Dernières mises à jour

You are here:Regia Aeronautica»Appareils»Bombardiers et torpilleurs»Savoia Marchetti S.81 Pipistrello
Sunday, 02 March 2014 14:05

Savoia Marchetti S.81 Pipistrello

Written by 
S.81 de la 10a sq. en vol sur le Latium. S.81 de la 10a sq. en vol sur le Latium.

Considéré comme l’un des meilleurs bombardiers multi rôles au monde en 1935 et comme le premier bombardier moderne à intégrer la Regia Aeronautica, le Savoia S.81 resta en service jusqu'à la fin de la seconde guerre mondiale. Tout d'abord employé en temps que bombardier diurne en Éthiopie et en Espagne, il passa progressivement au bombardement nocturne qui lui vallut son surnom de "Pipistrello" (chauve-souris) avant de trouver une seconde vocation dans les missions de transport. Aisé de pilotage, disposant d'un bon armement défensif et d'une grande capacité d'emport, il pouvait accomplir un vaste éventail de missions (bombardement, reconnaissance, transport, largage de parachutistes, écolage) dans des conditions météorologiques très difficiles.

Développement et production

Le bombardier trimoteur Savoia Marchetti S.81 fut développé à partir de l’avion civil S.73 par l'ingénieur Alessandro Marchetti en 1934, au moment où les unités de bombardement de la Regia Aeronautica étaient équipées de Fiat BR.3 et autres Caproni Ca.73, 82 et 101 à aile haute. Avec sa structure de monoplan à aile basse, le Savoia 81 était alors considéré comme un avion d'avant garde. Italo Balbo voyait dans le nouveau trimoteur l'appareil idéal pour servir dans les colonies africaines.

Le premier vol du prototype MM.20099 eut lieu le 8 février 1935 sur le terrain de Vergiate (Varese) avec le pilote d'essai Adriano Bacula aux commandes, avant le transfert de l'appareil au centre expérimental de Guidonia. Les modifications apportées suite à son passage à Guidonia furent minimes : elles portaient sur l'élargissement de la voie du train principal, la modification de son carénage et de la canopée, dont le pare-brise vertical fut incliné.

Le prototype MM.20099 en vol. Cette vue de 3/4 avant du prototype met en évidence la voie réduite du train principal, privé de carénage.
Le prototype MM.20099 volant au-dessus du Latium avec deux appareils de la série 1 durant l'été 1935. Remarquez le carénage partiel des trains du prototype. Sur l'exemplaire le plus à gauche, la canopée présente un pare-brise incliné.

La construction du Savoia 81 fut confiée à 8 firmes différentes (SIAI à Vergiate, Piaggio à Finale Ligure, Macchi à Varese, CRDA à Monfalcone, Breda à Cinisello Balsamo, CMASA à Marina di Pisa, Aeronautica Umbra à Foligno et Caproni Predappio à Forlì) qui livrèrent 534 exemplaires du trimoteur entre 1935 et 1938. Pas moins de 5 motorisations différentes furent adoptées selon le théâtre d'opération. Le prototype et les premiers avions de série étaient propulsés par des moteurs Piaggio P.IX RC.40.

Ligne d'assemblage du Savoia S.81. Savoia S.81 de la série I avec des moteurs Piaggio P.IX et des carénages partiels de train. Savoia S.81 présenté au salon aéronautique de Milan en octobre 1935. Il est propulsé par des moteurs Alfa 125.

Description technique

Le bombardier Savoia S.81 était un trimoteur à aile basse et structure mixte. Le fuselage reposait sur une structure métallique en tubes d'acier au chrome molybdène recouverte de tôles d'aluminium à l'avant et entoilé du bord de fuite à l'empennage.

L'aile présentait en revanche une structure tri-longeron en bois peint et imperméabilisé puis recouvert de contreplaqué. Elle était constituée de trois sections, une centrale et deux demi-ailes facilement démontables. Les ailerons et les volets, tout comme l'empennage arrière, avaient quant à eux une structure en tubes d'acier entoilée.

Écorché d'un Savoia S.81 série V. Sections longitudinales d'un Savoia S.81 série II. Structure tubulaire du fuselage.
Section centrale de l'aile. Demi-aile pouvant être démontée pour le transport.

Du fait de la faible puissance des moteurs disponibles à l'époque, le Savoia S.81 était propulsé par trois moteurs, un à l'avant du fuselage et deux sur la section centrale de l'aile. Leur bâti était construit en tubes d'acier. Les différents moteurs sur le S.81 furent les suivants :

  • Piaggio P.IX RC.40 de 680 ch au décollage (70 exemplaires équipés);
  • Piaggio P.X RC.15 de 700 ch au décollage (73 exemplaires équipés) ;
  • Alfa Romeo 125 RC.35 de 680 ch au décollage (213 exemplaires équipés) ;
  • Alfa Romeo 126 RC.34 de 780 ch au décollage (58 exemplaires équipés);
  • Gnome & Rhône 14K de 650 ch au décollage (120 exemplaires équipés).
S.81 de la série I propulsé par des Piaggio P.IX entraînant des hélices quadripales sur le terrain de Ciampino. S.81 de la série I en vol. Outre les hélices quadripales, on remarque le pare-brise vertical typique des premiers exemplaires produits. Le carénage des roues est absent. S.81 propulsé par des Piaggio P.IX en vol sur le Latium.
Alignement de S.81 dotés de moteurs Alfa 125 RC.35. Formation de S.81 propulsés par des Alfa 125 en vol. Bâti-moteur latéral pour un Alfa 125.
Mécaniciens inspectant un moteur Alfa 126 RC.34. Les pipes d'échappement des moteurs Alfa 126 ont été allongées pour les missions nocturnes. S.81 du 14° St. équipé de Gnome & Rhône 14K. Les radiateurs sont bien visibles sous les capots.

