Dernières mises à jour

Sunday, 17 November 2013 14:23

SPA 25 C

Written by 
Vue de profil du SPA 25 C10 immatriculé RE 10237. Vue de profil du SPA 25 C10 immatriculé RE 10237.

Choisi pour succéder au Fiat 15 Ter, le camion léger SPA 25 C fut le protagoniste de tous les conflits de l'entre-deux-guerres avant d'être relégué au second rôle au cours de la seconde guerre mondiale.

Un remplaçant pour le Fiat 15 Ter

La production du camion léger standard utilisé par le Regio Esercito au cours de la Grande Guerre, le Fiat 15 Ter, fut arrêtée en 1922. Il était donc urgent pour l'armée de lui trouver un successeur, qu'il s'agisse d'un nouveau développement ou d'un modèle existant sur le marché civil. Le choix des militaires se porta sur le SPA 25 C10, dont un premier lot fut commandé en 1924. Par rapport à son prédécesseur, la charge utile passait de 1500 kg à 2500 kg (d'où l'appellation de SPA 25, la charge utile étant exprimée en quintaux). Malgré le rachat de SPA par Fiat en 1926, trois séries se succédèrent sur les chaînes de production jusqu'en 1932. Outre l'Esercito, la Regia Aeronautica utilisa également ce camion.

SPA 25 C10 civil. SPA 25 C10 militaire.

Description technique et évolutions

Le camion léger SPA 25 était disponible en deux versions, selon la motorisation : le SPA 25 C10 dont le moteur affichait une cylindrée de près de 3 litres et le SPA 25 C12 avec un moteur de 4,5 litres. Le moteur du SPA 25 C10 était un 4 cylindres essence monobloc en fonte, avec distribution à soupapes latérales et refroidissement à eau par le biais d'une pompe centrifuge. L'allumage se faisait au moyen d'un magnéto Marelli SA 4 et le mélange était assuré par un carburateur Zenith 36 HA horizontal. Le moteur était lancé à l'aide d'une manivelle, saufs pour les exemplaires disposant d'une batterie qui bénéficiaient d'un démarreur électrique.

L'étanchéité de l'embrayage multidisque en acier était assurée par des joints en amiante. La boîte de vitesse disposait de 4 rapports pour la marche avant plus un pour la marche arrière. La suspension était assurée par des ressorts à lames et les roues à jante à voile munis de pneus de 895x135 mm étaient jumelées à l'arrière. Les freins à tambour étaient montés sur les roues arrière. Le plateau mesurait 2,9 m de long et 1,68 m de large.

Vue arrière du SPA 25 C10 immatriculé RE 10237.

Le modèle militaire se distinguait de la version civile par l'empattement plus court et la charge utile réduite. Le principal problème dont se plaignaient les utilisateurs du SPA 25 était la fragilité de l'essieu arrière, dûe à la surcharge qu'il devait supporter. Le déplacement du plateau vers l'avant testé par SPA au second semestre 1929 ne fut pas concluant.

La cabine d'origine, couverte par une capote repliable, fut remplacée par une cabine rigide avec pare-brise et portières. Les évolutions en cours de production touchèrent également le radiateur et les garde-boue. Dans le cas des véhicules disposant d'une installation électrique, les phares à l'acétylène furent remplacés par des phares électriques.

SPA 25 C10 à cabine rigide.

Les versions spéciales

De nombreux dérivés du SPA 25 virent le jour : ambulance, autobus, fourgon frigoriphique, transport de quadrupèdes, fourgon-atelier, fourgon radio, fourgon pompe, camion fumigène et citerne.

Autobus civil sur châssis de SPA 25 C10. Autobus militaire sur châssis de SPA 25 C10 conservé au musée de Cecchignola. Mécaniciens Fiat installés dans un autobus découvert.
SPA 25 C10 immatriculé RE 1145 G utilisé par une unité du génie. Fourgon radio utilisé par le 2° rgt.g.

La production d'ambulances sur châssis SPA 25 C10 atteignit 560 exemplaires. Les châssis réalisés par SPA étaient carossés par Garavini, à Turin. Le compartiment sanitaire recevait 6 civières.

Vues de côté et arrière de l'ambulance immatriculée RE 8222. Ambulance en dotation au CTV en 1938.

Le SCM utilisa le SPA 25 C10 pour obtenir l'autocarro nebbiogeno I (ou camion fumigène I) en installant sur le plateau 400 kg d'équipements comprenant 2 réservoirs de 350 litres de liquide fumigène, une bouteille de 24 litres d'air comprimé à 200 bar et un système d'épandage. Ce véhicule entra en service en 1935, mais fut semble-t-il radié avant 1941 du fait de l'apparition de moyens plus efficaces.

Plans des équipements installés sur le plateau de l'autocarro nebbiogeno I. Vue arrière du véhicule montrant les réservoirs et le système d'épandage.
(crédits photo : Archivio del Centro Tecnico Logistico Interforze NBC)
Lavage des réservoirs d'un autocarro nebbiogeno I. Autocarro nebbiogeno I à l'entraînement.
(crédits photo : collection Aymeric Lopez)

Les pompiers mirent en oeuvre des fourgons pompes sur châssis de SPA 25 C10 et C12. Les châssis étaient le plus souvent transformés par les ateliers des sapeurs-pompiers. La pompe, montée sur l'avant ou l'arrière du véhicule, pouvait être de marque Drouville ou Fiat-Tamini.

