Dernières mises à jour

Se connecter

dimanche, 08 mars 2015 17:24

Reggiane RE 2001

Ecrit par 
Alignement de RE 2001 en attente de livraison sur le terrain Reggio Emilia. Alignement de RE 2001 en attente de livraison sur le terrain Reggio Emilia.

Premier constructeur aéronautique italien à proposer le passage au moteur en ligne sur un chasseur, Reggiane ne fut cependant pas en mesure de transformer son succès technique en succès commercial, le Macchi C.202 ayant été jugé prioritaire pour l'attribution des moteurs Daimler Benz produits sous licence par Alfa Romeo.

Développement et production

Le 20 juillet 1939, la Regia Aeronautica demanda à l’usine Reggiane de Reggio Emilia de lancer les études visant à équiper le Reggiane RE 2000 d’un moteur en ligne allemand, le Daimler Benz DB 601 de 1175 ch. Comme son prédécesseur, le RE 2001 fut développé sous la direction de l’ingénieur Roberto Longhi, secondé par Maraschini. Avec l’arrivée d’un moteur DB 601 à Reggio Emilia en août 1939 débuta la construction d’un modèle en bois du fuselage à l’échelle 1. Le premier prototype, immatriculé MM.409, reprenait l'essentiel de la structure du RE 2000 avec une aile à cinq longerons. Cependant, pour le refroidissement du moteur, deux radiateurs avaient été ajoutés sous les ailes.

Modèle en bois équipé du moteur DB 601 dans l'atelier de l'unité expérimentale Reggiane en décembre 1939. Construction du fuselage du prototype MM.409 le 29 février 1940.

Achevé au début du mois de juin 1940, le MM.409 vola pour la première fois entre le 22 et le 24 juin, avec Mario de Bernardi aux commandes. Suite aux premiers essais à Reggio Emilia, quelques modifications furent apportées au capot moteur, des trous d'aération ajoutés et le capot du radiateur d'huile redessiné. Le 9 août 1940, à la veille du premier vol de son concurrent le Macchi C.202, le prototype du RE 2001 fut envoyé à Guidonia pour les essais d’acceptation, durant lesquels il atteignit 568 km/h à 5500 mètres. C’était certes une belle performance, mais elle allait être revue à la baisse sur les exemplaires de série, les moteurs produits sous licence en Italie n'égalant pas les originaux allemands produits avec des matériaux de meilleur qualité.

Le prototype MM.409 en achèvement dans l'atelier de l'unité expérimentale Reggiane le 6 juin 1940. L'ingénieur Roberto Longhi (à gauche) en discussion devant le prototype MM.409 en juin 1940.
Première sortie du prototype MM.409 encore privé de canopée sur le terrain de Reggio Emilia en juin 1940.
Le prototype MM.409 à Reggio Emilia le 10 juillet 1940, équipé de sa canopée.
Le prototype MM.409 début août 1940 après modification du capot moteur et application du schéma de camouflage. Le MM.409 sur le terrain de Reggio Emilia peu avant son départ pour Guidonia.
Le pilote d'essais Mario de Bernardi dans le cockpit du MM.409. Le MM.409 à Guidonia en octobre 1940. Gros plan sur le propulseur DB 601 équipant le prototype. La photo a été prise au centre d'essais de Guidonia.

Un second prototype fut commandé début 1940. Il aurait du être immatriculé MM.468 et non MM.408 comme on peut constater sur les photos. L'immatriculation MM.408 était en effet celle assignée au premier prototype du RE 2000 et ne pouvait donc pas être reportée sur un autre appareil. L'erreur fut sans doute commise au moment de peindre le numéro sur le fuselage. Par rapport au premier prototype, le MM.408 avait une aile à trois longerons au lieu de cinq intégrant des réservoirs indépendants et la section vitrée était réduite sur l'arrière de la canopée. Terminé en novembre 1940, il effectua son premier vol le 18 décembre, piloté par le t.col. Pietro Scapinelli. Le 14 mars 1941, lors de son quatorzième vol, l'appareil s'écrasa suite à une avarie moteur, causant la mort du pilote Pietro Scapinelli.

Le second prototype, immatriculé par erreur MM.408, photographié le 14 février 1941. Le second prototype le 14 mars 1941, juste avant l'accident. La carcasse du MM.408 après l'accident qui causa la mort de Pietro Scapirelli.