Tous ces moteurs entraînaient des hélices tripales en aluminium à pas réglable au sol, sauf le P.IX qui entraînait une hélice quadripale. Leur diamètre était de 3,23 m sur Piaggio P.IX, de 3,40 m sur Piaggio P.X et Gnome & Rhône 14K et de 3,50 m sur les Alfa 125 et 126. Les moteurs Piaggio furent utilisés en majorité en AOI, les Alfa Romeo et Espagne et en Europe et les Gnome & Rhône en Afrique du Nord.

S.81 de début de production propulsé par des Piaggio P.IX entraînant des hélices quadripales.
(crédits photo : Ferdinando Pedriali)
Hélice tripale entraînée par un moteur Piaggio. Hélice tripale pour moteur Alfa 125.

L'essence à 87 octanes était stockée dans huit réservoirs d'une capacité totale de 3200 litres, six logés dans la section centrale de l'aile et deux dans les demi-ailes.

Le train principal fixe, caréné, montait des pneumatiques de 1270x430 mm et était doté de freins pneumatiques type FAST. La roulette de queue orientable mais non rétractable reposait sur un pneu basse pression.

Jambe de train gauche. Roue et son carénage. Roulette de queue.

L'équipage comptait quatre membres : les deux pilotes assis côte à côté dans le poste de pilotage, le bombardier prenant place dans la gondole ventrale située juste derrière le moteur central, et l'opérateur radio dont le poste se trouvait en face de la porte d'accès au fuselage, juste derrière la soute à bombes. L'équipement radio comprenait un émeteur RA 350, un récepteur AR 5 et un radiocompas P63N, ce dernier n'étant pas toujours installé. Le trimoteur embarquait également un appareil photo OMI mod. AL30.

Poste de pilotage et tableau de bord. Flanc gauche du cockpit. Gondole du bombardier.
Appareil photo OMI mod. AL30. Schéma de l'installation photographique. Poste radio à l'arrière du fuselage.

L'armement défensif comprenait un maximum de six mitrailleuses de 7,7 mm : deux Breda SAFAT dans la tourelle dorsale Breda type D semi rétractable, deux Breda SAFAT dans la tourelle ventrale Breda type E elle aussi semi rétractable, et deux Lewis tirant par les ouvertures pratiquées dans les flancs du fuselage. Chaque arme était alimentée à 500 coups environ.

Tourelle dorsale Breda type D armée de deux mitrailleuses Breda SAFAT de 7,7 mm.
Tourelle ventrale Breda type E armée de deux mitrailleuses Breda SAFAT de 7,7 mm.

La soute à bombes permettait de disposer les projectiles à la verticale ou à l'horizontale pour une plus grande précision. Les combinaisons de chargement possibles étaient les suivantes :

  • 4 bombes de 500 kg ;
  • 4 bombes de 250 kg ;
  • 16 bombes de 100 kg (à la verticale) ;
  • 28 bombes de 50 kg ;
  • 56 bombes de 31, 24, 20 ou 15 kg ;
  • 1008 bombettes de 2 kg.

Baptême du feu en Éthiopie

Les premiers S.81 construits, propulsés par des moteurs Piaggio P.IX, furent livrés au St.BT de Lonate Pozzolo à partir d'avril 1935 puis au St.BT de Rome Ciampino, au 13° St.BT de Lonate Pozzolo et au 15° St.BT de Ferrare. Le St.BT, qui avait atteint un bon niveau de transformation sur le nouveau trimoteur au moment de l'invasion de l'Éthiopie, reçut l'odre de partir pour l'Afrique Orientale le 21 novembre 1935. Les appareils furent tout d'abord transférés en vol à Naples Capodichino à partir du 27 novembre, avant d'être partiellement démontés puis embarqués à bord de navires Ircania, Calabria, Tevere, Miraglia, Mazzini, Provvidenza et Traviata suite au refus anglais du survol des colonies britanniques. Les 12 appareils du XXVI Gr. embarquèrent à bord du Miraglia le 17 décembre et gagnèrent Massaoua le 19. Ils furent remontés dans les ateliers de la SRAM puis déployés sur le terrain de Gura (Érythrée) le jour de Noël.

S.81 du XXV° Gr., 7° St.BT sur le terrain de Lonate Pozzolo durant l'hiver 1936-37.
(crédits photo : Alfredo Morlacchi)
S.81 de la 11a sq., XXVI° Gr., 9° St.BT survolant Rome.
Alignement de S.81 tout juste livrés au XXVI° Gr., 9° St. sur le terrain de Ciampino en avril 1935. Rassemblement des S.81 de la 2a SA sur le terrain de Rome Litorio. S.81 de la 11a sq., XXVI° Gr., 9° St.BT peu avant leur envoi en AOI.
S.81 traversant les rues de Naples avant l'embarquement pour l'AOI en décembre 1935. Les demi-ailes et l'empennage ont été démontés pour le transport.
Embarquement des S.81 du XXVI Gr. à bord du Miraglia le 17 décembre 1935.

