Dernières mises à jour

Se connecter

dimanche, 27 avril 2014 18:23

Fiat 666

Ecrit par 
Fiat 666 NM du Regio Esercito. Fiat 666 NM du Regio Esercito.

À l'instar de son petit frère le Fiat 626 dans la gamme des camions moyens, le Fiat 666 constitua la réponse de la firme turinoise à la volonté d'uniformisation du ministère des transports dans la gamme des camions lourds. Il fut produit dans de nombreuses variantes jusqu'en 1948, tant pour le marché civil que militaire.

Développement d'un camion unifié de 6 tonnes

Comme son petit frère le Fiat 626, le Fiat 666 trouve ses origines dans le décret royal n°1809 du 14 juillet 1937 définissant les caractéristiques principales des camions unifiés, c'est à dire destinés aussi bien à un usage civil que militaire. Pour les camions lourds, le poids maximal en charge ne devait pas dépasser 12000 kg, dont au moins 6000 kg de charge utile avec une vitesse de 45 km/h. Comme pour les camions légers, l'encombrement transversal ne devait pas dépasser 2,35 m et la garde au sol devait atteindre 200 mm au minimum.

Le prototype du Fiat 666 N fut achevé à la fin de l'année 1938 et présenté à Mussolini le 15 mai 1939 à l'occasion de l'inauguration de l'usine de Mirafiori. La version militaire Fiat 666 NM (Nafta Militare) fut prise en charge par le CSM le 19 septembre 1940 pour évaluation. Elle se distinguait de la version civile par son plateau à ridelles latérales fixes, l'ajout de phares à l'acétylène, d'un avertisseur sonore à poire et de flèches de direction manuelles sur les flancs du pare-brise à la place des flèches électriques derrière les vitres latérales. La première commande militaire de Fiat 666 NM fut passée le 10 janvier 1941.

Prototype du Fiat 666 N photographié au CSM. Porteur-remorqueur Fiat 666 N. Le triangle sur la cabine indique la présence d'une remorque. Porteur-remorqueur Fiat 666 N du transporteur Ambrozich.
Fiat 666 N carrossé par Viberti.
(crédits photo : collection Pasquale Caccavale)
Affiches publicitaires pour le Fiat 666 N.
Fiat 666 NM du Regio Esercito caractérisé par son nouveau plateau, les phares à l'acétylène, l'avertisseur sonore à poire et les flèches manuelles. Fiat 666 NM doté d'une cabine d'origine civile comme en témoignent les flèches de direction électriques et le triangle de toit. Le Fiat 666 NM destiné à la Regia Aeronautica conservait le plateau de la version civile.

Description technique et prestations

Le Fiat 666 était un camion lourd à cabine avancée, dont le dessin était très similaire à celui du Fiat 626. De face, le 666 était reconnaissable à la forme de sa calandre, plus incurvée en partie haute et rétrécie à la base. Sur les versions civiles, les flèches de direction électriques était plus basses que sur le 626.

Fiat 666 NM conservé au musée de Cecchignola.
Châssis du Fiat 666. Le réservoir d'air et les batteries se trouvent sur le longeron gauche, et le réservoir de carburant sur le longeron droit. Cabine d'un Fiat 666 NM. Dessin de la cabine.

La propulsion était assurée par le moteur Diesel type 366 à 6 cylindres en ligne et soupapes en tête affichant une cylindrée de 9365 cm3 et une puissance de 105 ch à 2000 tr/min sur les 666 N civils et les 666 NM destinés à la Regia Aeronautica. Le régime moteur des 666 NM du Regio Esercito était bridé à 1700 tr/min pour une puissance de 95 ch. Le naphta était stocké dans le réservoir principal de 135 L situé sur le longeron droit du châssis avant d'être envoyé dans la caisse alimentaire de 5,5 L située derrière le tableau de bord par le biais de la pompe d'alimentation à membrane. Cette nourrice alimentait par gravité la pompe d'injection. L'air était aspiré via deux filtres montés sur l'arrière du moteur : il s'agissait de filtres à cartouche jusqu'au moteur n°000530, remplacés sur les suivants par des filtres à bain d'huile. Comme sur le 626, le moteur pouvait être sorti par l'avant après dépose de la calandre grâce aux galets dont étaient munis les deux supports arrière du bloc, roulant sur des guides fixés aux longerons du châssis.

