105/40 mod. M 422 1
Canon de 122 mm obr.31/37 A-19[3] 52
Canon de 152 mm obr.37 ML-20[4] 52
Canon de position de 155/36 M 418 -
Canon de position de 155/40 M 422 -

Un lance-roquettes Katioucha BM-13-16 sur châssis Austin K-6 fut testé par le 14° reparto sperimentale artiglieria du cap. Sartori. Il décida de l’employer pour répondre aux tirs des engins russes, et c’est ainsi que ce Katioucha couvrit la retraite italienne à Starobelsk et Koupiansk du 20 décembre 1942 au 18 janvier 1943. Étant donné que le moteur de l’Austin K-6 était irrémédiablement endommagé, un tracteur TL 37 fut utilisé pour lui rendre sa mobilité.

Lance-roquettes BM-13-16 sur châssis Austin K-6 capturé et réemployé par le 14° reparto sperimentale artiglieria en 1942.
(crédits photo : Storia Militare)
Essai de tir du BM-13-16 capturé par le 14° reparto sperimentale artiglieria à Maltekhevskaya le 16 octobre 1942. Avec un moteur hors-service, le BM-13-16 du 14° reparto sperimentale artiglieria dut être tracté par un TL 37.

Train blindé

Un train blindé fut capturé en 1942 mais non réutilisé par les Italiens. Il fut sans doute cédé au génie ferroviaire allemand. Il était composé entre autres de deux wagons d’artillerie dotés de deux tourelles armées chacune d’un canon de 76,2 mm L/30 mod.02 couplé avec une mitrailleuse DT calibre 7,62mm, en plus des 4 mitrailleuses Mod.09 calibre 7,62 de type Maxim réparties sur les flancs de chaque wagon.

Train blindé capturé à l'été 1942 mais non réutilisé par l'ARMIR.
(crédits photo : Archivio Centrale dello Stato)

L’armement individuel

Selon plusieurs sources, les soldats italiens appréciaient l’usage des armes légères soviétiques. Les pistolets mitrailleurs PPSh-41 (Пистолет-пулемёт Шпагина), fusils semi-automatiques Tokarev SVT-38 et SVT-40 (Самозарядная винтовка Токарева) et les fusils mitrailleurs DP-28 (Дегтярёва пехотный) furent réemployés autant que possible par les unités de l’ARMIR. Les fusils antichars PTRS-41 semi-automatique et PTRD-41 (Противотанковое однозарядное ружьё обр. 1941 г. системы Дегтярёва) à chargement manuel de 14,5 mm, capables de percer jusqu'à 40 mm de blindage, furent également employés par les troupes italiennes.

Bersagliere armé d'un pistolet mitrailleur PPSh-41 à l'été 1942.
(crédits photo : Archivio Centrale dello Stato)
Alpini examinant un pistolet mitrailleur PPSh-41. Soldats italiens armés d'un fusil mitrailleur DP-28.
Fusil antichar PTRD-41 capturé par les troupes italiennes en janvier 1943.
(crédits photo : collection Aymeric Lopez)
Soldats italiens manipulant un fusil antichar PTRD-41. Soldats italiens posant avec des fusils antichars PTRD-41 à côté d'un T-60 immobilisé.
(crédits photo : collection Abbiati)
Notes :

[1] Ces pièces, rebaptisées obici da 76/15 mod.27, furent cédées par les Allemands et utilisées sur les côtes grecques et sur les îles de la mer Egée.

[2] Ces canons ont été capturés par les Allemands et donnés aux italiens pour accroître la capacité anti-chars des unités de l’ARMIR. Ils furent probablement utilisés dans le secteur du Don.

[3] Ces pièces, rebaptisées cannoni da 122/45 mod.31/37, ont été cédées par les Allemands et utilisées comme batteries de défense côtière en Sicile (32 pièces) et en Grèce (20 pièces).

[4] Ces pièces, rebaptisées cannoni da 152/28 mod.37, ont été cédées par les Allemands à l'armée italienne en 1943 et ont servi en mer Égée (20 canons), en Sicile (16 canons) et en Corse (16 canons) pour la défense côtière.

Sources :
  • Gli autoveicoli da combattimento dell'Esercito Italiano, Volume secondo (1940-1945), Nicola Pignato & Filippo Cappellano, Stato Maggiore dell'Esercito, Ufficio Storico, 2002
  • La guerra degli italiani 1940-1945, Piero Melograni, DeAgostini, 2004
  • Le artiglierie del Regio Esercito nella Seconda Guerra Mondiale, Filippo Cappellano, Storia Militare, 1998
  • L'Esercito italiano nel 1943, Filippo Cappellano, Storia Militare Dossier n°6, 2013
  • Le armi della fanteria italiana (1919-1945), Nicola Pignato & Filippo Cappellano, Storia Militare, 2008
  • Carri sovietici e controcarri italiani, Nicola Pignato, Storia Militare n°82, 2000
  • Insegne, uniformi, distintivi e tradizioni delle truppe corazzate italiane, Nicola Pignato & Filippo Cappellano, T & T Editore, 2005
  • Andare contro i carri armati, Filippo Cappellano et Nicola Pignato, Gaspari editore, 2007
  • Due anni al volante su piste di neve e fango, Cronaca e immagini della campagna di Russia nel diario dell'autiere scledense Lino Sassaro (188° Autoreparto pesante), Luca Valente, Edizioni Menin, 2008
  • 4° reggimento artiglieria contraerei 1926-2003, Armando Rati, Editoriale Sometti, 2004
  • Все танки СССР, М. Барятинский, Эксмо, 2015

Réagissez à cet article
Re: Le matériel capturé par les Italiens en URSS -- aymeric
Monday, 04 January 2016 17:15
Merci, malheureusement pour l'heure je n'ai pas plus d'éléments sur le sujet...
Re: Le matériel capturé par les Italiens en URSS -- flibust
Sunday, 03 January 2016 11:52
Excellent sujet qui pourrait faire l'objet d'un article plus complet dans une de nos revues?

Lu 5031 fois Dernière modification le mercredi, 03 février 2016 21:25

Media