Après un premier vol d'acclimation réalisé par un S.81 au départ de Massaoua le 21 décembre, la première action militaire des appareils du St.BT survint le 26 décembre 1935 et impliqua dix trimoteurs. Au 15 janvier 1936, les Savoia S.81 équipaient l'ensemble du St.BT, basé à Gura, comprenant les 11a et 13a sq. du XXVI Gr. ainsi que les 62a et 63a sq. du XXIX Gr. totalisant 24 appareils. Les S.81 opérèrent ensuite sur les bases de Dire Daua et Assab en suivant l'évolution du front. La première perte survint le 15 février 1936, lorsque le MM.20299 de la 62a sq. fut abattu au-dessus de Dessié. L'accident du 10 mars entraînant la perte du MM.20289 de la 13a sq. mit en évidence un défaut structurel de l'appareil au niveau de la tringlerie de commande et de la fixation de l'empennage. En conséquence, les vols sur S.81 furent suspendus entre le 15 et le 27 mars, le temps de réaliser les modifications nécessaires. Le 17 avril, deux S.81 réalisèrent une mission de reconnaissance photographique à très basse altitude sur Addis Abeba.

Les S.81 furent les bombardiers les plus modernes employés durant la campagne éthiopienne, en compagnie des plus anciens Caproni Ca.101 et Ca.133. Ils ne furent cependant pas cantonnés au bombardement puisqu'ils menèrent des missions de transport et de ravitaillement des troupes, notamment au profit de la colonne Starace au printemps 1936.

S.81 de la 13a sq., XXVI Gr. survolant l'Éthiopie. S.81 de la 13a sq. lors de la première mission offensive le 26 décembre 1935. Alignement de S.81 du XXVI Gr. sur le terrain de Gura. On distingue des Ca.111 au second plan.
Photo nocturne de S.81 du XXIX Gr. à Gura. S.81 de la 62a sq., XXIX Gr. lors de la campagne d'Éthiopie. S.81 de la 63a sq. survolant le palais impérial d'Addis Abeba le 3 mai 1936.
S.81 sur le terrain de Dire Daua. Cette photo met en évidence les bandes rouges peintes sur les ailes pour faciliter l'identification des appareils. Alignement de S.81 sur le terrain d'Addis Abeba en 1936. S.81 utilisé pour le transport de passagers et de courrier au départ de Gura.

La guerre d'Espagne

L'aventure des S.81 en Espagne débuta le 28 juillet 1936, lorsque 12 appareils aux ordres du col. Ruggero Bonomi quittèrent Cagliari-Elmas pour se rendre à Nador, au Maroc Espagnol (sur les 12, seuls 9 arrivèrent, les 3 autres connaissant des sorts divers : l'un s'écrasa an mer, un autre dut effectuer un atterrissage d'urgence en Tunisie et le dernier s'écrasa au sol). La première action de guerre des trimoteurs italiens se déroula le 2 août 1936, lorsque 3 appareils bombardèrent les défenses de Merida. Le jour suivant, 4 S.81 attaquèrent Badajoz, sans être inquiétés par la chasse républicaine. Les S.81 effectuèrent également des opérations contre la flotte espagnole, restée fidèle au gouvernement républicain. Dès le 5 août, deux trimoteurs mirent en fuite un contre-torpilleur qui bombardait Larache. Si les bombes atteignaient rarement leurs cibles, ces attaques eurent un grand effet moral sur les marins et annulèrent ainsi la suprématie navale républicaine. Lorsque les troupes franquistes traversèrent le détroit de Gibraltar le 6 août sur 5 navires de transport, le blocus naval ennemi fut forcé par 9 S.81, alors qu'il était constitué d'un cuirassé, 2 croiseurs, 7 contre-torpilleurs et 8 sous-marins. Seul le contre-torpilleur José Luis Diez fut endommagé ce jour là, mais les navires nationalistes passèrent sans difficulté !

L'un des premiers S.81 arrivés au Maroc espagnol fin juillet 1936. Il s'agit probablement de celui du col. Bonomi.
(crédits photo : Tullio Marcon)
S.81 sur le terrain de Nador fin juillet 1936.
(crédits photo : Francisco Andreu sur AviationCorner)
S.81 sur le terrain de Nador en 1936, après avoir reçu un nouveau schéma de camouflage et les marquages de l'Aviazione Legionaria.

Le 9 août 1936, un coups plus dur fut porté à la marine espagnole lorsque les S.81 bombardèrent le port de Malaga et détruisirent les dépôts de munitions et de carburant, contraignant la flotte à se replier sur des bases plus éloignées, l'empêchant ainsi de perturber le transfert des troupes nationalistes. D'ailleurs, les S.81 participèrent également au transport des troupes d'une rive à l'autre en compagnie des Junkers Ju 52 allemands entre juillet et octobre 1936. Dans le même temps, les trimoteurs furent transférés à Tablada, dans la région de Séville. Trois appareils furent détachés sur l'île de Palama de Majorque le 31 août, renforcés ensuite par l'envoi du XXV Gr. "Pipistrelli delle Baleari". Durant la Guerre Civile, les S.81 apportèrent un soutient direct aux troupes nationalistes en bombardant Malaga, Cordoue, Oropesa, Tudela et Huelva, effectuèrent des attaques au-dessus des bases aériennes républicaines et ravitaillèrent les troupes assiégées.