Moteur Diesel type 366 avec des filtres à air à cartouche. Moteur Diesel type 366 avec des filtres à bain d'huile. Coupe longitudinale du moteur Diesel type 366.

L'embrayage monodisque à sec pouvait être démonté indépendamment de la boîte de vitesse et du moteur, en déposant simplement le carter postérieur. La boîte de vitesse disposait de 4 rapports avant et d'une marche arrière. Les freins à tambour hyrauliques étaient actionnés par un servofrein à air comprimé commandé par pédale. Le réservoir d'air comprimé d'une capacité de 55 L, implanté sur le longeron gauche du châssis (alors qu'il était à droite sur le 626), était gonflé à 5,5 bar. Sur la version NM, le pont postérieur était muni d'un système de blocage du différentiel.

Détail de la transmission entre l'embrayage et la boîte de vitesse. Embrayage et boîte de vitesse. Batteries Marelli de 12 V sur le longeron gauche.

Le circuit électrique fonctionnant sur 24 V pour les véhicules de début de production (jusqu'au n°001089) fut ensuite remplacé par un circuit 12 V pour l'alimentation des phares et accessoires et un 24 V pour le démarrage. Les deux batteries Marelli de 12 V chacune étaient logées dans un caisson sur le longeron gauche du châssis, derrière le réservoir d'air comprimé.

Le plateau à ridelles mesurait 4,75 m de long sur 2,20 m de large pour une hauteur de 600 mm sur la version civile et 650 mm sur la version militaire. Il pouvait accueillir un char léger L 6/40. Les ridelles latérales étaient scandées de 3 renforts intermédiaires sur la version civile et la version destinée à la Regia Aeronautica, contre 5 sur le 666 NM du Regio Esercito. Moyennant l'ajout de rehausses de ridelles, le plateau pouvait servir pour le transport de quadrupèdes.

Chargement d'un L 6/40 sur le plateau d'un Fiat 666 NM du RECo Cavalleggeri di Lodi à Baudenasca.
(crédits photo : Cavalleria Italiana)
Porteur-remorqueur Fiat 666 NM du RECo Cavalleggeri di Lodi transportant deux L 6/40 lors d'un entraînement à Baudenasca.
(crédits photo : Cavalleria Italiana)
Fiat 666 NM munis de réhausses de ridelles transportant des mulets sur le front russe durant l'été 1942.

Malgré ses dimensions respectables et sa grande capacité de chargement, Le Fiat 666 pouvait rouler à plus de 56 km/h avec une remorque de 12 tonnes attelée. À pleine charge, il pouvait franchir des pentes à 26%. Grâce à son faible empattement et à la disposition de la cabine, il était à l'aise pour parcourir les routes de montagne.

Fiat 666 BM à essence

Pour pallier aux difficultés de démarrage du moteur Diesel à froid, Fiat présenta une version essence baptisée Fiat 666 BM (Benzina Militare). Contrairement au Fiat 626 BM, le 666 BM n'eut pas le temps d'entrer en production puisqu’il ne fut homologué par les autorités militaires qu'en juin 1943.

Fiat 665 NM à traction intégrale

Mis à l'étude en mars 1941, le Fiat 665 NM était la version à 4 roues motrices du Fiat 666 et partageait l'essentiel de ses composants avec ce dernier pour faciliter l'entretien et les réparations. Le prototype fut présenté à l'été 1942 et le camion fut adopté par la circulaire 71587/103.1.4 en date du 24 novembre 1942. Une version blindée fut également fabriquée.

Prototype du Fiat 665 NM. Les portières sont dépourvues de vitres, remplacées par des toiles transparentes. Châssis du Fiat 665 NM. Fiat 665 NM bâché.
Fiat 665 NM devant l'usine de Mirafiori.

