Dernières mises à jour

Se connecter

Regio Esercito»Matériels»Artillerie»Artillerie autopropulsée»Autocannone da 75/27 CK sur Ceirano 50 CMA
dimanche, 12 août 2012 13:22

Autocannone da 75/27 CK sur Ceirano 50 CMA

Ecrit par 
Autocannoni da 75/27 CK défialnt dans les rues de Benghazi à la fin des années 1930. Autocannoni da 75/27 CK défialnt dans les rues de Benghazi à la fin des années 1930. Tank Museum Bovington

Distribué à l'armée italienne à partir de septembre 1915 sur châssis Itala X, le canon autopropulsé de 75/27 CK était encore en service pendant la seconde guerre mondiale, mais sur un nouveau châssis, celui du Ceirano 50 CMA.

 

Évolution pendant l'entre-deux-guerres

En 1919, les batteries d'autocannoni da 75 CK sur châssis Itala X furent les seules unités d'artillerie antiaérienne automotrice à ne pas être démobilisées. Malgré la vétusté de la bouche de feu de 75/27 CK, due aux progrès fulgurant de l'aviation, l'AREN reçut une nouvelle commande en 1926 pour 14 nouvelles batteries de canons de 75 CK (soit 56 pièces), montés cette fois sur le châssis du Ceirano 50 CMA. Ce dernier allait d'ailleurs remplacé progressivement toutes les batteries équipées de l'antique Itala X, c'est pourquoi le Regio Esercito commanda un total de 101 châssis à Ceirano.

Autocannone da 75/27 CK sur châssis Ceirano 50 CMA présenté à la commission militaire.
(crédits photo : Viberti)
Présentation à la commission militaire avec les servants en place.

Par rapport au camion Ceirano 50 CM, le châssis 50 CMA était renforcé pour supporter la masse du canon monté sur affût à chandelier et les efforts lors du tir. Les deux ridelles du plateau, sur lesquelles se trouvaient les étais et les outils de sapeur, étaient rabattues en position de tir pour créer une plate-forme suffisamment vaste. Le poste de conduite était protégé par une capote rabattable, dont l'armature métallique servait également de chaise de route pour le canon. Les munitions étaient stockées dans le caisson arrière contenant 48 obus et constituant en même temps l'assise de la banquette de 6 servants, tandis que 48 autres obus étaient logés dans les caissons situés sous l'avant du plateau.

Châssis Ceirano 50 CMA en position de route. Vue arrière du châssis Ceirano 50 CMA. La capote arrière repliée permet de voir le dossier de la banquette des servants et la chaise de route sur l'armature de la capote avant. Canon de 75/27 CK sur affût à chandelier.
Autocannone da 75/27 CK en position de marche. Autocannone du 1° rgt.art.ca. défilant sur la Piazza della Vittoria, à Gênes. Remarquez la chaise de route sur l'armature de la capote et l'étai attaché à la ridelle.
(crédits photo : Archives Ansaldo)
Autocannone du CTV en batterie en 1937. Remarquez les étais en place sous les ridelles et les caissons à munitions ouverts.

Chaque batterie de canons automoteurs était accompagnée par deux camions de transport de munitions, en l'occurence des Fiat 18BL modifiés (désignés autocassoni), datant de la Grande Guerre, capables d'emporter 216 obus chacun dans 5 caissons.

Fiat 18 BL transport de munitions bâché. Fiat 18 BL transport de munitions débâché. Agencement des munitions à bord du Fiat 18 BL autocassone.

Pour le calcul de la trajectoire, des centrales de tir Gala furent distribuées aux groupes de 75 CK. Bien que cet appareillage représentait un gros progrès sur les tables de tir Buffi, qui ne donnaient les cordonnées de l'avion que toutes les 10 secondes, alors que cette nouvelle centrale permet d'obtenir une trajectoire continue, sa précision restait assez limitée à partir d'une certaine vitesse de l'appareil visé. Pour ne rien arranger, les seules munitions disponibles durant la seconde guerre mondiale pour le tir anti-aérien étaient toujours les mêmes obus de 75/27 utilisés durant la Grande Guerre.

Batterie lors d'un exercice : remarquez le télémètre au premier plan.

Le 75 CK avant guerre

Durant la conquête de l'Ethiopie, en 1935-36, 2 groupes de canons automoteurs de 75/27 CK furent utilisés, pour un total de 16 pièces (un gruppo autocannone da 75/27 CK comportait en général deux batteries de 4 autocannoni chacune). Cinq batteries participèrent ensuite à la guerre d'Espagne au sein du CTV : la 5a btr. assura la défense de Palma de Majorque tandis que les 4 autres prirent part à la bataille de Guadalajara début 1937. Elles furent ensuite distribuées ainsi : la 1a btr. fut placée en défense des aérodromes de la province de Soria, la 2a btr. fut assignée à l'artillerie du CTV, la 3a btr. à la division Littorio et la 4a btr. à la protection des terrains de l'Aviazione Legionaria. À la fin de la guerre civile, l'armée espagnole récupéra quatre batteries qui restèrent en service jusqu'en 1955.