Action de bombardement des S.81 de l'Aviazione Legionaria en 1936.
(crédits photo : finn.it)
S.81 décollant du terrain de Tablada en 1937.
(crédits photo : Francisco Andreu sur AviationCorner)
Bombardiers de la 213a sq., XXIV Gr. en vol à l'automne 1937.
Appareils de la 251a sq., XXV Gr. "Pipistrelli delle Baleari" au-dessus de la Méditerranée en décembre 1937. S.81 du XXV Gr. en 1937.
(crédits photo : Francisco Andreu sur AviationCorner)
S.81 survolant Palma de Majorque en 1938.
(crédits photo : Francisco Andreu)

Mais l'arrivée des chasseurs russes allait changer la donne dans le ciel ibérique à la fin de l'année 1936. Au même moment, la présence des S.81 (il n'en restait alors plus que 7 opérationnels) fut renforcée par l'arrivée fin décembre de 18 nouveaux trimoteurs prélevés au XXVI Gr. du St.BT, commandés par le col. Ferdinando Raffaelli. Transférés à Soria en janvier 1937 et rattachés au XXIV Gr., ces appareils participèrent aux batailles de Guadalajara de janvier à mars 1937 et de Santander, d'avril à août.

S.81 sur le terrain de Soria pendant la bataille de Guadalajara. S.81 sur le front de l'Èbre en décembre 1938. S.81 sur le terrain de Son Bonet à Majorque en 1938.
(crédits photo : Francisco Andreu)

Au total, 84 Pipistrelli participèrent à la guerre civile, identifiés par le numéro 21. La fin de la carrière des S.81 en Espagne fut marquée par l'incendie d'un trimoteur au décollage de Saragosse, qui tua tous les occupants. Le 30 septembre 1938, toutes les machines restantes furent cédées à l'aviation espagnole, qui les rassembla au sein du groupe G-21, tandis que le personnel italien rentra par bateau. Transformés en appareils de transport et désignés T.1, ils restèrent en service dans l'aviation espagnole jusqu'en 1953.

S.81 de l'aviation nationaliste en 1937. Le carénage de la roue droite est partiellement démonté.
(crédits photo : Francisco Andreu sur AviationCorner)
S.81 utilisé pour ravitailler les populations civiles à Sabadell en mars 1939. S.81 de l'aviation espagnole à Logroño en 1940.
(crédits photo : Fernando Pina Rubio sur AviationCorner)

Italie et colonies, 1936-39

Pendant que le S.81 était employé au front en Éthiopie puis en Espagne, les unités de bombardement stationnées en Italie furent progressivement équipées du nouvel appareil. Le St.BT de Bologne Borgo Panigale reçut sa dotation en mars 1936, suivi du 10° St.BT de Bresso, du 14° St.BT de Vicence, du 11° St.BT de Ferrare en mai, du 30° St.BT de Poggio Renatico, du 12° St.BT de Guidonia, du 32° St.BT de Ferrare et Forlì et du 33° St.BT de Naples Capodichino. En mars 1937, ce fut au tour du 34° St.BT de Forlì de se transformer sur S.81 puis du 36° St.BT de Bologne Borgo Panigale en février 1938.

S.81 du XXX Gr., 10° St. après un atterrissage long à Bresso. S.81 du XXXII Gr., 10° St. en 1937. Alignement des S.81 du 10° St. à Bresso le 28 mars 1937.
S.81 du 14° St. propulsés par des moteurs Gnome & Rhône 14K. Mussolini passant en revue une unité de bombardement équipée de S.81 à Rome Ciampino.

Les premiers appareils envoyés en Libye furent ceux du 15° St.BT propulsés par des Gnome & Rhône 14K, transférés à Castelbenito entre juin et juillet 1936. Le 14° St.BT fut à son tour déployé à Benina, non loin de Benghazi, le 25 novembre 1936. En mai 1938, à l'occasion de la visite du roi Victor Emmanuel III en Libye, des S.81 lancèrent un bataillon de parachutistes libyens au complet.

S.81 du 15° St. en Libye. S.81 du 15° St. survolant le port de Benghazi. Maintenance des moteurs 14K sur un appareil du XLVI Gr., 15° St. à Castelbenito le 15 juillet 1936.
S.81 du XLV Gr., 14° St à Castelbenito au printemps 1937. Balbo et De Bono passant en revue un unité de S.81 à Castelbenito en décembre 1939.

En avril 1939, des appareils des 33° et 37° St.BT transportèrent un régiment de granatieri de Grottaglie à Tirana pour renforcer les troupes participant à l'invasion de l'Albanie. Dès le 7 avril fut constitué à Tirana le XXXIX Gr. du 38° St.BT.

S.81 du XXXIX Gr. déchargeant du matériel à Berat le 8 avril 1939. S.81 du XXXIX Gr. en vol sur le territoire albanais.
(crédits photo : Nino Arena)

Le SM81 dans la seconde guerre mondiale

Au 10 juin 1940, la Regia Aeronautica disposait de 304 Savoia Marchetti 81 : 59 étaient basés en AOI, tandis que les autres étaient répartis entre le territoire métropolitain, l'Albanie, la Libye et le Dodécanèse. Ils équipaient les unités suivantes :

  • 37° St.BT (LIV° et LV° Gr.) à Lecce Galatina,
  • 38° St.BT (XXXIX° Gr. à Tirana et XL° Gr. à Lecce Galatina),
  • XLVII° Gr. du 15° St.BT à Tarhuna T18,
  • XLV° Gr. du 14° St.BT à El Adem,
  • 39° St.BT (LVI et XCII Gruppi) à Rhodes,
  • IV, XXVI, XXVII, XXVIII et XXIX Gr.Aut. en AOI.
S.81 du 38° St. en vol. S.81 arborant sur la dérive la croix blanche de la maison de Savoie adoptée au début du conflit. S.81 en cours de maintenance dans une SRAM.

