Dernières mises à jour

Se connecter

Opérations»Front occidental»Sur la route de Briançon
jeudi, 26 avril 2012 21:31

Sur la route de Briançon

Ecrit par 

Diorama d'Aymeric Lopez au 1/72

 

Le contexte

Le 10 juin 1940, l’Italie déclare la guerre à la France et au Royaume-Uni. Espérant une victoire facile et surtout un important gain territorial, Mussolini décide de passer à l’offensive le long de la frontière franco-italienne le 20 juin.

Mais les 32 divisions italiennes ont du mal à avancer sur ce territoire montagneux. Sur la côte, les Italiens eurent juste le temps de prendre Menton avant l’armistice, qui intervint le 24. Mais c’est surtout l’organisation de cette armée qui fit défaut, les soldats italiens faisant preuve d’autant de courage que leurs adversaires.

Le 20 juin, le général Mercalli, commandant du IV° Corpo d’Armata, donna l’ordre aux divisions Sforzesca et Assietta d’attaquer le fort Chenaillet, pour pouvoir avancer ensuite vers Montgenèvre. Mais la défense française contra vigoureusement l’attaque, obligeant les Italiens à revenir sur leurs bases de départ.

Le 22 juin, les Italiens s’apprêtèrent à attaquer après une longue et massive préparation d’artillerie. La division Sforzesca, malgré le tir de barrage français, réussit une percée plus profonde que les jours précédents, pénétrant dans le bois de Sestrières.

Un peloton de carabinieri, appuyé par des tankettes L3 de la GAF, s’empara de Montgenèvre, tandis que sur le flan gauche, l’Assietta atteignit la Crête de Chaussard.

Le diorama

Le L3/35 de la GAF est une maquette en résine de Leva Productions, une marque canadienne. Elle est très bien détaillée, plusieurs lots de bord étant fournis, et les dimensions sont respectées. Les trappes d’accès peuvent être ouvertes pour y loger un tankiste.

L’obusier de 75/13 Skoda, datant de la première guerre mondiale et intensément employé par les alpini en 1940, est reproduit en métal par Mirliton avec ses servants. Les autres figurines proviennent toutes de la boîte d’Alpini récemment rééditée par Italeri (d'après les anciens moules Esci).

Le socle est constitué d'une planche de contreplaqué sur laquelle j'ai collé des blocs de polystyrène pour former le relief. Cette base est ensuite recouverte d'une couche de plâtre, qui est peint une fois sec. La rivière est réalisée à l'aide de résine à inclusion, et les herbes hautes sur les rives sont faites avec de la filasse de plombier. Seuls les sapins ont été achetés dans le commerce.

Lu 2684 fois Dernière modification le jeudi, 12 juillet 2012 18:58