Dernières mises à jour

Se connecter

mercredi, 28 novembre 2012 19:20

Cant Z.511

Ecrit par 
Le prototype du Cant Z.511 devant Monfalcone, gagnant le large avant son premier vol le 19 octobre 1940. Le prototype du Cant Z.511 devant Monfalcone, gagnant le large avant son premier vol le 19 octobre 1940.

Développé pour un usage civil sur les lignes transatlantiques, le plus grand hydravion à flotteurs du monde fut victime de la montée en puissance des longs courriers terrestres et de l'entrée en guerre de l'Italie. De nombreux emplois militaires furent étudiés à son propos, mais aucun ne vit jamais le jour.

Développement et perspectives d’emploi

Dans le rapport d’activité du 28 septembre 1937, la compagnie Ala Littoria annonçait à ses actionnaires son intention de développer les vols entre l'Italie et l'Amérique du Sud. La société souhaitait retenir la formule quadrimoteur, permettant d’éliminer le moteur central à l’avant du fuselage pour améliorer la visibilité des pilotes et supprimer la principale source de vibrations. En revanche, Umberto Klinger, président d’Ala Littoria, n’avait pas tranché entre un hydravion et un appareil terrestre.

Le bureau d’études des CRDA de l'ingénieur Filippo Zappata planchait déjà sur le concept d’un hydravion quadrimoteur à flotteurs, dont les premiers plans d’ensemble au 1/50 furent produits entre le 29 septembre et le 1er octobre 1937. La commande du premier prototype immatriculé MM.396 fut passée le 13 octobre 1938 par Ala Littoria avec un financement de la DGCA à hauteur de 7 690 000 lires. Mais l’appareil était déjà en construction aux chantiers CRDA puisque Mussolini put le voir lors de sa visite du 19 septembre 1938. Devant le risque pour le développement de l’appareil que représentait la perte éventuelle du prototype, le général Valle autorisa le 28 février 1939 la DGCA à passer commande d’un second prototype pour un montant de 6 664 500 lires, dont 4 000 000 débloqués par la DGAC, à l’origine de la demande. Peu après, l’exploitation des lignes transatlantiques était passée à la LATI créée le 11 septembre 1939.

La construction du premier prototype fut retardée par les difficultés rencontrées quant au choix de la motorisation. Les Alfa Romeo 135 RC retenus au départ n'étant pas suffisamment au point à la fin de l'année 1939, on pensa acquérir six Wright Cyclone R-2600 de 1600 ch aux Etats-Unis. Malgré l’accord donné par le général Pricolo le 28 décembre 1939, les négociations furent bloquées au printemps 1940. Il fallut donc se replier sur des Piaggio P.XII RC35 développant 1500 ch au décollage.

Le prototype du Cant Z.511 sortant des hangars des CRDA de Monfalcone. Le prototype MM.396 devant les hangards des CRDA à Monfalcone. Le MM.396 au mouillage devant les CRDA en octobre 1940.
Les techniciens des CRDA effectuent les derniers contrôles avant le vol inaugural de l'élégant quadrimoteur. Le MM.396 prenant pour la première fois son envol le 19 octobre 1940. Le prototype à Monfalcone durant la première phase des essais.