En AOI, le S.81 représentait environ un tiers de la force de bombardement, avec 59 appareils. Ils effectuèrent des bombardements nocturnes sur Djibouti, Zeila, Berbera, Aden et Port Soudan. Mais les Hurricane anglais se révélèrent être des adversaires bien plus redoutables que les chasseur de la guerre d'Espagne : le 13 juin, lors d'une action contre Aden, 2 Savoia S.81 sur 4 furent abattus. Après la conquête de la Somalie britannique et les actions en Mer Rouge, le nombre de S.81 disponible en AOI chuta rapidement : il en restait 6 le 10 février 1941, et plus que 3 le 10 mars, qui disparaîtront à leur tour en moins d'un mois.

Les intrados de ce S.81 du XXIX Gr. ont été peints en noir en vue des missions nocturnes. La photo a été prise le 8 mai 1940 sur les rives du lac Biscioftù. De retour d'une mission de reconnaissance sur le Kenya le 30 juin 1940, ce S.81 a dut faire un atterrissage de fortune dans la région de Salal. S.81 MM.20167 du IV Gr. capturé par les troupes anglaises.

Au début de la guerre, les S.81 participèrent activement aux actions aéronavales contre la flotte britannique en Méditerranée. Ils étaient présents à la bataille de Punta Stilo, durant laquelle ils bombardèrent par erreur la flotte italienne, sans causer de dommages. À Capo Spada, 11 appareils du 39° St.BT de Rhodes furent les premiers à attaquer les navires de la Royal Navy. Le 39° St.BT fut d'ailleurs particulièrement actif en Méditerranée Orientale : ses équipages effectuèrent de nombreux raids nocturnes sur Alexandrie, du 22 juin au 5 octobre 1940, avec 8 avions en moyenne, avant que ces missions ne soient interrompues pour économiser le carburant. Le 19 juillet, les S.81 du 39° St.BT endommagèrent le destroyer HMS Havock et, le 28 août, les appareils basés à Rhodes partirent de nuit bombarder Port Saïd et le canal de Suez.

Le Pipistrello fut également employé pour l'offensive contre la Grèce, impliquant le 37° St.BT (18 appareils) basé à Lecce Galatina et le 38° St.BT (24 appareils) basé à Vlora puis à Shkodër, en Albanie. Ces appareils effectuèrent des missions de bombardement sur la station radio de Mitilene, sur l'aéroport d'Héraklion et sur le port du Pirée. Au fur et à mesure de leur substitution par les Fiat BR.20, les S.81 furent reversés aux escadrilles de transport. Dès le 2 novembre 1940, des appareils du 38° St.BT furent utilisés pour ravitailler la division alpine Julia, puis, le mois suivant, quelques trimoteurs de cette même unité furent prélevés pour former une escadrille de transport auprès du commandement de l'aviation en Albanie.

S.81 du 38° St. en vol sur l'Albanie.
S.81 de la 202a sq.T en vol sur le front greco-albanais. S.81 sur le terrain d'Athènes Tatoï.
(crédits photo : collection Aymeric Lopez)

En Afrique du Nord, au moment de l'entrée en guerre, les unités de S.81 étaient en cours de transformation sur S.79, pour les opérations diurnes au moins. Sur les 29 S.81 présents en Libye au 10 juin 1940, 8 avaient déjà été reconvertis en appareils de transport. Le LIV Gr., arrivé avec 13 appareils le 15 juillet 1940 à Benghazi, conserva ses Pipistrelli pour les missions de bombardement nocturne. Fin janvier 1941, le CLXV Gr.T, qui était équipé entre autres de S.81, avait à son actif 3200 heures de vol, durant lesquelles il avait transporté 11 600 personnes et 1140 tonnes de matériels. Les derniers S.81 utilisés pour le bombardement furent ceux des 103a et 244a sq. transférées en Libye en mai 1941. Cinq trimoteurs furent convertis en appareils de transport sanitaire par la SRAM de Benghazi. Ils furent affectés à la 16a sq. du Gr.APC pour effectuer des liaisons sanitaires avec les garnisons isolées, rapatriant les blessés les plus graves en Sicile. L'Aviazione Sahariana eut également en dotation des S.81 qu'elle employa dans des missions de bombardement, de transport et de ravitaillement.

Les S.81 qui devaient participer à l'opération C3 contre Malte furent finalement chargés de transporter la division Folgore à El Alamein. Malgré la suprématie alliée au-dessus du détroit de Sicile, on retrouva les fidèles Pipistrelli au-dessus de la Tunisie en avril-mai 1943. Les appareils du 18° St. évacuèrent à eux seuls 28 000 hommes. Les S.81 furent également les derniers liens entre les îles de Lampedusa et Pantelleria et l'Italie en mai-juin 1943.

S.81 en Libye à l'été 1941. S.81 convertis en transport sanitaire par la SRAM de Benghazi.
S.81 sanitaire en compagnie de SM.82 du 18° St.

Les Pipistrelli connurent aussi les steppes russes : les deux premiers appareils gagnèrent Tudora, en Roumanie, le 12 août 1941, pour être assignés au XXII Gr.CT. En septembre, 8 autres trimoteurs vinrent renforcés l'aviation du CSIR à Krivoï Rog, constituant, avec les deux appareils déjà présents, la 245a sq.T. Leurs rôles étaient d'assurer les liaisons entre le front et Bucarest, où ils étaient relayés par les SAS, d'assurer le ravitaillement des troupes et le transport des blessés. Le 25 novembre 1941, l'escadrille fut secondée dans sa tâche par la 246a sq.T, équipée de 6 S.81 basés à Stalino puis par la 247a sq.T basée à Otopeni en Roumanie pour assurer une étape intermédiaire. L'appareil résistait aux conditions climatiques extrêmes, et se contentait de terrains de fortune pour mener à bien ses missions. Durant l'hiver 1942-43, les équipages de S.81 bravèrent tous les dangers pour évacuer le plus d'hommes possibles de la poche de Stalingrad. C'est au cours de l'une de ces missions, le 29 décembre 1942, que le général Enrico Pezzi, commandant l'aviation italienne en Russie, disparu. La 245a sq.T rentra en Italie en mars 1943, suivie par la 246a sq.T en mai.

