Dernières mises à jour

Se connecter

samedi, 14 juillet 2012 19:37

Obusier de 75/13

Ecrit par 
Obusier de 75/13 du 5° rgt.art.alp. de la Pusteria en batterie dans les Alpes. Obusier de 75/13 du 5° rgt.art.alp. de la Pusteria en batterie dans les Alpes.

Prise de guerre d'origine austro-hongroise, l'obusier de 75/13 resta tout au long de la seconde guerre mondiale la pièce symbole des régiments d'artillerie alpine du Regio Esercito.

 

Un obusier austro-hongrois pour l'artillerie alpine

L'obusier Skoda de 75/13 a été produit à partir de 1915 pour les armées autrichienne, bulgare et turque pour un total de 2174 bouches à feu et 2044 affûts. Ses excellentes caractéristiques furent mises à l'épreuve durant la Grande Guerre : il se révéla être une excellente pièce d'artillerie de montagne, grâce à sa trajectoire de tir en cloche, lui permettant d'atteindre des objectifs masqués par le relief. Après la victoire de Vittorio Veneto, le Regio Esercito entra en possession de 392 obusiers complets, auxquels il faudra rajouter les 323 bouches à feu et les 268 affûts cédés pour réparation des dommages de guerre. Le 75/13 fut distribué à partir de 1920 aux régiments d'artillerie alpine, dans lesquels il remplaça le canon italien de 65/17, ainsi qu'à un groupe du régiment d'artillerie des divisions d'infanterie destinées au combat en montagne. Durant l'entre-deux guerres, les obusiers furent révisés dans les arsenaux de l'armée, et, en 1938, 96 pièces étaient en commande (en février 1941, l'état major évalua même la possibilité de commander 500 nouvelles pièces ! ). Les plans de l'arme Skoda furent communiqués à l'armée hongroise, qui en produisit une version légèrement modifiée, et, en avril 1939, des discussions étaient en cours pour la fourniture de 80 pièces de 75/13 et 75/18 à la Grèce.

Description technique

La bouche à feu se composait de deux tubes montés à chaud l'un sur l'autre. Le tube intérieur, appelé âme, était rayé, tandis que le tube extérieur recevait le bloc culasse. Sous la culasse se trouvait un appendice annulaire qui permettait de relier la bouche à feu au frein de tir hydraulique. La glissière guidait la bouche à feu lors de son recul. L'affût à flèche unique était doté d'un bouclier de 4 mm d'épaisseur.

Obusier de 75/13 conservé devant le monument aux Alpini à San Benigno Canavese dans le Piémont.
(crédits photo : Aymeric Lopez)
Schéma de l'obusier de 75/13. Schémas de la tête d'affût et de la flèche d'un obusier de 75/13.
Détail de la bouche à feu à âme rayée.
(crédits photo : Aymeric Lopez)
Tête d'affût et bloc culasse.
(crédits photo : Aymeric Lopez)
Jonction entre la tête d'affût et la flèche.
(crédits photo : Aymeric Lopez)
Bêche d'ancrage à l'extrémité de la flèche.
(crédits photo : Aymeric Lopez)
Roue en bois à 12 rais.
(crédits photo : Aymeric Lopez)
Vue de 3/4 arrière de l'obusier de San Benigno Canavese.
(crédits photo : Aymeric Lopez)

Pour le transport, l'obusier était généralement décomposé en 6 fardeaux d'une centaine de kilos (plus 45 kg pour le bât) portés par autant de mulets :

  • un pour la bouche à feu ;
  • un pour la tête d'affût ;
  • un pour la flèche et les roues ;
  • un pour le berceau ;
  • un pour la glissière ;
  • et un pour le bouclier.

Deux autres mulets servaient pour le transport des munitions et du bouclier auxiliaire. En montagne, là où les mulets ne pouvaient pas passer, les fardeaux étaient portés à dos d'homme. Sur route de faible pente, l'obusier pouvait aussi être tracté par deux mulets.