En octobre 1940, la Regia Aeronautica commanda 200 exemplaires du nouveau chasseur à Reggiane, en substitution d’une commande identique pour le RE 2000. En outre, les usines Caproni Taliedo, Caproni Predappio et Breda se voyaient elles aussi attribuer des commandes, pour un total de 350 appareils (hors Reggiane). En janvier 1941, le ministère porta la commande à 600 exemplaires, toutes usines confondues. Malgré tout, le chasseur de Castoldi avait clairement remporté la manche : il était plus rapide et montait mieux. Le RE 2001 avait pour lui une autonomie et une manœuvrabilité supérieures.

L’appareil ne fut jugé apte à la production qu’en juin 1941, mais les commandes furent drastiquement réduites à partir de juillet, pour tomber à 120 en octobre. Les 10 appareils de présérie (série 0) commencèrent à être testés par l’unité expérimentale de Reggiane en mai 1941. Des modifications furent introduites sur la série 0 : démarrage électrique du moteur, roulette de queue fixe et ajout de mitrailleuses d’aile de 7,7 mm.

Le MM.08075 de la série 0 sur le terrain de Reggio Emilia le 7 août 1941. Remarquez les orifices des mitrailleuses de 7,7 mm dans les bords d'attaque. Le MM.08077 lors des essais à Guidonia.

De nouvelles commandes furent passées entre mai 1942 et mars 1943. Toutes versions confondues, seulement 237 appareils furent construits par Reggiane et Caproni Predappio (10 RE 2001 CN + 1 RE 2001 Delta) avant l’armistice, répartis en 4 séries. Au 8 septembre 1943, 16 appareils étaient en cours d’assemblage à l’usine Reggiane.

Assemblage du fuselage sur la chaîne de montage Reggiane de Reggio Emilia.
Réalisation de la structure des ailes à trois longerons. Fabrication des bords d'attaque. Assemblage du capot moteur.
Mise en croix de l'appareil.
Vue d'ensemble de la chaîne de montage Reggiane. Une fois mis en croix, l'appareil est acheminé vers le secteur de montage moteur. Mise en place du moteur Alfa Romeo RA 1000 RC 41-I.
Vue d'ensemble du secteur d'assemblage final. Application de la peinture au pistolet en extérieur. Le port du masque n'était pas systématique...

L’appareil fut surnommé dans un premier temps Falco II, pour marquer sa filiation avec le RE 2000, puis Ariete I.

Description technique

Le Reggiane RE 2001 était un chasseur monomoteur monoplan à aile basse, à structure métallique. L’aile semi-elliptique comportait trois longerons réalisés en Alclad (duralumin revêtu d’aluminium pour augmenter la résistance à la corrosion). La structure du fuselage était en duralumin, tout comme le revêtement de l’ensemble de l’appareil, mises à part les parties mobiles entoilées.

Le RE 2001 était entièrement revêtu de panneaux en duralumin, à l'exception des parties mobiles entoilées. Coupes longitudinales de l'appareil.
(crédits : Sergio Govi)
Structure du fuselage vue depuis l'habitacle en regardant vers l'arrière.
Son importante surface alaire conférait au RE 2001 une très bonne maniabilité. Dessin d'une demi-aile montrant sa structure à trois longerons. Section centrale de la voilure équipée des profilés de raccordement au fuselage.

Le moteur RA 1000 RC 41-I Monsone produit par Alfa Romeo sous licence Daimler Benz développait 1175 ch au décollage et entraînait une hélice métallique tripale Alfa Romeo à pas variable de 3,1 m de diamètre. Les radiateurs refroidissant le moteur étaient positionnés sous la voilure. Le carburant était stocké dans trois réservoirs : un de 80 litres dans le fuselage, derrière le pilote, et deux (264 litres et 200 litres) dans la section centrale de l’aile.

Moteur Alfa Romeo RA 1000 RC 41-I Monsone. Mise en place de l'hélice tripale Alfa Romeo. Détail du radiateur d'huile privé de son carénage.
Détail du bâti-moteur et des pipes d'échappement. Éclaté du capot et détail du filtre à air.

La canopée s’ouvrait en basculant sur la droite et se repliait sur elle-même grâce aux charnières présentes à son faîte.

