Dernières mises à jour

You are here:Regia Marina»Equipements»Bâtiments étrangers»Bâtiments français»Contre-torpilleurs classe Jaguar
Sunday, 11 September 2016 10:00

Contre-torpilleurs classe Jaguar

Written by 

Conçus au début des années 1920, les 6 contre-torpilleurs de la classe Jaguar (ou 2400 tonnes) ne représentaient qu'une faible valeur militaire au début de la seconde guerre mondiale, d'autant que leur armement principal fut considéré comme dépassé dès 1923.

Au moment de l'occupation de la zone Sud de la France en novembre 1942, seuls 3 contre-torpilleurs de la classe Jaguar se trouvaient à Toulon : le Tigre, le Lynx et la Panthère. Le Jaguar et le Chacal avaient été coulés par les Allemands en 1940 et le Léopard servait au sein des FNFL. Le 27 novembre 1942, lorsque les Allemands entrèrent dans Toulon, le croiseur Marseillaise relaya aux contre-torpilleurs l'ordre de sabordage donné par les amiraux Jean de Laborde et Arnaud Dornon. Le Lynx l'exécuta rapidement et chavira vers 6h30, alors que les soldats allemands arrivaient sur le quai. Contre toute attente, le commandant du Tigre, le capitaine de frégate Huet, commandant par intérim le 1er sous-groupe, n'exécuta pas l'ordre de sabordage. Ainsi, le Tigre et la Panthère tombèrent intacts aux mains des Allemands, qui en décrétèrent la saisie le 3 décembre.

La Panthère (X 43) et le Tigre aux appontements de Milhaud à Toulon en décembre 1942. L'aileron de passerelle tribord du Lynx, sabordé et coulé, est tout juste visible au premier plan. Soldat allemand d'une batterie de Flak 18 montant la garde à Toulon devant la Panthère (X 43) et le Tigre.
Le Tigre (X 41) et la Panthère à Toulon en décembre 1942.
(crédits photo : collection A. Barilli)
Sentinelle allemande sur la plage arrière du Tigre à Toulon, en décembre 1942.

Suite à un accord avec les autorités allemandes, les Italiens prirent possession de la Panthère et du Tigre le 22 décembre 1942. Les deux unités furent respectivement renommées FR 22 et FR 23. Le FR 22 appareilla de Toulon en mars 1943, à la remorque, pour gagner La Spezia, suivi du FR 23 en avril. Placés pendant plus de deux ans en gardiennage d'armistice avec des équipages réduits au minimum, les 2 bâtiments nécessitaient des travaux de remise en état.

Dans l'objectif de mener à bien des missions de transport vers la Tunisie, les Italiens décidèrent d'alléger les deux contre-torpilleurs. Les turbines de croisière, la plate-forme de tubes lance-torpilles avant, la drôme (à l'exception des baleinières) et différents matériels dont le conjugateur de tir de l'artillerie principale furent débarqués. L'armement antiaérien devait être renforcé pour atteindre 10 canons Breda de 20/65 : un affût double sur le rouf arrière, 2 affûts simples sur le rouf milieu, 2 aux emplacements des projecteurs d'origine, débarqués, et 4 à plat pont. Le mât tripode fut raccourci et doté, sur une hune axiale, d'un petit projecteur de manœuvre. Des supports d'antenne furent également installés sur la cheminée arrière du FR 23, copiés sur ceux du FR 22. Les deux bâtiments reçurent une livrée de trois tons de gris à dessins anguleux.

Le FR 22 fut versé à la 21a sq.Ct le 25 juin 1943, bien que les travaux ne soient pas entièrement terminés. Le 15 juillet, alors qu'il se trouvait à Naples, le navire fut touché par des éclats de bombes qui blessèrent 2 membres d'équipage. Parti de Gaeta le 6 août avec à son bord l'Amm. Maugeri, le FR 22 gagna l'île de Ponza où il embarqua l'ex chef du gouvernement Benito Mussolini pour le transporter à La Maddalena. L'unité regagna ensuite La Spezia, en avarie. Au total, le FR 22 n'accomplit que 10 missions pour le compte de la Regia Marina, totalisant 2110 miles.