Préchauffage des moteurs Alfa 126 de ce S.81 en URSS. S.81 se préparant au décollage sur un terrain enneigé du front russe. Durant l'hiver russe, les moteurs et pare-brises étaient couverts pour les protéger du froid.

Dès la fin des années 1930, le S.81 servit à l'instruction des pilotes dans les écoles de bombardement et à la SVSV de Littoria. Il fut également utilisé pour remorquer des planeurs de transport.

S.81 de l'école de bombardement de Malpensa. S.81 de l'école de bombardement d'Aviano.

S.81 T de transport

La fiabilité et la robustesse du S.81 le désignaient tout naturellement pour des missions de transport. C'est pourquoi de nombreux appareils furent convertis pour ce besoin par les SRAM. La première unité organique de transport sur S.81 fut le 18° St. constitué le 10 octobre 1941 à Viterbo puis transféré à Orvieto.

S.81 utilisé en tant qu'avion de transport en 1942. S.81 de transport de la 216a sq.

En 1942, face à un besoin grandissant, la Regia Aeronautica passa commande pour 74 exemplaires d'une version du trimoteur destinée au transport, le S.81 T. La production fut confiée à Caproni Predappio et Savigliano à Turin. En parallèle, la société San Giorgio de Pistoia reçut une commande pour 52 S.81 TP de transport de parachutistes, réduite à 20 en 1943. Le premier S.81 T fut livré le 28 novembre 1942 et le premier S.81 TP le 23 février 1943. Sur les 126 exemplaires de S.81 T et TP commandés, seuls 28 rentrèrent en service dans la Regia Aeronautica et 3 furent retirés par la Luftwaffe après l'armistice.

Les S.81 T et TP étaient propulsés par des Alfa Romeo 126 RC.34 avec des prises d'air placées au-dessus des capots. Les modifications les plus visibles par rapport à la version de bombardement étaient le remplacement de la tourelle dorsale par une Lanciani Delta armée d'une mitrailleuse de 12,7 mm et la suppression des carénages de roues sur le train principal.

La version Saturno de déminage

Un unique S.81, le MM.20163, fut converti par le cap. Luigi Palieri au centre expérimental de Guidonia en chasseur de mines et  baptisé Saturno. Il était équipé d'un générateur de courant continu alimentant une bobine de cuivre enfermée dans un grand anneau octogonal de 14 m de diamètre fixé sous le fuselage et les ailes. Bien sûr, ces modifications n'étaient pas sans incidence sur les performances de l'appareil, dont la vitesse chuta à 180 km/h. L'opération de déminage devait s'effectuer à une altitude de 30 m et l'appareil pouvait couvrir une bande de 60 m de large, exceptée la zone de 10 m située sous le fuselage dans laquelle le champ magnétique était nul.

Vu la faible utilisation des mines magnétiques au début de la guerre, l'appareil fut remisé. Ce n'est qu'au printemps 1942 que le cap. Antonino Asta reprit les vols d'essai à Guidonia. La seule sortie opérationnelle de l'appareil eut lieu le 21 janvier 1943 dans le golfe de La Spezia, mais aucune mine ne fut trouvée. L’avion fut envoyé à la SRAM de Pise en mai 1943 pour une nouvelle série de test et de modifications. Il fut probablement détruit lors de l’armistice. Une commande passée aux CRDA pour 12 exemplaires allégés, la bobine de cuivre étant remplacée par de l'aluminium, n'eut pas le temps de se concrétiser avant l'armistice.

Le MM.20163 transformé en appareil de déminage et baptisé Saturno. Détail de l'anneau métallique contenant la bobine de cuivre.

S.81 B bimoteur

L'unique exemplaire de la version bimoteur du S.81 désignée S.81 B ou bis fut le MM.326, obtenu par transformation du MM.20338. La motorisation retenue se composait de deux Isotta Fraschini Asso XI RC de 840 ch unitaires. Le nez de l'appareil fut complètement redessiné pour intégré une large verrière améliorant grandement la visibilité. Cependant, la faible puissance disponible condamna le projet. Le MM.326 fut versé au 12° St.BT pour l'entraînement des pilotes en vue du passage sur S.79.

Le MM.326, prototype et unique exemplaire du S.81 B.

Le S.81 après l'armistice

Après l'armistice, seule une demi douzaine de S.81 servit dans les rangs de l'Aeronautica Cobelligerante pour ravitailler les troupes italiennes et celles de Tito dans les Balkans. En mars 1944, les S.81 récupérèrent les blessés les plus graves de la division Venezia à Berane, au Monténégro. Fin août 1944, le Stormo Trasporti ne comptait plus qu'un S.81 opérationnel, qui fut radié en décembre.

S.81 ravitaillant la division Garibaldi à Berane.