Canopée fermée. La moitié avant des vitres latérales pouvait coulisser vers l'arrière. Canopée ouverte et repliée sur elle-même grâce à la charnière centrale. Vue d'ensemble du cockpit.

L’appareil disposait d’un poste radio émetteur tB 30 et d'un poste récepteur rB 30. L’alimentation électrique générale en 12 V était assurée par une dynamo Marelli de 1200 W chargent quatre batteries Tudor.

Le châssis coulissant des postes radio permettait une extraction facile.

Le train d’atterrissage rétractable vers l’arrière pivotait sur son axe de manière à ce que les roues soient logées à l’horizontal dans l’aile. La roulette de queue était fixe, contrairement aux prototypes.

Dessin du train d'atterrissage. Détail du train d'atterrissage sur un appareil en construction.

Les deux mitrailleuses Breda SAFAT de 12,7 mm synchronisées, logées au-dessus du moteur, tiraient à travers le disque d’hélice et étaient approvisionnées à 350 coups chacune. Les mitrailleuses d’ailes Breda SAFAT de 7,7 mm, tirant en-dehors du disque d’hélice, disposaient de 600 coups chacune.

Agencement des mitrailleuses Breda SAFAT de 12,7 mm et de leurs magasins. Disposition de l'armement dans le capot.
Agencement des mitrailleuses Breda SAFAT de 7,7 mm et de leurs magasins. Trappe de visite d'une mitrailleuse d'aile.

Le RE 2001 de relevé photographique

Construite en très faible quantité, la version de relevé photographique se distinguait par l'ajout de deux conteneurs pour appareil photographique Robot dans le bord d'attaque des ailes. L'objectif pouvait être orienté vers l'avant ou vers le bas.

Les deux appareils photos Robot étaient logés dans le bord d'attaque des ailes. Appareil photo Robot derrière son capot de protection. L'un des rares RE 2001 de relevé photographique opérationnels.

RE 2001 bis

Un RE 2001 de la série 0 fut modifié de manière à avoir les radiateurs intégrés dans l’épaisseur de l’aile avec les entrées d’air dans le bord d’attaque afin d'améliorer l’aérodynamisme. Équipé de la dérive du premier prototype immatriculé MM.409, l'appareil ne fut enregistré en tant que MM.538 qu'après le début des essais en vol. Cette immatriculation ne fut cependant jamais apposée sur l'avion.

Cette modification connue sous le nom de RE 2001 bis, qui imposait le retrait des mitrailleuses de 7,7 mm, permettait d’atteindre une vitesse de 600 km/h à 6000 m. Malgré cette bonne prestation, ce développement n’eut pas de suite, sans doute à cause de la mondre efficacité des radiateurs.

L'unique prototype du RE 2001 bis à Reggio Emilia en juin 1941. Les entrées d'air dans les bords d'attaque sont clairement visibles.
Le RE 2001 bis à l'usine Reggiane le 8 août 1941, à la veille de son départ pour Guidonia. Une bande jaune a été peinte sur le nez de l'appareil.

RE 2001 Delta

L'un des obstacles majeurs pour la production en grande série du RE 2001 était la pénurie de moteurs RA 1000, qui étaient affectés en priorité aux Macchi C.202. Cette difficulté poussa la Regia Aeronautica à demander à Caproni Taliedo d'étudier une nouvelle motorisation, d'origine italienne, pour le RE 2001. Le choix se porta naturellement vers le seul moteur en ligne alors disponible, à savoir l'Isotta Fraschini Delta RC 16/48 de 12 cylindres en V inversé, développant 840 ch à 2780 tr/min. La faible puissance devait, espérait-on, être compensée par un poids et un encombrement inférieurs au RA 1000.

Le prototype du RE 2001 Delta, immatriculé MM.9920, fut achevé entre août et septembre 1942 et vola pour la première fois le 12 septembre, avant d'être transféré au centre d'essais de Guidonia le 2 novembre. Mais les prestations attendues n'étaient pas au rendez-vous : l'avion ne dépassait pas les 495 km/h à 4400 mètres. L'incendie en vol du prototype suite à une surchauffe moteur le 27 janvier 1943 mit un terme à ce programme.

Le prototype MM.9920 du RE 2001 Delta. Détail du capot moteur du RE 2001 Delta.
Moteur Isotta Fraschini Delta RC 16/48 en V inversé. L'entrée d'air était emménagée sous le cône d'hélice.