Alpini déchargeant la bouche à feu d'un mulet en Albanie en juillet 1940.
(crédits photo : Istituto Luce)
Alpini déchargeant la tête d'affût d'un mulet en Albanie en juillet 1940.
(crédits photo : Istituto Luce)
Mulet transportant la flèche et les roues.
(crédits photo : Alvise Contarini sur Miles)
Chargement du berceau.
(crédits photo : Alvise Contarini sur Miles)
Chargement de la glissière.
(crédits photo : Alvise Contarini sur Miles)
Chargement d'un demi bouclier.
(crédits photo : Alvise Contarini sur Miles)
Alpini de la 16a btr. du gr. Lanzo, 5° rgt.art.alp. de la division Pusteria acheminant un obusier de 75/13 sur le mont Cristallo di Cortina (3221 m) à l'été 1939.
(crédits photos : Sciarpazzura sur Miles)
Alpini du 5° rgt.art.alp. de la Pusteria transportant la flèche et une roue d'un obusier de 75/13. Obusier de 75/13 attelé à deux mulets. Obusier de 75/13 sur le plateau d'un camion lors d'une parade.
(crédits photo : Istituto Luce)

En 1943, les munitions disponibles pour l'obusier de 75/13 étaient les suivantes :

  • l'obus de 75 contenant 370 g de TNT ;
  • l'obus de 75 grande capacité contenant 670 g d'explosif ;
  • l'obus de 75/13 mod.32 avec 610 g de TNT, permettant d'accroître la portée de 1,5 km ;
  • l'obus shrapnel de 75 contenant 216 balles de 12,7 et 13,4 mm de diamètre ainsi qu'une poudre rouge pour rendre l'explosion plus visible ;
  • l'obus perforant avec une charge de 270 g ;
  • les obus antichars EP et EPS ;
  • les obus chimiques ;
  • les obus fumigènes.

Des modifications furent apportées à titre expérimental pour adapter l'obusier à la traction motorisée, en le dotant de roues en elektron à pneus pleins.

Obusier de 75/13 adapté à la traction motorisée avec roues en elektron à pneus pleins.
(crédits photo : USSME)

Les théâtres d'opération de l'obusier de 75/13

L'obusier de 75/13 participa à la conquête de l'Ethiopie et à la guerre d'Espagne, où une seule batterie fut cependant envoyée. À cette époque, le 75/13 commençait à montrer les signes du temps, notamment au niveau du secteur de tir horizontal et de la portée. C'est pourquoi Ansaldo se pencha sur la réalisation d'un obusier plus moderne pour l'emploi en montagne, le 75/18 mod.34. Mais les lenteurs de sa mise au point et de son entrée en production laissèrent encore une large place à l'obusier Skoda dans l'équipement des divisions d'infanterie de montagne, sans compter que tous les groupes d'artillerie alpine en étaient dotés à la veille de la seconde guerre mondiale. En octobre 1939, on en dénombrait pas moins de 1167 en service au sein du Regio Esercito.

Obusiers de 75/13 du gr. Lanzo, 5° rgt.art.alp. de la Pusteria en action sur l'Amba Aradam. Obusier de 75/13 et bouclier auxiliaire de la 13a btr. du gr. Lanzo en Éthiopie.

Durant la seconde guerre mondiale, le 75/13 Skoda fut utilisé sur l'ensemble des fronts où servit l'armée italienne, sauf celui d'Afrique du Nord. C'est dans les Balkans qu'il fut employé le plus massivement : 608 obusiers de 75/13 se trouvaient en Albanie en avril 1941. Quatre batteries servies par des artilleurs albanais participèrent d'ailleurs à l'attaque contre la Grèce. Après la conquête de la Yougoslavie, le 75/13 fut sans doute la pièce d'artillerie la plus utilisée dans la lutte anti-partisans au Monténégro. Il est d'ailleurs probable que des obusiers Skoda aient été récupérés par le Regio Esercito en Grèce et en Yougoslavie durant l'occupation. En AOI, des batteries coloniales de position et mobiles participèrent à la défense de cette portion d'empire isolé de la métropole. Les 72 pièces des divisions alpines Cuneense, Julia et Tridentina envoyées sur le front russe furent souvent utilisées contre les chars soviétiques.

