Dernières mises à jour

Se connecter

samedi, 20 avril 2013 16:17

Fusil-mitrailleur Breda mod.30

Ecrit par 
Breda mod.30 servi par des bersaglieri dans le désert nord-africain. Breda mod.30 servi par des bersaglieri dans le désert nord-africain. Istituto Luce via Yves Casagrande

Souvent considérée comme un bijou de mécanique, le Breda mod.30 était une arme très délicate d'entretien et s'enrayant facilement. Son manque de rusticité en faisait une arme coûteuse, qui était inférieure aux productions étrangères en terme de calibre et de cadence de tir.

Développement et caractéristiques

L'apparition de la mitrailleuse légère SAFAT mod.28 calibre 6,5 mm incita Breda à développer une nouvelle version de sa mitrailleuse légère mod.5C, en abandonnant le trépied pour un bipied et en adoptant une poignée pistolet sur l'exemple du modèle du concurrent turinois. C'est ainsi que nacquit la Breda mod.5GF (ou mod.29), adoptée en août 1929 et commandée à 700 exemplaires pour mener une campagne d'essais comparatifs avec la SAFAT. Suite à ces tests, l'arme subit plusieurs modifications pour aboutir au mod.30 : crosse redessinée, absence de béquille, nouvelle pompe à huile et réunion de la poignée pistolet avec la détente et le pontet. Après avoir cherché en vain à adopter un modèle unique de mitrailleuse, l'armée italienne décida d'adopter la Breda mod.30 dans le rôle de mitrailleuse légère lors de la 8ème session du CSTAM en avril 1930. Le 25 mars 1930, voyant son projet écarté, Fiat décida d'abandonner la production d'arme de calibre inférieur à 65 mm pour une durée de 10 ans et de céder à Breda l'ensemble des brevets associés. La mitrailleuse légère Breda mod.30 ne fut qualifée de fusil-mitrailleur que suite à la circulaire n°33025 de la DGA en date du 4 mai 1936.

Prototypes de fusils-mitrailleurs calibre 6,5 mm étudiés par Breda en 1929. Fusil-mitrailleur Breda mod.5GF. Il se distinguait immédiatement de son successeur par sa poignée pistolet séparée du pontet.
Fusil-mitrailleur Breda mod.30 photographié en février 1937. Fusil-mitrailleur Breda mod.30 avec le bipied replié.

Le Breda mod.30 était une arme à répétition automatique de calibre 6,5 mm, certes faible mais imposé par l'armée afin de pouvoir utiliser les mêmes cartouches que le fusil Carcano. Le tir s'effectuant culasse fermée, l'arme était dotée d'un système de verrouillage par inertie. L'ensemble mobile se composait du canon, d'un verrou de culasse cylindrique qui assurait la liaison entre le canon et la culasse, et la culasse elle-même. Au moment du tir, cette dernière était verrouillée par les six tenons en étoile insérés dans le verrou. Lors du mouvement de recul de l'ensemble mobile sur quelques millimètres, l'un des tenons usinés sur la face supérieure du verrou prenait appui sur une rampe oblique provoquant la rotation du verrou de 20° sur la gauche, libérant ainsi les tenons de la culasse mobile qui pouvait poursuivre sa course vers l'arrière et éjecter l'étui. Le ressort récupérateur ramènait ensuite la culasse vers l'avant, qui prélèvait au passage une nouvelle cartouche dans le chargeur et l'introduisait dans la chambre. Dans la dernière partie de la course vers l'avant, le verrou tournait de 20° vers la droite assurant la fermeture de la chambre.

Ce mécanisme complexe de verrouillage ne permettait pas de faire chuter suffisamment la pression dans la chambre avant l'extraction, qui s'opérait de manière brutale, causant de fréquentes ruptures d'étui. Le collet restant bloqué aux parois de la chambre, l'arme s'enrayait lors de l'introduction de la cartouche suivante. Pour faciliter l'extraction de l'étui, une pompe à huile située au-dessus du boîtier permettait de lubrifier chaque cartouche avant chambrage. Mais du fait de la mauvaise étanchéité de l'arme, cette solution montra rapidement ses faiblesses dans les zones de combat où le sable ou la boue étaient omniprésents, provoquant l'agglomération de corps étrangers dans l'huile baignant le mécanisme. Par grand froid, l'huile devenait pâteuse et tendait à gripper le mécanisme.