Premiers combats contre Malte

Les premiers Reggiane RE 2001 furent livrés au Gr.Aut.CT à partir du 16 septembre 1941 sur le terrain de Ravenne. À la fin de l'année 1941, les 150a, 152a et 358a sq. de ce gruppo basées à Gorizia comptaient 28 exemplaires, qui furent ensuite redéployés en Sicile, sur le terrain de Santo Pietro di Caltagirone, le 4 mai 1942, après une longue phase de mise au point à Ciampino.

RE 2001 en attente de livraison au 2° Gr.Aut.CT sur le terrain de Reggio Emilia en décembre 1941.
RE 2001 de la 150a sq. du 2° Gr.Aut.CT. Alignement de RE 2001 de la 385a sq. du 2° Gr.Aut.CT.

Le baptême du feu eut lieu le 10 mai 1942, lors d’une escorte de Cant Z.1007 bis du St. sur Malte, contre des Spitfire. Les Italiens perdirent un Cant Z.1007 bis et un C.202, tandis que les RE 2001 revendiquèrent 3 Spitfires et un Beaufighter au tapis, plus deux autres Spitfires endommagés. En réalité, la RAF ne perdit aucun appareil lors de cette rencontre…

Durant l’année 1942, les escortes sur Malte se succédèrent pour les RE 2001 du Gr.Aut.CT, en compagnie de C.202 le plus souvent. Le RE 2001 prouva ses qualités face aux Hurricane Mk.II et Spitfire Mk.V, et 8 pilotes sur cet avion reçurent la MAVM.

Départ en mission sur Malte pour ces RE 2001 du 2° Gr.Aut.CT. Appareils du 2° Gr.Aut.CT en entretien en Sicile. RE 2001 du 2° Gr.Aut.CT en Sicile en juin 1942.
(crédits photo : Archivio Centrale dello Stato)
RE 2001 de la 358a sq. appartenant au serg.magg. Giovanni Dringoli, auteur de l'emblème du 2° Gr.Aut.CT peint sur la dérive. RE 2001 du 2° Gr.Aut.CT à l'atelier de réparation de Santo Pietro di Caltagirone. Le MM.7216 de la 150a sq. contraint à un atterrissage forcé à Comsio de retour d'une mission sur Malte le 6 juin 1942.

Les RE 2001 CB et GV d’attaque au sol

La version d’attaque au sol RE 2001 CB (pour Caccia Bombardiere) fut construite à 39 exemplaires. Grâce à l'ajout d'un point d'emport ventral, le RE 2001 CB pouvait emporter une bombe de 100, 160 ou 250 kg. Certains exemplaires furent également équipés de points d'emport sous les ailes. Le premier appareil vola le 15 avril 1942.

Point d'emport ventral d'un RE 2001 CB privé de son carénage. Préparatifs pour le premier vol d'un RE 2001 CB sur le terrain de Reggio Emilia. RE 2001 CB prêts à décoller. La fourche devant la bombe permet d'éloigner cette dernière du disque d'hélice lors du largage.

Trois exemplaires de RE 2001 CB furent convertis en RE 2001 GV pour mener des missions d'attaque de porte-avions telles qu'imaginées par les ten. Aldo Galimberti et Riccardo Vaccari (d'où les initiales GV). Cette version était capable de mettre en œuvre une bombe de 630 kg dérivée des obus des cuirassés de la classe Littorio, dotée d'un empennage étudié pour lui faire parcourir une trajectoire proche de l'horizontale entre le largage à une centaine de mètre de l'objectif et l'impact contre la coque. Le premier RE 2001 GV (MM.7226) fut testé à Furbara en mars 1942.

RE 2001 GV MM.7226 à l'usine Regginae en février 1942. Un modèle à l'échelle 1 d'une bombe de 630 kg est accroché sous son ventre.

La première unité à recevoir le RE 2001 CB fut le 22° Gr.Aut.CT (359a, 362a et 369a sq.), à partir du 1er juillet 1942, à son retour de Russie. Fin juillet, le 22° Gr.Aut.CT fut déployé en Sardaigne, à Elmas, pour opérer contre les convois alliés.