Au Nord, les Allemands mirent la main sur 98 S.81 suite aux évènements du 8 septembre 1943. De plus, la poursuite des travaux sur 18 S.81 T fut autorisée à l'usine Caproni de Taliedo.La plupart de ces appareils finirent dans les rangs de la Luftwaffe et de l'aviation croate. Cependant, 36 d'entre eux furent employés par le I Gr.T Felice Terracciano de l'ANR, incorporé dans la Luftwaffe et officiellement désigné Transportfliegergruppe 10 (ital.). Ces trimoteurs opérèrent à partir de la Lithuanie sous les ordres du magg. Egidio Pellizzari. Après la percée soviétique de juillet 1944, ils évacuèrent certaines unités encerclées dans les pays baltes avant de se retirer sur Königsberg, perdant trois appareils dans cette opération. À la fin de la guerre, le personnel rentra en Italie pour effectuer des missions de maintien de l'ordre dans le secteur d'Orio al Serio.

S.81 T du I Gr.T Terracciano. Les marquages allemands sont complétés par un drapeau italien derrière le cockpit. S.81 T de la 1a sq. à Schaufen, en Lettonie. S.81 T du I Gr.T Terracciano en vol sur la mer Baltique.
Récapitulatif de la production
SérieQuantitéDatesMM.UsineRemarque
I SIAI 8 03-04/1935 20099-20106 SIAI Moteurs P.IX RC.40
I Piaggio 24 09/1935-04/1936 20149-20178 Piaggio Moteurs P.IX RC.40
I Macchi 24 03/1935-02/1936 20173-20196 Macchi Moteurs P.IX RC.40
I CRDA 24 09/1935-04/1936 20197-20220 CRDA Moteurs Alfa 125 RC.35
I Breda 24 10/1935-04/1936 20221-20244 Breda Moteurs Alfa 125 RC.35
I CMASA 24 01-06/1936 20245-20268 CMASA Moteurs Alfa 125 RC.35
II SIAI 36 - 20269-20304 SIAI 20269-20270 : moteurs P.IX RC.40
20271-20276 : moteurs P.X RC.15
20277 : moteurs Alfa 125 RC.35
20278-20290 : moteurs P.X RC.15
20291-20297 : moteurs Alfa 125 RC.35
20298-20300 : moteurs P.X RC.15
20301-20304 : moteurs Alfa 125 RC.35
III SIAI 36 11/1935-02/1936 20325-20360 SIAI 20325-20327 : moteurs Alfa 125 RC.35
20328 : moteurs 14K
20329-20330 : moteurs Alfa 125 RC.35
20331-20332 : moteurs P.X RC.15
20333-20334 : moteurs Alfa 125 RC.35
20335 : moteurs P.X RC.15
20336-20337 : moteurs Alfa 125 RC.35
20338-20360 : moteurs 14K
IV SIAI 96 11/1935-06/1936 20361-20456 SIAI Moteurs 14K
II Macchi 24 03-06/1936 20457-20480 Macchi Moteurs Alfa 125 RC.35
II CMASA 12 07-10/1936 20481-20492 CMASA Moteurs Alfa 125 RC.35
II Breda 12 05-06/1936 20493-20504 Breda Moteurs Alfa 125 RC.35
II Piaggio 12 05-07/1936 20505-50516 Piaggio Moteurs P.IX RC.40
II CRDA 12 02-08/1936 20517-20528 CRDA Moteurs Alfa 125 RC.35
III Macchi 12 07-09/1936 20595-20606 Macchi Moteurs Alfa 125 RC.35
V SIAI 12 06-07/1936 20607-20618 SIAI Moteurs P.X RC.15
III Piaggio 10 07/09/1936 20619-20628 Piaggio Moteurs P.X RC.15
III CMASA 10 - 20629-20638 CMASA Moteurs Alfa 126 RC.34
IV Macchi 4 - 20639-20642 Macchi Moteurs Alfa 126 RC.34
I AUSA 8 10/1936-02/1937 20643-20650 Aeronautica Umbra Moteurs Alfa 126 RC.34
VI SIAI 36 07-09/1936 20742-20777 SIAI Moteurs Alfa 125 RC.35
V Macchi 12 11/1936-01/1937 20857-20868 Macchi Moteurs Alfa 126 RC.34
II AUSA 12 03-06/1937 20869-20880 Aeronautica Umbra Moteurs Alfa 125 RC.35
IV CMASA 12 02-05/1937 20881-20892 CMASA Moteurs Alfa 126 RC.34
VII SIAI 12 10-12/1936 20925-20936 SIAI Moteurs P.X RC.15
IV Piaggio 8 05-08/1937 20937-20944 Piaggio Moteurs P.X RC.15
V Piaggio 6 08/10/1937 20945-20950 Piaggio Moteurs P.X RC.15
I Predappio 12 09/1937-03/1938 21229-21240 Caproni Predappio Moteurs Alfa 126 RC.34
S.81 B 1 - 326 SIAI Moteurs Asso XI RC
- 1 - 23452 SIAI Avion personnel de Mussolini
S.81 T 52 1942-1943 60964-61015 Caproni Predappio 15 livrés jusqu'au MM.60978
S.81 T 22 1943 61016-61037 Savigliano 3 retirés par la Luftwaffe
S.81 TP 32 1943 61038-61069 San Giorgio Commande réduite à 20, 13 livrés
MM.61050 prêt au 08/09/1943
S.81 TP 20 1943 61377-61396 San Giorgio Commande annulée le 25/01/1943
Fiche technique
Longueur 17,875 m 17,875 m 17,895 m 17,895 m 18,3 m
Envergure 24 m 24 m 24 m 24 m 24 m
Hauteur au sol 4,55 m 4,55 m 4,55 m 4,55 m 4,55 m
Surface alaire 92,2 m2 92,2 m2 92,2 m2 92,2 m2 92,2 m2
Masse à vide 6400 kg 6800 kg 6350 kg 6350 kg 7300 kg