Finalement, le prototype MM.396 du Cant Z.511 A (pour Atlantico) put effectuer son premier vol le 19 octobre 1940 à Monfalcone, avec à son bord le pilote d’essais Mario Stoppani, Zappata en personne, et les motoristes Guido Divari, Alcide Spinetti et Renato Rovis. Lors du second vol, l'avion révéla un manque de maniabilité à cause de la trop grande inertie des commandes, qui causa quelques sueurs froides à Stoppani qui manqua de peu de sécraser sur une des collines qui bordent le golfe de Monfalcone à l'Est. Après trois mois de travail, ce problème fut entièrement résolu en changeant la tringlerie. En avril 1941, à l’ouverture des hostilités avec la Yougoslavie, l'hydravion fut temporairement transféré dans la lagune de Grado (province de Gorizia) puis, le 21 février 1942, les essais constructeurs officiels purent débuter. Ils comprenaient des mesures de temps de montée ainsi que des essais de déjaugeage avec des poids en charge de 28 000 et 34 000 kg. Suite aux essais de déjaugeage et d'amerrissage par mer force 4 le 24 mars avec une masse de 34 000 kg et du 30 mars par mer force 5 et une masse de 25 000 kg, les flotteurs furent allongés pour augmenter la stabilité de l’hydravion sur l’eau. Après le transfert à Vigna di Valle effectué par Stoppani le 22 mai 1942, trois des quatre moteurs Piaggio, très sollicités durant les essai constructeurss, durent être changés pour mener à bien les essais d'acceptation.

Le Cant Z.511 fait la couverture du numéro d'avril 1941 du magazine L'Ala d'Italia. Remise à l'eau du prototype après l'application du camouflage et la modification des capots moteurs.
Le MM.396 devant Monfalcone après modifications. Le prototype dans le golfe de Trieste en mai 1942. Le prototype du Cant Z.511 en attente de transfert à Vigna di Valle.

De nombreux projets furent étudiés pour l'emploi militaire du Cant Z.511 : action commando pour libérer 55 soldats italiens capturés à Djeddah, attaque de dépôts de carburant dans le Golfe Persique, à Bakou ou des ports soviétiques de la Mer Noire, plate-forme de lancement pour torpilles de 533 mm (au lieu de celles de 450 mm utilisées depuis les S.79) ou bombes guidées MB.F.F., lancement de tracts sur New-York…

Le 11 janvier 1943, une commission composée du capitano Armando Ulivi et des ingénieurs Armando Palanca et Vuolo se rendit à Monfalcone pour s’assurer de la faisabilité d’une traversée de l’Atlantique avec le quadrimoteur. En février 1943 commencèrent les essais visant à mesurer la consommation de l’appareil, qui fut renvoyé à Vigna di Valle. Le 7 février, le général Eraldo Ilari organisa une réunion pour définir les modalités d’une mission sur New-York. L’hydravion devait partir de Bordeaux et être ravitailler au retour par un submersible en plein milieu de l’Atlantique. En mai 1943, des équipages de la Xa Mas s’étaient portés volontaires pour la mission et des SLC avaient été chargés à bord du Cant Z.511. Peu après, l’hydravion fut endommagé par des rafales de chasseurs britanniques sur le lac Trasimène et la mission fut annulée.

Au moment de l'armistice du 8 septembre 1943, le premier prototype fut saboté à Vigna di Valle pour éviter qu’il ne tombe entre les mains des Allemands. Les restes de l’appareil furent démolis en 1946.

Le second prototype fut détruit fin 1943 sur ordre des Allemands qui occupèrent les chantiers CRDA, alors qu’il était achevé à 82%. Le métal utilisé pour sa construction fut envoyé en Allemagne pour la production de chasseurs.

Description technique

Le Cant Z.511, qui reste encore aujourd'hui le plus grand hydravion à flotteurs jamais construit, était un appareil monoplan à aile basse, quadrimoteur, de construction entièrement métallique.

L’aile mono-longeron en duralumin de forme trapézoïdale avec les extrémités arrondies portait l’accastillage des moteurs. Ces derniers ainsi que les réservoirs étaient visitables depuis l’intérieur de l’aile. Les parties mobiles étaient aussi en duralumin. Les flotteurs revêtus en duralumin, longs de 17,5 m et suffisamment hauts pour qu’une personne s’y tienne debout, étaient reliés aux ailes et au fuselage par des tubes carénés en acier. Une échelle interne permettait de relier les flotteurs aux ailes. Le fuselage de section elliptique était lui aussi construit en duralumin. Le plan fixe horizontal de l’empennage était surélevé pour l’éloigner des vagues et contreventé par deux traverses en acier de chaque côté du fuselage. Les plans fixes et les dérives étaient en duralumin, tandis que les parties mobiles avaient une structure métallique entoilée.