Le 12 août, deux RE 2001 GV de la 362a sq. armés de bombes 630 PD (Perforante – Dirompente pour Perforant-Explosif) et pilotés par les ten. Robone et Vaccari décollèrent de Cagliari-Elmas pour attaquer un convoi partis de Gibraltar. Ils larguèrent leurs bombes sur le porte-avions HMS Victorious, dont la défense anti-aérienne resta muette juqu'au moment du largage, prenant les deux RE 2001 pour des Hurricane en phase d'appontage. Heureusement pour la Royal Navy, ces bombes n'explosèrent pas, mais les deux audacieux pilotes italiens purent s'échapper sains et saufs.

RE 2001 GV sur le terrain de Cagliari-Elmas à l'été 1942.
(crédits photos : Archivio Centrale dello Stato)
Chargement d'une bombe de 630 kg sous le ventre d'un RE 2001 GV.

Le 10 septembre 1942, le 22° Gr.Aut.CT fut transféré Sicile, à Santo Pietro di Caltagirone. Il opéra conjointement avec le Gr.Aut.CT qui resta en Sicile jusqu'en octobre 1942. Les deux unités réunies pouvaient aligner quotidiennement une force opérationnelle de 22 appareils.

Suite au débarquement Allié en Afrique du Nord, le 22° Gr.Aut.CT fut redéployé à Gela et Pantelleria avec 23 RE 2001 le 7 novembre. Les équipages de cette unité attaquèrent des objectifs en Algérie, notamment à Bougié et Bone. Ce fut la seule apparition du RE 2001 au-dessus de l'Afrique. Au moment de l’invasion de la Sicile, le 10 juillet 1943, seuls 72 RE 2001 étaient opérationnels au sein des unités de la Regia Aeronautica.

RE 2001 de la 369a sq. sur le terrain de Santo Pietro di Caltagirone en septembre 1942. RE 2001 de la 362a sq. à Santo Pietro di Caltagirone. Ravitaillement en carburant d'un appareil de la 369a sq. Remarquez le filtre à air sur la prise d'air.

RE 2001 CN de chasse de nuit

Les RE 2001 de chasse de nuit, baptisés RE 2001 CN (pour Caccia Notturna), se différenciaient principalement de leurs homologues diurnes par un armement renforcé par deux canon MG 151/20 de 20 mm en gondole sous les ailes approvisionnés à 60 coups chacun à la place des mitrailleuses de 7,7 mm, l’ajout de pare-flammes sur les pipes d'échappement et un camouflage noir mat.

Sur les 94 RE 2001 devant être livrés en version de chasse de nuit, un bon nombre conserva l'armement des chasseurs diurnes à cause de la pénurie en canons MG 151/20. D'autre part, certains appareils armés de canons de 20 mm étaient privés de pare-flammes du fait de leur utilisation comme chasseurs diurnes. Enfin, certains appareils de chasse diurne furent adaptés pour la chasse nocturne.

MM.90755 en achèvement à Reggio Emilia. Essai en vol du MM.90760. Les deux canons de 20 mm sont clairement visibles sous les ailes. Détail de la gondole recevant le canon MG 151/20 sur le MM.08075 à Furbara le 23 février 1943. Cet appareil de la série 0 a été transformé en chasseur de nuit.
Détail du pare-flammes sur un RE 2001 CN. RE 2001 CN en attente de livraison devant l'usine Reggiane. La plupart est privée des canons de 20 mm.

Déployés à partir de décembre 1942 dans le ciel italien, les RE 2001 CN furent appréciés par les pilotes mais ne remportèrent aucun succès. Ces chasseurs équipèrent les 59° et 60° Gr.Int du 41° St.Int, le 167° Gr.Int du 42° St.Int ainsi que le 160° Gr.Aut.CT, basés initialement à Metato, Venegono, Ciampino et Pérouse.

MM.08075 au départ de Furbara pour des essais de tir le 23 février 1943. Seule la livrée noire de ce RE 2001 servant au sein de la 234a sq. du 60° Gr.Int indique son rôle de chasseur de nuit. RE 2001 CN de la 394a sq. du 160° Gr.Aut.CT sur le terrain d'Olbia-Venafiorita en 1943.

RE 2001 OR

Dans le but de constituer un groupe aérien pour le futur porte-avions Aquila (ex paquebot Roma), la Regia Marina et la Regia Aeronautica chargèrent Reggiane d'adapter le RE 2000 au rôle de chasseur embarqué. Ce choix s'expliquait par le fait qu'une version catapultable de l'appareil avait été retenue pour être embarquée sur les cuirassés de la classe Littorio.