Masse maximale au décollage 10 105 kg 10 505 kg 10 055 kg 10 055 kg 11 005 kg
Équipage 4 4 4 4 4
Motorisation 3 Alfa Romeo 125 RC.35
Puissance nominale : 650 ch unitaires à 3500 m
Puissance au décollage : 680 ch unitaires
3 Alfa Romeo 126 RC.34
Puissance nominale : 750 ch unitaires à 3400 m
Puissance au décollage : 780 ch unitaires
3 Piaggio P.IX RC.40
Puissance nominale : 610 ch unitaires
Puissance au décollage : 680 ch unitaires
3 Piaggio P.X RC.15
Puissance nominale : 670 ch unitaires
Puissance au décollage : 700 ch unitaires
3 Gnome & Rhône 14K
Puissance au décollage : 650 ch unitaires
Plafon opérationnel 7000 m - - - -
Vitesse maximale 340 km/h à 4000 m 347 km/h à 4000 m - 325 km/h à 2000 m 320 km/h à 4000 m
Distance franchissable 1800 km - - 2000 km à 260 km/h -
Course au décollage 290 m - - - -
Course à l'atterrissage 200 m - - - -
Armement 2 Breda SAFAT de 7,7 mm dans la tourelle Breda dorsale type D, 2 Breda SAFAT de 7,7 mm dans la tourelle ventrale Breda type E, 2 mitrailleuses Lewis de 7,7 mm dans les flancs du fuselage ;
jusqu'à 2000 kg de bombes
Profil du prototype MM.20099. Profil de S.81 de série propulsé par des Piaggio P.IX. Profil de S.81 de série propulsé par des Gnome & Rhône 14K.
Profil de S.81 de série propulsé par des Alfa 125. Profil de S.81 T propulsé par des Alfa 126.
S.81 de la 13a sq., XXVI Gr., 9° St.BT à Gura. S.81 de la 63a sq., XXIX Gr., 9° St.BT en AOI. S.81 du XXV Gr. aux Baléares en 1936.
S.81 de la 214a sq., XXIV Gr. de l'Aviazione Legionaria. S.81 de la 214a sq., XXIV Gr. à Tudela en août 1938. S.81 de la 57a sq., XXXII Gr., 10° St.BT à Bresso en 1938.
S.81 de la 202a sq., XL Gr., 38° St.BT en Albanie début 1941. S.81 de la 246a sq.T à Vorochilovgrad en avril 1942. S.81 T du I Gr.T Terracciano de l'ANR en Finlande en juin 1944.
Sources :
  • Tutti gli aerei del Re, Max Vinerba, 2011
  • SIAI S.81, Ali d'Italia 29, La Bancarella Aeronautica, Franco Farina, 2010
  • Il Pipistrello della Regia, Delta Editrice, Pietro Tonizzo & Nico Sgarlato, 2000
  • Dimensione cielo bombardieri n°4, Emilio Brotzu, Michele Caso & Gherardo Cosolo, Edizioni Bizzarri, 1972
  • Ali Italiane in Africa Orientale 1935-40, Albertelli Editore, Storia Militare, Carlo Lucchini, 1997
  • L'aeronautica italiana nelle guerre coloniali, Africa Orientale Italiana 1936-1940, Ferdinando Pedriali, Aeronautica Militare, Ufficio Storico, 2000
  • Nei cieli dell'Abissinia, L'impiego dei Savoia Marchetti S.81 in A.O.I. 1935-36, Giorgio Apostolo, Giorgio Apostolo Editore, 2008
  • La campagne d'Abyssinie, Patrick Laureau, Ciel de Guerre n°24, 2013
  • L'Aviazione Legionaria da bombardamento, Spagna 1936-1939, Edoardo Grassia, IBN editore, 2009
  • Aviación en la guerra civil española, Rafael A. Permuy López, Susaeta, 2012
  • Ali Tricolori, Gli aerei militari italiani, Parte 3a : 1935-45, Giorgio Apostolo, Storia Militare Dossier n°9, 2013
  • Regia Aeronautica : periodo prebellico e fronti occidentali, Angelo Emiliani, Giuseppe F. Ghergo & Achille Vigna, Intergest, 1975
  • Regia Aeronautica :i fronti africani, Angelo Emiliani, Giuseppe F. Ghergo & Achille Vigna, Albertelli, 1979
  • Regia Aeronautica Italiana, The Royal Italian Air Force 1923-1945, Spencer Anthony Coil & Renato Zavattini, Schiffer Publishing, 2009
  • Decimo Stormo, La storia del reparto : 1936-1943, Cesare Gori, Giorgio Apostolo Editore, 1991
  • Nei cieli di guerra, La Regia Aeronautica a colori 1940-45, Giorgio Apostolo, Giorgio Apostolo Editore, 1998
  • Alfredo Morlacchi, 25 anni sempre in volo, Fabio Morlacchi, Giorgio Apostolo Editore, 2013
  • La quinta squadra aerea (L'altalena del deserto negli anni 1940-1943), Angelo de Libero, Mucchi Editore, 1983
  • Catalogo nomenclatore per Aeroplano S.81 da Bombardamento, Società Idrovolanti Alta Italia "Savoia", 1936
Pour reproduire cet appareil :
FabricantÉchelleRéférence et désignationGalerie
Supermodel 1/72 008 Savoia Marchetti SM81 Pipistrello -
Italeri 1/72 1283 SM.81 Pipistrello -

{jfusion_discuss 3022}

Read 15724 times Last modified on Sunday, 02 March 2014 14:40