Dernières mises à jour

Se connecter

dimanche, 06 novembre 2016 09:16

Savoia Marchetti SM.89

Ecrit par 
Ce cliché du prototype MM.533 pris à Guidonia pendant l'hiver 1942-1943 met en évidence le puissant armement concentré dans le nez du SM.89 : 2 canons de 37 mm et 3 mitrailleuses de 12,7 mm. Ce cliché du prototype MM.533 pris à Guidonia pendant l'hiver 1942-1943 met en évidence le puissant armement concentré dans le nez du SM.89 : 2 canons de 37 mm et 3 mitrailleuses de 12,7 mm.

Dérivé du bombardier-torpilleur trimoteur Savoia SM.84, le bimoteur Savoia SM.89 fut l'un des avions d'assaut les plus puissamment armés de la Regia Aeronautica, au détriment de ses qualités de vol.

Développement et essais

Développé de la propre initiative de la SIAI et conçut par Alessandro Marchetti, le SM.89 fit l'objet du contrat n°4921 passé le 13 avril 1941 pour la construction d'un prototype immatriculé MM.533. L'appareil effectua son premier vol le 28 juillet 1942[1] sur le terrain de l'usine, à Vergiate, piloté par le ten. Guglielmo Algarotti. Le prototype resta à l'usine SIAI jusqu'en septembre 1942 pour la mise en place de l'armement, la réduction de la section des prises d'air des moteurs et la modification des trappes de train.

Le prototype MM.533 dans sa configuration initiale sur le terrain de Vergiate, avant l'installation de l'armement. Remarquez la configuration des trappes de train et la section des prises d'air sur les moteurs.
Essais moteurs sur le terrain de Vergiate après l'installation des canons de 37 mm. Remarquez la modification des prises d'air sur les moteurs et la nouvelle configuration des trappes de train.

En octobre 1942, le prototype fut transféré à Guidonia par Aldo Moggi pour être soumis aux essais étatiques. L'état major se montra particulièrement intéressé par l'appareil et demanda un compte-rendu détaillé de ses caractéristiques, en particulier sur son comportement au décollage et à l'atterrissage avec une charge croissante, sa manoeuvrabilité à basse altitude et sa facilité de pilotage. En mars 1943, l'appareil fut transféré à Furbara pour effectuer les essais d'attaque de cibles terrestres. Ces derniers donnèrent des résultats satisfaisants, tout comme les simulations de combats contre des chasseurs, bien que la puissance des 2 moteurs Piaggio P.XII de 1500 ch soit jugée un peu juste par rapport au poids de l'appareil.

Le prototype MM.533 dans sa configuration définitive à Guidonia au cours de l'hiver 1942-1943. Le roi Victor-Emmanuel III et le gen. Rino Corso Fougier en visite à Furbara en avril 1943. On reconnaît le prototype MM.533 à l'arrière plan et la dérive d'un Cansa FC.20 au premier plan.

Entre le 7 et le 20 juillet 1943, le prototype fut confié à la 173a sq. de Cerveteri pour l'évaluation opérationnelle. Le cap. Rindone et le ten. Bertuzzi rendirent un jugement négatif sur le bimoteur, peu maniable et trop lent malgré les 3000 ch installés. La phase d'atterrissage était délicate car il ne fallait couper la puissance qu'au dernier moment sous peine de voir l'appareil piquer du nez. Causé par une mauvaise répartion des masses, ce problème se manifestait dans toutes les phases de vol et obligeait les pilotes à maintenir une assiette positive. Le SM.89 était donc loin d'avoir les caractéristiques d'un bon appareil d'attaque au sol.

Fin juillet, le cap. Rindone porta le prototype sur le terrain de Foligno. Tout développement ultérieur de l'appareil fut interrompu par l'armistice du 8 septembre 1943, date à laquelle les Allemands s'emparèrent du prototype, dont toute trace fut perdue par la suite.

Description technique

Le Savoia SM.89 était un appareil d'attaque au sol monoplan à aile basse. Le fuselage, de section rectangulaire, reposait sur une structure de tubes d'acier soudés revêtue de tôles de duralumin et de contreplaqué sur l'avant, et de contreplaqué entoilé à partir de la tourelle dorsale. L'aile à trois longerons en bois était recouverte de contreplaqué, avec des parties mobiles à structure métallique entoilées. L'empennage bidérive était réalisé en tubes d'acier entoilés. Le train principal rétractable s'effaçait partiellement dans les nacelles moteur. La roulette de queue était orientable mais non rétractable.