Cependant, le RE 2000 ne répondait pas aux exigences de SUPERAEREO, si bien que la commande de 50 RE 2000 embarqués fut annulée le 16 décembre 1941 tandis que la première commande pour 100 chasseurs RE 2001 fut divisée en deux groupes, dont la moitié en configuration navalisée RE 2001 OR (pour Organizzazione Roma). Le développement de la version embarqué du chasseur Reggiane s'acheva au printemps 1942. Les modifications concernaient l'ajout d'un système d’accrochage sur la catapulte, d'une crosse d'appontage, d'un poste émetteur récepteur et de points d'emport sous le fuselage et les ailes, la suppression des mitrailleuses d'ailes et le renforcement du train d'atterrissage pour encaisser les contraintes mécaniques lors du catapultage et de l'appontage. En revanche, les ailes restèrent fixes, ce qui limitait le groupe aérien à 51 appareils au lieu de 66.

En mai 1942, avec le nouveau fractionnement de la commande initiale, il ne restaient que 2 RE 2001 ultralégers (considérés comme les prototypes de la version OR) et 12 RE 2001 OR. Une nouvelle commande en juin 1942 portant sur 50 RE 2001 OR fut ensuite modifiée pour autant d'appareils de chasse de nuit.

Les premiers essais d'accrochage pour le catapultage et d’atterrissage avec brins d’arrêt rudimentaire (une simple corde en fait) furent menés par Piero de Prato à Reggio Emilia avec les deux prototypes « ultralégers ». Ce surnom venait du retrait du blindage et de certains autres équipements.

Le 16 janvier 1943, des essais furent effectués sur le troisième exemplaire (MM.7260) pour vérifier la bonne manœuvrabilité de l’appareil, dont le barycentre s’était déplacé vers l’arrière du fait de l’ajout de la crosse d’appontage. Le 12 février, les appareils furent transférés à Pérouse Sant'Egidio, où avaient été aménagées deux pistes simulant le pont de vol du futur porte-avions équipées de brins d'arrêt en acier reliés à un moteur électrique pour doser le freinage. Au premier atterrissage avec ce dispositif, l'appareil menaça de cabaner et brisa son hélice du fait que la crosse d'appontage était trop avancée. Le décalage de la crosse à l'arrière de la roulette de queue ne donna pas satisfaction, la pression de contact de la crosse au sol étant insuffisante. Après avoir ramené la crosse devant la roulette de queue et l'avoir raccourci pour que son point d'accroche au fuselage soit suffisamment loin du centre de gravité de l'appareil, la solution fut jugée satisfaisante, l'avion étant stoppé en 15-20 m seulement.

RE 2001 OR de la 394a sq. lors des essais sur le terrain de Pérouse. La crosse d'appontage a trouvé sa position définitive, juste devant la roulette de queue.

Les trois premiers RE 2001 OR furent affectés au 160° Gr.Aut.CT (393a, 394a et 375a sq.) qui avait été sélectionné pour constitué le groupe aérien de l'Aquila et dont une partie du personnel avait été envoyé à Pérouse. Avec la dégradation de la situation militaire, les onze autres appareils commandés ne furent pas employés à l'entraînement des équipages.

En plus du rôle de chasseur embarqué, le RE 2001 aurait également dû remplir celui de torpilleur. Construit en un unique exemplaire (MM.9921) en février 1943, le RE 2001 G se distinguait par sa roulette de queue rehaussée pour permettre l'emport d'une torpille sous le fuselage. Au moment de l'armistice, le MM.9921 se trouvait à l'école d'avions torpilleurs de Gorizia.

L'unique prototype du RE 2001 G, immatriculé MM.9921, dans l'atelier de l'unité expérimentale Reggiane le 12 février 1943. Remarquez l'allongement de la roulette de queue. Le MM.9921 équipé d'un modèle de torpille à l'échelle 1.

Le RE 2001 après l’armistice

Au moment de l'armistice, il restait 26 RE 2001 au 160° Gr.Aut.CT, 10 au 60° Gr.Int, 11 au 167° Gr.Int et 4 au Gr.Aut.CT, dont seulement 33 opérationnels.