Fusil mitrailleur Breda mod.30 vu du côté droit. Fusil mitrailleur Breda mod.30 vu du côté gauche. Breda mod.30 démonté.
Coupe longitudinale du Breda mod.30. Canon démonté avec sa poignée de manipulation.
(crédits photo : Helix sur TCAR)
Détail de l'extrémité arrière du canon s'assemblant dans le verrou de culasse.
(crédits photo : Helix sur TCAR)
Verrou de culasse : l'avant (à droite) s'assemble avec le canon et l'arrière (à gauche) accueille les tenons de la culasse. Partie frontale de la culasse dont les 6 tenons en étoile s'insèrent dans le verrou. Rampe oblique permettant de faire pivoter le verrou de culasse lors du recul de l'ensemble mobile.
(crédits photo : Helix sur TCAR)

L'arme était servie par trois hommes : le chef d'arme, le tireur et le porte-munitions, chargé de 300 coups. Le chef d'arme portait la trousse à accessoires comprenant les deux canons de rechange, à substituer tous les 250 coups du fait de l'échauffement. Le remplacement du canon était facilité par la présence d'une poignée de manipulation, mais l'opérateur devait se protéger de la chaleur avec un gant ou une pièce de tissu du fait de la faible longueur de cette dernière. La durée de vie moyenne du canon était comprise entre 8000 et 12 000 coups. Les organes de visée comprenaient un guidon monté sur embase et une planche de hausse à curseur graduée de 300 à 1500 m. L'alimentation était réalisée à l'aide de lames-chargeurs contenant 20 coups, introduites dans le magasin articulé situé sur le côté droit du boîtier.

Magasin basculé vers l'avant. Le réservoir d'huile se trouve au-dessus du boîtier. En basculant le résevoir d'huile sur l'avant, on découvre le mécanisme de verrouillage de la culasse.
(crédits photo : Helix sur TCAR)
Le Breda mod.30 était alimenté par lame-chargeur.
Introduction de la lame-chargeur dans le magasin.
(crédits photo : Helix sur TCAR)
Lame-chargeur contenant 20 cartouches de 6,5 mm réparties sur deux niveaux.
(crédits photo : Helix sur TCAR)
Caisse de transport pour lames-chargeurs de Breda mod.30.

Aucune poignée n'était prévue pour le transport de l'arme, et ses formes anguleuses rendaient sa manipulation délicate malgré la présence d'une bretelle.

Fantassin du 31° rgt.ftr. transportant un Breda mod.30 sur l'épaule.

Pour le tir antiaérien jusqu'à une altitude de l'ordre de 600-700 m, le Breda mod.30 pouvait être monté sur un pied Chiappi-Soriani pesant 3,8 kg. Un affût plus léger (2,325 kg) fut proposé par le ten.col. U. Ruggeri et fabriqué par la société Forges en alliage léger. Testé par le CEF de Furbara, son développement fut abandonné le 15 juillet 1943.

Fusil-mitrailleur Breda mod.30 monté sur un pied Chiappi-Soriani pour le tir antiaérien.

Avec l'adoption de la cartouche de 7,35x51 mm en 1938 débuta l'adaptation d'un certain nombre de fusils-mitrailleurs Breda mod.30 à ce nouveau calibre. Produites à un gros millier d'exemplaires, les armes de calibre 7,35 mm furent désignées fusils-mitrailleurs Breda mod.38. À l'entrée en guerre, vues la faible diffusion du calibre 7,35 mm et la disponibilité de stocks conséquents de munitions en calibre 6,5 mm, l'armée décida d'interrompre la production du fusil-mitrailleur en calibre 7,35 mm. Les armes mod.38 furent soit recalibrées en 6,5 mm soit distribuées aux unités de seconde ligne.

Production et utilisation

La première commande passée en 1930 porta sur 10 000 exemplaires du Breda mod.30 pour un montant de 98 millions de lires. Au 1er septembre 1939, l'armée italienne disposait de 28 462 de ces fusils-mitrailleurs, un total qui atteignit 52 470 exemplaires fin mai 1942. Au premier trimestre 1943, 3350 Breda mod.30 furent livrés, indiquant une capacité de production mensuelle de 1100 pièces.

Alignement de FM Breda mod.30 prêts à être livrés aux unités. Bersagliere à l'entraînement avec un Breda mod.30. Breda mod.30 servi par des bersaglieri lors des grandes manoeuvres de Sicile en 1937.
(crédits photo : USSME)

Le Breda mod.30 connut son baptême du feu lors de la campagne d'Éthiopie. Il fut ensuite envoyé en Espagne pour participer à la guerre civile dans les rangs du CTV. En 1938, chaque bataillon d'infanterie disposait de 27 Breda mod.30 et chaque bataillon motocycliste en comptait 40. En octobre 1939, la dotation du bataillon d'infanterie fut portée à 36 exemplaires. Utilisé sur tous les fronts de la seconde guerre mondiale, ce fusil-mitrailleur resta l'arme automatique standard du plotone fucilieri jusqu'à la fin du conflit, distribué à raison de un ou deux exemplaires par squadra fucilieri. Les bersaglieri motociclisti le montèrent sur leurs moto Guzzi, Gilera et Bianchi.