Le poste de pilotage blindé présentait deux places en tandem, avec le pilote à l'avant bénéficiant d'une excellente visibilité, et l'opérateur radio à l'arrière. Le mitrailleur était logé dans la tourelle dorsale. L'appareil ne pouvant compter sur la vitesse pour se soustraire à ses assaillants, il était protégé par un blindage de 700 kg réparti entre le cockpit et les moteurs.

Poste de pilotage du SM.89.

Le carburant était stocké dans 2 réservoirs situés dans la partie arrière des nacelles moteur, et dans des réservoirs situés dans l'emplanture de chaque demi-aile, pour un emport total de 2700 litres. Les 2 moteurs Piaggio P.XII RC35 entraînaient chacun une hélice métallique tripale Piaggio à pas variable. Il était question d'adopter le plus puissant Piaggio P.XV R de 1650 ch, mais il ne fut jamais installé sur l'appareil.

Le passage de 3 à 2 moteurs permit de dégager le nez de l'appareil et d'y installer un puissant arsenal constitué de 2 canons Breda de 37/54 et de 3 mitrailleuses Breda SAFAT de 12,7 mm. La maintenance était facilitée par de nombreux panneaux démontables. L'armement défensif, installé alors que les essais étaient déjà bien avancés, était constitué d'une mitrailleuse de 12,7 mm dans la tourelle dorsale Breda et une mitrailleuse de 12,7 mm en tourelle ventrale Breda X1 radiocommandée. La soute ventrale du fuselage pouvait contenir jusqu'à 1400 kg de bombes, et une torpille pouvait être fixée sous le fuselage.

Récapitulatif de la production
SérieCommandésConstruitsDatesMM.UsineRemarque
prototype 1 1 1941 533 SIAI, Varese -
Fiche technique
Longueur 16,85 m
Envergure 21,04 m
Hauteur au sol 4,50 m
Surface alaire 61,00 m2
Masse à vide 8800 kg
Masse maximale au décollage 12 635 kg
Équipage 3
Motorisation 2 Piaggio P.XII RC35
Puissance nominale : 1350 ch unitaires à 3500 m
Puissance au décollage : 1500 ch unitaires
Plafon opérationnel 6700 m
Vitesse maximale 440 km/h à 4280 m
Distance franchissable 1600 km
Course au décollage m
Course à l'atterrissage m
Armement 2 canons Breda de 37 mm, 5 mitrailleuses Breda SAFAT de 12,7 mm
1400 kg de bombes
Plan 3 vues du MM.533 dans sa configuration définitive.
Note :

[1] L'hypothèse d'un premier vol à l'automne 1941 avancée par certaines sources semble contredite par la demande pour 2 moteurs P.XII RC35 que l'ingénieur Marchetti aurait fait parvenir à Piaggio le 30 septembre 1941.

Sources :
  • Tutti gli aerei del Re, Max Vinerba, 2011
  • Dimensione Cielo Caccia Assalto 2, Emilio Brotzu, Michele Caso & Gherardo Cosolo, Edizioni Bizzarri, 1971
  • Dimensione Cielo Caccia Assalto immagini c2, Emilio Brotzu & Giancalo Garello, Edizioni dell'Ateneo & Bizzarri, 1978
  • Prototipi della Regia Aeronautica, Nico Sgarlato, Aerei nella Storia n°57, 2007
  • Les projets secrets de la Regia Aeronautica, David Zambon, Aero Journal n°51, 2016
  • La 173a Sq.RST nella Seconda Guerra Mondiale, Gli uomini e le macchine, Giancarlo Garello, Giorgio Apostolo Editore, 1981
  • Piaggio Pontedera 1935-1943, Il polo aeronautico, Paolo Farina, Centro Culturale Aeronautico Ugo Antoni, 2009
  • page sur le Savoia Marchetti SM.89 du site Gruppo Modellistico Sestese
Pour reproduire cet appareil :
FabricantÉchelleRéférence et désignationGalerie
Italian Kits 1/72 IKW7211 SM 89 -

Réagissez à cet article
Pas de commentaire

Lu 1063 fois Dernière modification le dimanche, 06 novembre 2016 09:24