Autocannoni en batterie en Éthiopie en novembre 1935.
(crédits photo : Istituto Luce)
Autocannone RE 306 C exposé au salon de l'automobile de Milan le 28 septembre 1936 après la conquête de l'Éthiopie.
Photo de l'autocannone ATV-1404 (pour Artiglieria Truppe Volontarie) parue dans le quotidien du CTV "Il Legionario" le 30 mars 1938. Section d'autocannoni du CTV en batterie en 1937.

Dans le compte-rendu qui fit suite aux grandes manoeuvres de 1938 en Libye, la critique était assez vive en ce qui concerne les autocannoni da 75 CK : la faible vitesse des Ceirano les rendait inadaptés à la protection des colonnes motorisées, et le poids du canon empêchait leur marche en tout terrain, en particulier dans le sable. À cela s'ajoutaient une hausse trop faible du canon, son encombrement important et, comme rapporté plus haut, l'obsolescence des munitions et la faible précision des appareils de calcul de trajectoire. Cependant, à la veille de la seconde guerre mondiale, cet autocannone était le plus répandu dans les rangs de l'Esercito : 166 exemplaires étaient recensés en octobre 1939.

Autocannone RE 196 C lors des grandes manoeuvres de 1932. Pièces du I gr. du 2° rgt.art.ca. dans les années 1930. Autocannone da 75/27 CK lors d'un exercice dans les années 1930.
(crédits photo : via Filippo Cappellano)
Mussolini passant en revue une unité de canons automoteurs. Au premier plan, on reconnaît une mitrailleuse Fiat mod.14.
(crédits photo : via Filippo Cappellano)
Autocannoni du 12° rgt.art.CA lors d'un défilé au début des années 1930.
(crédits photo : USSME)
Alignement d'autocannoni da 75/27 CK lors des grandes manoeuvres d'août 1937 en Sicile.
(crédits photo : Istituto Luce)

À bout de souffle dans la seconde guerre mondiale

Les autocannoni da 75/27 CK furent employés sur tous les fronts, sauf en Russie. Le 25 juillet 1940, une batterie du XX gr. da 75/27 CK fut attachée à la 1a Div.ftr. Libica. Les deux autres batteries du groupe, qui ne comptaient plus que deux autocannoni chacune, furent assignées respectivement au XXI CA et à la 10a Armata. Le VI gr. da 75/27 CK vint également renforcé cette armée, à Bardia. Le XIV gr.ca. da 75/27 CK, sur 2 batteries, débarqua à Benghazi en janvier 1941. Il fut affecté à la défense de la ville jusqu'en novembre de la même année, lorsqu'il parti pour Tripoli. Le 13 mars 1943, seuls 3 autocannoni de ce gruppo étaient encore en état de combattre. Sur le front nord-africain, les Allemands utilisèrent aussi ce véhicule.

Autocannone en batterie en Libye en 1940.
(crédits photo : Istituto Luce)
Autocannone retranché derrière des sacs de sable en Libye en 1940.
(crédits photo : Istituto Luce)
Autocannone utilisé par l'Afrika Korps.

En 1941, quelques gruppi furent réaffectés dans des divisions d'infanterie. En août de cette même année, 11 gruppi étaient encore en service, dont deux déployés en Albanie et en Grèce. En 1942, certains groupes furent transformés en unités de défense antiaérienne de position.

Fiche technique
Longueur 6010 mm
Empattement 3600 mm
Largeur 2200 mm
Voie avant / arrière 1630 / 1630 mm
Garde au sol 320 mm
Poids en ordre de combat 7220 kg
Équipage 9
Configuration d'essieux 4x2
Moteur Type 50 C : 4 cylindres essence de 4712 cm3, développant 53 ch à 1750 tr/min
Vitesse maximale 25 km/h sur route
Autonomie 235 km sur route
Emport en carburant 125 L
Armement 1 canon de 75/27 CK (96 coups)
Plan 4 vues de l'autocannonde da 75/27 CK sur châssis Ceirano 50 CMA. Autocannone da 75/27 CK sur Ceirano 50 CMA.
Sources :
  • Gli autoveicoli da combattimento dell'Esercito Italiano, Volume primo (dalle origini fino al 1939), Nicola Pignato & Filippo Cappellano, Stato Maggiore dell'Esercito, Ufficio Storico, 2002
  • Le artiglierie del Regio Esercito nella Seconda Guerra Mondiale, Filippo Cappellano, Storia Militare, 1998
  • Autocannone da 75 CK, Filippo Cappellano, Notiziario Modellistico GMT n°3/05, 2005
  • Gli autotelai del 75 CK, le piattaforme, le nuove proposte, Claudio Pergher, Notiziario Modellistico GMT n°3/05, 2005
  • Italian Truck-Mounted Artillery in Action, Squadron Signal Publications, Ralph Riccio & Nicola Pignato, 2010
  • Autocannoni e portees in Africa Settantrionale, Attilio del Rosso, Storia Militare
Pour reproduire cette pièce d'artillerie automotrice :
FabricantÉchelleRéférence et désignationGalerie
CRI.EL Model 1/35 R072 Ceirano 50 CMA - 75 ck contraereo -
Lu 11008 fois Dernière modification le samedi, 22 septembre 2012 15:21

Sujets associés