Après le 8 septembre 1943, entre 8 et 9 RE 2001 combattirent au Sud avec les Alliés, au sein du 21° Gr.Aut.CT puis du 101° Gr.CT de l’Aeronautica Cobelligerante, en effectuant des missions d'attaque au sol dans les Balkans jusqu'en juin 1944. Entre 3 et 6 appareils furen transformés en RE 2001 S (pour Scorta, escorte) moyennant l'ajout d'un point d'emport pour un réservoir supplémentaire sous le fuselage.

RE 2001 portant les marquages de l'Aeronautica Cobelligerante. RE 2001 CN du 20° Gr.CT à Lecce-Galatina en février 1944. RE 2001 S dotés de réservoirs supplémentaires. Le croix de Savoie a été masquée sur la dérive.

Au Nord, au moins un RE 2001 fut utilisé pour l’entraînement. En revanche, les Allemands ordonnèrent l'arrêt de la production en cours tout en utilisant un certain nombre d'appareils pour l'écolage.

RE 2001 au milieu des décombres de l'usine Reggiane le 8 janvier 1944. Parmi les carcasses enchevêtrées, on aperçoit une Balkenkreuz sur l'aile d'un appareil. L'un des rares RE 2001 utilisés par la Luftwaffe.

Après guerre, trois RE 2001 furent utilisées par la section météorologique de l'Aeronautica Militare basée sur le terrain de Venise-San Nicolò jusqu'en novembre 1947.

RE 2001 de la section météorologique de l'Aeronautica Militare sur le terrain de Venise-San Nicolò.
Récapitulatif de la production
SérieCommandésConstruitsDatesMM.UsineRemarque
prototype 1 1 1940 409 Reggiane 1er prototype commandé le 20/07/1939
prototype 1 1 1940 408 Reggiane 2ème prototype qui aurait dû recevoir l'immatriculation MM.468
Série 0 10 10 05/1941-10/1941 08071-08080 Reggiane Construits par le Reparto sperimentale
- 100 100 09/1941-03/1942 7209-7308 Reggiane 10/1940 : Commande initiale pour 200 RE 2001 remplaçant 200 RE 2000
07/1941 : réduction à 100 chasseurs diurnes
12/1941 : 50 chasseurs diurnes, 50 OR
05/1942 : 47 chasseurs diurnes, 39 CB, 2 ultralégers et 12 OR
Deltra 1 1 09/1942 9920 Caproni Taliedo -
- 30 30 11/1942-02/1943 9921-9950 Reggiane MM.9921 transformé en RE 2001 G
- 50 34 07-08/1943 90000-90049 Reggiane 9 appareils endommagés lors du bombardement de l'usine
16 appareils inachevés au 8 septembre 1943
CN 50 50 03-06/1943 90751-90800 Reggiane 06/1942 : Commande initiale pour 50 OR
CN 10 10 12/1942-03/1943 6547-6556 Caproni Predappio -
Fiche technique
  