Durant la guerre, certaines divisions d'infanterie comme la Taro et l'Arezzo comptèrent jusqu'à trois groupes de 75/13 dans leur régiment d'artillerie. Nombre de batteries ou groupes autonomes furent aussi formés : en juillet 1943, 16 batteries autonomes de 75/13 sur trois obusiers chacune furent assignées aux IX et XVII CA, ainsi qu'à la défense territoriale de Florence. En juin 1943, 46 groupes de 75/13 étaient répartis dans les différentes unités de l'armée, artillerie alpine mise à part.

Obusier de 75/13 d'une unité de l'artillerie alpine.
(crédits photo : Aymeric Lopez)
Alpini déplaçant un obusier de 75/13 en Albanie en juillet 1940.
(crédits photo : Istituto Luce)
Alpini assemblant un obusier de 75/13 en Albanie en juillet 1940.
(crédits photo : Istituto Luce)
Obusier de 75/13 de l'artillerie alpine en batterie. Alpino manoeuvrant un obusier de 75/13 par la crosse. Tir d'un obusier de 75/13 en Dalmatie.

Suite à l'armistice du 8 septembre 1943, les obusiers de 75/13 stationnés en Corse, dans les Balkans et sur l'île de Céphalonie combattirent conte les troupes allemandes. En Albanie, le 41° rgt.art. Firenze appuya l'action des partisans contre les Allemands avec ces obusiers. Malgré l'usure de ces pièces et le manque d'entretien, elles donnèrent des résultats très satisfaisants.

Quelques unités de la RSI en furent également dotées, comme le I gr.art. Gran Sasso du rgt.art. de la division Littorio, qui comptait 2 batteries d'obusiers de 75/13, le I gr. someggiato du rgt.art. de la division San Marco, 3 groupes du rgt.art.alp. de la division Monterosa (les Aosta, Bergamo et Verona) et le gr.art. San Giorgio de la Xa Mas.

Les obusiers capturés par les Allemands reçurent la désignation de 7.5 cm GebK-259(i). Durant l'après-guerre, le 75/13 resta en service dans l'artillerie alpine jusqu'à sa substitution par l'obusier de 105/14 mod.56, au milieu des années 1950.

Obusiers de 75/13 du gr.art. San Giorgio appuyant le btg. Barbarigo lors de l'assaut sur le mont San Gabriele le 20 janvier 1945. Obusier de 75/13 dans les annés 1950.
(crédits photo : ANA Torino)
Fiche technique
Longueur de la bouche à feu 1155 mm
Longueur totale en batterie 3570 mm
Voie 900 mm
Poids de la bouche à feu 106 kg
Poids de la pièce en batterie 613 kg
Équipe de pièce 1 chef de pièce et 8 canonniers
Pointage en hauteur : -10° à +50°
en direction : 7°
Cadence de tir maximale : 12 coups/min
pratique : 5-6 coups/min
Vitesse initiale du projectile 378 m/s
Portée maximale 8200 m
Profil d'obusier de 75/13.
Sources :
  • Le artiglierie del Regio Esercito nella Seconda Guerra Mondiale, Filippo Cappellano, Storia Militare, 1998
  • L'artiglieria italiana nella Grande Guerra, Andrea Curami & Alessandro Massignani, Gino Rossato Editore
  • L'artiglieria austro-ungarica nella Grande Guerra, Filippo Cappellano, Gino Rossato Editore
  • Artiglieria Alpina in Africa Orientale 1935-1937, Federico Furlan, ANA di Coneglian, 2009
  • Le forze armate della RSI 1943-45, Carlo Cucut, GMT, 2005
  • Come la Fenice, Storia del gruppo artiglieria San Giorgio nella Decima Flottiglia Mas, Marzo 1944 - aprile 1945, Mariano Perissinotto & Carlo Panzarasa, Editoriale Lupo, 2003
  • page sur l'obusier de 75/13 du site Regio Esercito
Pour reproduire cette pièce d'artillerie :
FabricantÉchelleRéférence et désignationGalerie
Mirliton 1/72 IIGM083 Mountain Howitzer Skoda 75/13 -
CRI.EL Model 1/35 R031 Obice Skoda da 75/13 7,5 cm. Gebirgeschutz M15 -
Lu 8937 fois Dernière modification le dimanche, 18 octobre 2015 09:50

Sujets associés