Dernières mises à jour

Espero

Written by 
L'Espero franchissant le canal navigable de Tarente le 12 septembre 1935. L'Espero franchissant le canal navigable de Tarente le 12 septembre 1935.

Activité avant guerre

L’Espero fut le second contre-torpilleur de la classe Turbine à être construit par le chantier Ansaldo de Sestri Ponente. Mis sur cale le 29 avril 1925, il fut lancé le 31 août 1927 et entra en service le 22 décembre de la même année. En mai 1928, il réalisa ses premières missions d'entraînement au sein de la 1a sq. Ct de la 1a Squadra. Il effectua des croisières d'endurance autour de la péninsule ibérique en 1929 et en mer Égée l'année suivante avec les autres unités de sa classe.

En février 1932, l'Espero du C.C. Luigi Corsi accompagna le croiseur Trento dans son voyage en Extrême-Orient suite au déclenchement du conflit sino-japonais. Après avoir fait escale à Héraklion, Port-Saïd, Aden, Colombo, Singapour et Saïgon, les navires accostèrent à Shangaï le 4 mars. Après la normalisation de la situation, l'Espero repartit pour l'Italie le 5 octobre, faisant escale à Hong-Kong, Manille, Penang et Bombay.

Avec l'admission au service actif de contre-torpilleurs plus modernes, la 1a sq. Ct fut transformée en 2a sq. Ct en 1935. Entre le 9 et le 21 août 1937, durant la guerre civile espagnole, l'Espero effectua 3 patrouilles au départ d'Augusta sous le commandement du C.C. Giacomo Sauro pour contrôler le trafic marchand en direction des ports républicains. De mars à septembre 1938, le navire fut incorporé dans la 6a Divisione Navale et détaché aux Baléares, à Tanger, Cadix et Málaga. De retour au sein de la 2a sq. Ct de Tarente, il fut détaché par roulement à Tobrouk. Au printemps 1939, il participa aux opérations pour l'occupation de l'Albanie avant de retourner en Cyrénaïque. À la fin de l'année, il rentra à Tarente pour carénage.

L'Espero en rade de Gaeta en mai 1935. L'Espero arborant l'Union Jack.
(crédits photo : Giorgio Parodi)
L'Espero à la mer. L'Espero à la fin des années 1930.

Une fin héroïque

Au moment de l'entrée en guerre, l'Espero se trouvait à Tarente. Le 27 juin, le navire appareilla, accompagné de deux de ses sister ships, l’Ostro et le Zeffiro, pour transporter à Tobrouk deux batteries antiaériennes de la Milizia. Le lendemain, à environ 100 miles au nord de Tobrouk, le convoi fut aperçu par la reconnaissance aérienne britannique, qui alerta la Royal Navy. La proximité du convoi MA.3 à direction de Malte, fortement escorté, permit aux Anglais de détacher 5 croiseurs pour intercepter les unités transalpines : il s'agissait des HMS Orion, Neptune, Gloucester et Liverpool ainsi que du HMAS Sydney.

Dès qu’il aperçut la menace, le commandant de l’Espero, le C.V. Enrico Baroni, donna l’ordre aux deux autres navires de prendre la fuite, protégés par les fumigènes de l’Espero, tandis que ce dernier attaqua les croiseurs adverses de toute sa puissance de feu, pour couvrir la retraite des deux Turbine. Les croiseurs anglais ouvrirent le feu à 20 000 m de distance, mais pendant les deux heures que durèrent le combat, l'Espero réussit à placer un coups au but sur le HMS Liverpool. Il fallut donc deux heures pour que 5 croiseurs viennent à bout d’un contre-torpilleur, qui, une fois immobilisé, se saborda alors que le HMAS Sidney s'était approché à une distance de 6000 mètres. L'Espero disparut à 20h15 et une partie de l'équipage fut récupérée par le HMAS Sydney.

Grâce à l'action héroïque de l'équipage de l'Espero, les deux autres unités purent gagner Benghazi avec le matériel attendu. En 1942, le C.V. Baroni, qui coula avec son navire, fut décoré de la Medaglia d’Oro al Valor Militare à titre posthume.

Le C.V. Enrico Baroni, dernier commandant de l'Espero et récipiendaire de la MOVM à titre posthume.
Sources :
  • Fine Gloriosa del C.T. « Espero », Collana di Monografie sugle Eroi del Mare, del Cielo e della Terra n°10, G. Pennesi, Editoriale di Propaganda, juillet 1942
  • I cacciatorpediniere italiani, G. Fioravanzo, P.M. Pollina, G.Riccardi & F. Gnifetti, Ufficio Storico della Marina Militare, 1971
  • Le navi da guerra italiane 1940-1945, Erminio Bagnasco & Enrico Cernuschi, Albertelli, 2005
  • In guerra sul mare, Erminio Bagnasco, Ermanno Albertelli Editore, 2005
Read 6071 times Last modified on Wednesday, 19 December 2012 22:07

Related items