Le FR 23 fut légèrement endommagé lors du bombardement de La Spezia le 19 avril 1943. Il fut ensuite transféré à Tarente pour y achever ses travaux. Remis en service le 15 août, il fut affecté à la 15a sq.Ct. Il ne réalisa que 14 sorties sous pavillons italien, totalisant 2114 miles.

Le FR 23 à Tarente à l'été 1943. Le FR 23 à Tarente fin septembre 1943.

Suite à l'armistice du 8 septembre 1943, la Marine Nationale réclama la restitution de ses navires saisis par les Italiens, par l'intermédiaire du haut-commandement Allié en Méditerranée. Le Tigre fut localisé à Tarente fin septembre et transféré à Bizerte le 28 octobre. Quant à la Panthère, elle fut sabotée à La Spezia le 9 septembre, alors qu'elle se trouvait en travaux, pour éviter qu'elle ne tombe entre les mains des Allemands. Coulée par ces derniers en 1944, son épave ne fut retrouvée qu'en octobre 1945 puis ferraillée.

Le Tigre de retour sous pavillon français à Alger le 10 avril 1944. Les canons de DCA italiens ont été remplacés par des Oerlikon de 20 mm Mk.2 de fabrication américaine. Le Tigre à Alger en juin 1944.
Liste des contre-torpilleurs de la classe Jaguar ayant servi dans la Regia Marina
NomMis sur caleLancéEn serviceNom attribué par la Regia Marina
DCAN, Lorient
Panthère 23/12/1923 27/10/1924 04/02/1927 FR 22
Ateliers et Chantiers de Bretagne, Nantes
Tigre 18/09/1923 02/08/1924 07/02/1926 FR 23
Fiche technique
 En juin 1940En service dans la Regia Marina
Déplacement standard 2399 t -
Déplacement à pleine charge 2992 t (Panthère)
2943 t (Tigre)
-
Longueur hors-tout 126,800 m 126,800 m
Largeur 11,332 m 11,332 m
Tirant d'eau 4,008 m -
Propulsion 5 chaudières et 2 turbines développant 50 000 ch et entraînant 2 hélices 5 chaudières et 2 turbines développant 50 000 ch et entraînant 2 hélices
Vitesse maximale 30 nœuds 26-28 nœuds
Autonomie 3300 miles nautiques à 13 nœuds -
Armement
  • 4 canons de 130 mm M1919 sur 4 affûts simples
  • 2 canons de 37 mm M1933 sur 1 affût double (Panthère)
  • 8 mitrailleuses Hotchkiss de 13,2 mm M1929 sur 4 affûts doubles
  • 6 tubes lance-torpilles de 550 mm sur 2 plate-formes triples
  • 2 grenadeurs de sillage
  • 2 mortiers à poudre Thornycroft de 240 mm M1918
  • 4 canons de 130 mm M1919 sur 4 affûts simples
  • 10 canons Breda de 20/65 sur 1 affût double et 8 affûts simples
  • 3 tubes lance-torpilles de 550 mm sur 1 plate-formes triples
  • 2 grenadeurs de sillage
Équipage 12 officiers, 187 sous-officiers et matelots 8 officiers, 206 sous-officiers et matelots
Profil de la Panthère en 1940.
(crédits : Lucien Gassier)
Profil du Tigre en 1944.
(crédits : Lucien Gassier)
Schéma de camouflage du FR 22.
Sources :
  • Les C.T. de 2400 tonnes du type Jaguar, Jean Lassaque, Marines Editions, 1994
  • I cacciatorpediniere italiani, G. Fioravanzo, P.M. Pollina, G.Riccardi & F. Gnifetti, Ufficio Storico della Marina Militare, 1971
  • In guerra sul mare, Erminio Bagnasco, Ermanno Albertelli Editore, 2005
  • Le navi da guerra italiane 1940-1945, Erminio Bagnasco & Enrico Cernuschi, Ermanno Albertelli Editore, 2005
  • Navi e marinai italiani nella Seconda Guerra Mondiale, Elio Ando & Erminio Bagnasco, Ermanno Albertelli Editore, 1999
Pour reproduire ce navire :
FabricantÉchelleRéférence et désignationGalerie
L'Arsenal 1/700 700 09 Contre-torpilleur Léopard/Lynx -

{jfusion_discuss 3425}

Read 1426 times Last modified on Sunday, 11 September 2016 10:10