Longueur 8,36 m
Envergure 11,00 m
Hauteur au sol 3,15 m
Surface alaire 20,40 m2
Masse à vide 2460 kg
Masse maximale au décollage 3240 kg
Équipage 1
Motorisation 1 Alfa Romeo RA 1000 RC41-I
Puissance nominale : 1040 ch
Puissance au décollage : 1175 ch
Plafon opérationnel 11 000 m
Vitesse maximale 545 km/h à 5470 m
Distance franchissable 1100 km
Course au décollage 168 m
Course à l'atterrissage 255 m
Armement 2 mitrailleuses Breda SAFAT de 12,7 mm (350 coups unitaires), 2 Breda SAFAT de 7,7 mm (600 coups unitaires)
Profil du prototype MM.409 après modification du capot moteur.
(crédits : Angelo Brioschi)
Profil du prototype MM.408.
(crédits : Angelo Brioschi)
Profil de RE 2001 série 0.
(crédits : Angelo Brioschi)
Profil de RE 2001 de série.
(crédits photo : Angelo Brioschi)
Profil de RE 2001 fotografico.
(crédits : Angelo Brioschi)
Profil du RE 2001 bis.
(crédits : Angelo Brioschi)
Profil du RE 2001 Delta.
(crédits : Angelo Brioschi)
Profil de RE 2001 CB.
(crédits : Richard J. Caruana)
Profil de RE 2001 GV.
(crédits : Richard J. Caruana)
Profil de RE 2001 CN.
(crédits : Angelo Brioschi)
Profil de RE 2001 OR avec les deux premières configurations de la crosse d'appontage.
(crédits : Angelo Brioschi)
Profil de RE 2001 S.
(crédits : Richard J. Caruana)
Prototype MM.409.
(crédits : Angelo Brioschi)
Prototype MM.408.
(crédits : Angelo Brioschi)
RE 2001 du 2° Gr.Aut.CT, 150a sq. à Ravenne en octobre 1941.
(crédits : Angelo Brioschi)
RE 2001 du 2° Gr.Aut.CT, 152a sq. à Santo Pietro di Caltagirone le 6 juin 1942.
(crédits : Angelo Brioschi)
RE 2001 du 22° Gr.Aut.CT, 362a sq. à Gela en décembre 1942.
(crédits : Angelo Brioschi)
RE 2001 fotografico utilisé pour le tournage du film "Primo volo" par l'institut Luce en mars 1943.
(crédits : Ruggero Calò)
RE 2001 CN du 41° St.Int, 60° Gr., 234a sq. à Rimini en mai 1943.
(crédits : Angelo Brioschi)
RE 2001 CN du 51° St.CT, 20° Gr., 356a sq. de l'Aeronautica Cobelligerante à Lecce-Galatina en février 1944.
(crédits : Angelo Brioschi)
RE 2001 de la section météorologique de l'Aeronautica Militare à Venise-San Nicolò en mars 1947.
(crédits : Angelo Brioschi)
Sources :
  • Tutti gli aerei del Re, Max Vinerba, 2011
  • Reggiane Re 2001, Giorgio Apostolo, Ali d'Italia 3, 1996
  • Il caccia Re 2001, Storia degli aerei Reggiane Gruppo Caproni, Sergio Govi, Giorgio Apostolo Editore, 1982
  • I « Reggiane » dall'A alla Z, Descrizione tecnica degli aerei Reggiane Gruppo Caproni, Sergio Govi, Giorgio Apostolo Editore, 1985
  • Fotoalbum "Reggiane", 320 immagini inedite degli aerei Reggiane Gruppo Caproni, Sergio Govi, Giorgio Apostolo Editore, 1986
  • Reggiane Fighters in action, George Punka, Squadron/Signal Publications, 2001
  • Caccia Reggiane, I Colori dei caccia Reggiane, Macchine - Piloti - Storie, Ali e colori 6, Paolo Waldis, La Bancarella Aeronautica, 2005
  • Dimensione Cielo Caccia Assalto 2, Emilio Brotzu, Michele Caso & Gherardo Cosolo, Edizioni Bizzarri, 1971
  • Regia Aeronautica, Caccia & Assalto 1941-1943, parte II, Paolo Waldis & Marino De Bortoli, La Bancarella Aeronautica, 2009
  • Le portaerei italiane, Dai primi studi del 1912 al Cavour, Michele Cosentino, Albertelli Edizioni Speciali, 2011
  • La chasse de nuit italienne, les débuts (2), Giancarlo Garello, Avions n°99, 2001
Pour reproduire cet appareil :
FabricantÉchelleRéférence et désignationGalerie
Alitaliane 1/72 72001 Reggiane Re 2001 -
Alitaliane 1/72 72002 Reggiane 2001 CN -
Alitaliane 1/72 72003 Reggiane 2001 Delta -
Supermodel 1/72 003 Reggiane Re 2001 Maquette d'Aymeric Lopez
Sword 1/72 72033 Re 2001 Falco II -
Sword 1/72 72034 Re 2001 CN -
Classic Airframes 1/48 420 Reggiane Re 2001 -

Réagissez à cet article
Re: Reggiane RE 2001 -- laurent de beauvais
Sunday, 09 July 2017 18:36
Et encore une autre...

1705240812598646615058858.jpg
Re: Reggiane RE 2001 -- laurent de beauvais
Sunday, 09 July 2017 18:33
Bonjour.

Voici quelques photos complémentaires de ce merveilleux avion.

Amicalement.

Laurent

1705250138488646615060008.jpg

1705250138478646615060007.jpg

Lu 2856 fois Dernière modification le dimanche, 08 mars 2015 17:48

Sujets associés

Media