Vues en coupe des emménagements prévus sur le Cant Z.511 à usage civil dans la version à 48 passagers. Détail des nacelles moteurs après l'adoption de capots plus enveloppants. Vue du cockpit du Cant Z.511.

Les quatre moteurs Piaggio P.XII RC35 radiaux à double étoile, de 14 cylindres, développaient une puissance unitaire de 1500 ch au décollage à 2050 tr/min et de 1350 ch à 2150 tr/min à une altitude de 3500 m. Ils entraînaient des hélices tripales Piaggio P.1002 à pas variable. Au départ, les moteurs étaient recouverts par des capots lisses de grand diamètre, mais étant donné que les Piaggio ne souffraient pas de problème de surchauffe, il fut possible d’adopter des capots à bossages de diamètre réduit. Les réservoirs de carburant, d’une capacité totale de 16 340 litres, étaient tous situés dans les ailes, à l’exception du réservoir auxiliaire de 1335 litres dans le fuselage.

Le poste de pilotage à double commande accueillait les deux sièges des pilotes placés côte à côte. L’appareil était équipé d’un pilote automatique Salmoiraghi. Derrière le cockpit se trouvaient les postes du motoriste et du radio de bord. La cabine passagers, qui ne fut pas aménagée sur le prototype, aurait dû accueillir 16 personnes en configuration transatlantique, avec des sièges inclinables pour en faire des couchettes. Au maximum, il était prévu d’embarquer 48 passagers dans 4 sections de 12 sièges.

Sur le second prototype, il était prévu d’installer cinq mitrailleuses de 7,7 mm. La possibilité d’installer des armes de 20 mm en tourelle fut également étudiée.

Le Cant Z.511 possédait d’excellentes prestations : il était très manœuvrant pour sa taille et tenait bien la mer. Malheureusement, les circonstances de son développement ne permirent pas de tirer parti de son potentiel.

Récapitulatif de la production
SérieQuantitéDatesMM.UsineRemarque
prototype 1 1938-1940 396 CRDA Un second prototype était achevé à 82% au 08/09/1943
Fiche technique
Longueur 29,90 m
Envergure 39,86 m
Hauteur au sol 10,77 m
Surface alaire 195 m2
Masse à vide 20 692 kg
Masse maximale au décollage 34 200 kg
Équipage 6 + 16 à 48 passagers
Motorisation 4 Piaggio P.XII RC35
Puissance nominale : 1350 ch unitaires
Puissance au décollage : 1500 ch unitaires
Plafon opérationnel 7550 m
Vitesse maximale 424 km/h à 4250 m
Distance franchissable 5100 km
Course au décollage 600 m
Armement Non installé
Plan 3 vues du Cant Z.511. Prototype du Cant Z.511 dans sa seconde configuration. Prototype du Cant Z.511 modifié pour transporter des SLC.
Sources :
  • Tutti gli aerei del Re, Max Vinerba, 2011
  • Le Officine aeronautiche CANT 1923-1945, Giancarlo Garello & Decio Zorini, Aeronautica Militare Ufficio Storico, 2003
  • Dimensione cielo trasporti n°9, Emilio Brotzu & Gherardo Cosolo, Edizioni Bizzarri, 1976
  • Obiettivo : New York, I progettati raid della Regia Aeronautica sugli Stati Uniti, Giancarlo Garello, Aerofan n°62, 1997
  • "Obectif : New York", Quand l'Italie révait de bombarder les États-Unis, Giancarlo Garello, Avions n°63, 1998
  • page sur le Cant Z.511 du site Gruppo Modellistico Sestese
Pour reproduire cet appareil :
FabricantÉchelleRéférence et désignationGalerie
O'Neill Vacform 1/72 Cant Z.511 -

Réagissez à cet article
Pas de commentaire

Lu 5300 fois Dernière modification le mardi, 29 octobre 2013 22:12

Media