Fourgon pompe Drouville sur châssis SPA 25 C10 utilisé par les pompiers de Turin. Fourgon pompe sur châssis SPA 25 C12 du 83° corpo des pompiers de Turin
(crédits photo : Fiamme Blu)
Fourgon pompe Fiat-Tamini conservé au musée des pompiers de Mantoue.
(crédits photo : Aymeric Lopez)
Détail de la pompe Fiat-Tamini du véhicule de Mantoue.
(crédits photo : Aymeric Lopez)
Le plateau du fourgon pompe de Mantoue était doté de deux banquettes longitudinales.
(crédits photo : Aymeric Lopez)
Poste de conduite du fourgon pompe de Mantoue.
(crédits photo : Aymeric Lopez)

Sous l'uniforme

Le SPA 25 s'illustra en premier lieu durant la reconquête de la Libye, où certains furent armés de mitrailleuses Schwarzlose de 8 mm et équipés de plaques de blindage, modifications réalisées par l'atelier de Benghazi. Il participa ensuite à la campagne d'Éthiopie, où furent envoyés 436 exemplaires du modèle de base, 125 camions citernes et 272 ambulances pour le seul front Nord.

SPA 25 C10 armé de trois mitrailleuses Schwarzlose de 8 mm utilisé par la 2a squadriglia CC.NN. lors de la reconquête de la Libye. SPA 25 C10 de la 2a squadriglia autoblindate della Tripolitania.
Sauvetage d'un SPA 25 C10 du XXXII autogruppo en équilibre précaire au bord d'une falaise surplomband la mer.
(crédits photo : E. Ruscazio)
SPA 25 C10 suivi par un Studebaker-2T dans le secteur de Dessie.
(crédits photo : collection Aymeric Lopez)
SPA 25 C10 en AOI.

Quoique déjà considéré comme dépassé lors de la guerre civile espagnole, le SPA 25 était encore en dotation dans bon nombre de régiments de cavalerie et de bersaglieri au début de la seconde guerre mondiale.

SPA 25 C10 participants aux grandes manoeuvres de 1932. SPA 25 C10 armés de mitrailleuses Fiat mod.14 défilant à Vérone en 1934.
(crédits photo : ANAI Prato)
SPA 25 C10 du CTV capturé par les républicains.
SPA 25 C10 de l'autogruppo della Tripolitania.
(crédits photo : fabkao sur Miles)
SPA 25 C10 et Bianchi Miles sous un filet pendant la seconde guerre mondiale.
Fiche technique
Longueur 5700 mm
Empattement 3250 mm
Largeur 1800 mm
Voie avant / arrière 1510 / 1510 mm
Hauteur 2900 mm
Garde au sol 350 mm
Poids à vide 2300 kg
Équipage 2
Charge utile 2500 kg
Configuration d'essieux 4x2
Moteur Type 10 C : 4 cylindres essence de 2720 cm3, développant 39 ch à 2200 tr/min
Vitesse maximale 50 km/h sur route
Autonomie 285 km sur route
Emport en carburant 80 L
Profil de SPA 25 C10. Profil de SPA 25 C10 armé de mitrailleuses Schwarzlose de 8 mm.
Sources :
  • Gli Autoveicoli tattici e logistici del Regio Esercito Italiano fino al 1943, tomo secondo, Nicola Pignato & Filippo Cappellano, Stato Maggiore dell'Esercito, Ufficio Storico, 2005
  • Gli Autoveicoli del Regio Esercito nella Seconda Guerra Mondiale, Nicola Pignato, Storia Militare, 1998
  • Ruote in divisa, I veicoli militari italiani 1900-1987, Brizio Pignacca, Giorgio Nada Editore, 1989
  • Il grande libro dei camion italiani, Sergio Puttini & Giuseppe Thellung di Courtelary, Giorgio Nada Editore, 2010
  • 85 anni di camion militari Fiat, Carlo F. Zampini Salazar, Stige Editore, 1987
  • Semicingolati, motoveicoli e veicoli speciali des Regio Esercito italiano 1919/1943, Giulio Benussi, Intergest, 1976
  • La meccanizzazione dell'esercito dalle origini al 1943, tomo II, Lucio Ceva & Andrea Curami, USSME, 1994
  • Mezzi dell'Esercito Italiano 1935-45, Ugo Barlozzetti & Alberto Pirella, Editoriale Olimpia, 1986
  • Motores en guerra, Guerra civil española, Josep M.a Mata Duaso, Susaeta, 2012
  • Gli autoveicoli da combattimento dell'Esercito Italiano, Volume primo (dalle origini fino al 1939), Nicola Pignato & Filippo Cappellano, Stato Maggiore dell'Esercito, Ufficio Storico, 2002
  • Automezzi Italiani per i Vigili del Fuoco, Massimo Condolo, Fondazione Negri, 2005
  • Le Ambulanze Italiane, Alessandro Sannia & Pierfrancesco Mainetti, Fondazione Negri, 2006
  • Automezzi Italiani per i Vigili del Fuoco, Massimo Condolo, Fondazione Negri, 2005
  • Storia illustrata dell'Autobus Italiano, Massimo Condolo, Fondazione Negri, 2010
  • Il Servizio Chimico Militare 1923-1945, Storia, ordinamento, equipaggiamenti, Tomo II, Marco Montagnani, Antonio Zarcone & Filippo Cappellano, Stato Maggiore dell'Esercito, Ufficio Storico, 2011
  • page sur l'autompompa SPA 25 C12 du site vvfcarate.it
  • photoscope de l'autopompa SPA 25 C12 du site Fiamme Blu
Read 21082 times Last modified on Sunday, 15 June 2014 12:17
More in this category: « Fiat 618 SPA 38 R »