Breda mod.30 retranché derrière un mur de pierres sèches lors de la campagne d'Éthiopie. Breda mod.30 utilisé par le CTV durant la guerre d'Espagne.
(crédits photo : Danilo Angeli)
Breda mod.30 en position en Afrique du Nord.
(crédits photo : Alekseï Ivanov)
Bersagliere servant un Breda mod.30 dans une position retranchée en Afrique du Nord. Guastatori en position avec leur fusil-mitrailleur Breda mod.30. Remarquez les deux canons de rechange dans le dos du chef d'arme. La moto de ce bersagliere combattant en Afrique du Nord en 1941 est armée d'un Breda mod.30.
La crosse de ce Breda mod.30 du 71° rgt.ftr. a été endommagée par le feu grec.
(crédits photo : Laurent Berrafato)
Le s.ten. Furlan expliquant le fonctionnement du Breda mod.30 à ses alpini du btg. Vicenza dans les Balkans.
(crédits photo : famille Furlan)
Breda mod.30 du btg. Monte Cervino sur le front russe.

Au sein de la Regia Marina, le Breda mod.30 fut utilisé par le rgt. San Marco et servit également d'arme antiaérienne sur les unités mineures. Le Breda mod.30 équipa aussi les forces d'élite de la Regia Aeronautica, à savoir le rgt. d'assalto della Regia Aeronautica Amedeo d'Aosta et le btg. ADRA.

Breda mod.30 utilisé pour la défense antiaérienne de l'aviso Procione dans le port du Pirée. Parachutiste du btg. Loreto du 1° rgt. d'assalto Regia Aeronautica Amedeo d'Aosta portant un Breda mod.30. Entraînement du btg. ADRA au printemps 1943.

Après l'armistice du 8 septembre 1943, la production continua pour le compte des Allemands, qui en reçurent 1733 exemplaires entre le 1er octobre 1943 et le 30 septembre 1944. Entre janvier et février 1945, 270 exemplaires du Breda mod.30 furent recalibrés en 8x57 mm pour l'armée allemande. Les forces armées de la RSI furent également équipées de ce fusil-mitrailleur. Au Sud, 3597 Breda mod.30 étaient recensés en Sardaigne au moment de l'armistice, plus 266 en réserve. Entre novembre 1943 et le 31 décembre 1944, 1700 de ces fusils-mitrailleurs furent distribués au rgpt.mot. puis au CIL.

Le Breda mod.30 équipa certaines unités de la RSI. Parachutistes du I btg. Folgore de la RSI servant un Breda mod.30.
(crédits photo : Viziano)
Marò du btg. Fulmine de la Xa MAS se reposant à côté de leur Breda mod.30 en juillet-août 1944.
(crédits photo : Berrafato-Panzarasa)

Après guerre, le Breda mod.30 resta quelque temps en dotation au sein des unités de seconde ligne, et bien plus longtemps auprès des carabiniers et des forces de police.

Fiche technique
  
Calibre 6,5 mm
Longueur du canon 520 mm
Longueur en position de tir 1230 mm
Poids à vide 10,6 kg
Équipe de pièce 3
Cadence de tir maximale : 500 coups/min
pratique : 150 coups/min
Alimentation Lame-chargeur de 20 cartouches
Vitesse initiale du projectile 630 m/s
Portée maximale 2800 m
Vues de profil et de dessus du Breda mod.30, chargeur ouvert. Fusil mitrailleur Breda mod.30.
Sources :
  • Le armi della fanteria italiana (1919-1945), Nicola Pignato & Filippo Cappellano, Storia Militare, 2008
  • Le armi della fanteria italiana nella seconda guerra mondiale, Nicola Pignato, Albertelli, 1978
  • Armi portatili, artiglierie e semoventi del Regio Esercito Italiano 1900-1943, Giulio Benussi, Intergest, 1975
  • Alle origini della Breda Meccanica Bresciana, A. Curami, P. Ferrari & A. Rastelli, Fondazione Negri, 2009
  • Le armi delle navi italiane nella seconda guerra mondiale, Erminio Bagansco, Ermanno Albertelli Editore, 2007
  • Istruzione provvisoria sul fucile mitragliatore Breda mod.30, Ministero della Guerra, Ispettorato dell'arma di fanteria, 1936
  • Opera d'arte, Breda 30 calibro 6,5 Carcano, Ruggero Pettinelli, Armi e tiro n°5/2007
  • Le FM italien Breda modèle 30, Hervé Le Goff, La Gazette des armes n°276, 1997
  • page sur le fusil-mitrailleur Breda mod.30 du site regioesercito.it
Lu 8324 fois Dernière modification le lundi, 14 octobre 2013 22:02

Media