Porteur-remorqueur citernier

Sur châssis de Fiat 666 N, SAIV réalisa pour la Regia Aeronautica le porteur-remorqueur citernier modèle RA 4 auquel était attelée une remorque citerne Viberti modèle RA 6. Chaque citerne était séparée en trois compartiments et disposait d'un volume utile de 7710 L pour le porteur-remorqueur et de 10995 L pour la remorque. La distribution du carburant aux avions était assurée par deux pompes SAIV débitant à 100 L/min.

Porteur-remorqueur citernier sur châssis Fiat 666 N et remorque Viberti. Porteur-remorqueur citernier Fiat 666 sous le feu de l'aviation anglaise en Afrique du Nord.
(crédits photo : collection David Zambon)
Sortie de piste pour ce Fiat 666 citerne en Afrique du Nord. Les deux véhicules portent un filet de camouflage afin de se faire passer pour des camions bâchés.
(crédits photo : collection Aymeric Lopez)

Camion radio

Une radio A 310 fut installée à titre expérimental sur un Fiat 666 NM. Les antennes devaient garantir une portée de 200 à 300 km, mais les résultats furent décevants et le projet fut abandonné.

Fiat 666 NM équipé à titre expérimental d'une radio A 310.
(crédits photos : Claudio Pergher)

Atelier de campagne

Afin de combler la carence en ateliers mobiles de campagne, Fiat mit sur pied en 1941 pour les besoins du CSIR des "ateliers volants" (officine volanti en italien) sur châssis Fiat 666 N. Chaque atelier mobile était formé de deux fourgons ateliers secondés par deux camions plateaux bâchés transportant des pièces de rechange et du matériel. Bien qu'envoyés sur le front, ces ateliers mobiles étaient gérés directement par le constructeur turinois.

En mars 1942, les ateliers mobiles furent déployés à Stalino dans les anciennes usines Poutilov, où ils opérèrent avec les 15a et 18a officine mobili pesanti pour réparer des tracteurs TL 37 et des camions légers CL 39. Les ateliers mobiles Fiat furent ensuite envoyés sur l'arrière avant d'être rappatriés en 1943.

Fourgons-ateliers sur châssis Fiat 666 chargés sur des wagons à l'usine pour être envoyés sur le front de l'Est. Les roues ont été démontées pour réduire l'encombrement vertical du convoi. Le convoi ferroviaire des "officine volanti" arrive sur le front russe. Article de la revue Sapere du 15 avril 1942 consacré aux ateliers mobiles Fiat.

Le Fiat 666 servit également de base au fourgon-atelier mod.38 (autofficina mod.38) avec un caisson en bois surmonté d'un toit arrondi. Les flancs du caisson étaient divisés en deux panneaux longitudinaux, dont l'inférieur s'ouvrait vers le bas pour agrandir le plateau.

Autofficina mod.38 et remorque Viberti portant une torpille W 170.
(crédits photo : collection Nino Arena)

Dépanneuse

En 1942, Bergomi proposa une dépanneuse sur châssis de Fiat 666 destinée aux pompiers. La carrosserie était arasée et le plateau accueillait sur l'arrière une chèvre et un chariot mobile à placer sous le véhicule en panne.

Dépanneuse Bergomi sur châssis Fiat 666.

Production et utilisation

L'armée italienne commanda 1000 exemplaires du Fiat 666 NM le 10 janvier 1941, 1500 le 23 juillet, 1000 le 5 mars 1942 et 700 le 16 juin 1943. Au total, environ 8000 Fiat 666 sortirent des chaînes de montage de l'usine de Mirafiori, y compris dans sa version 666 N7 d'après-guerre à injection directe. La Regia Aeronautica en commanda 796 exemplaires le 23 octobre 1941.

Ce camion fut employée sur le front de l'Est, en Afrique du Nord, en Italie et dans les territoires occupés. Entre novembre 1943 et décembre 1944, durant l'occupation allemande, 79 Fiat 666 NM et 2 Fiat 665 NM furent livrés à la Wehrmacht.

Fiat 666 N endommagé par les tirs de l'artillerie française dans les Alpes en juin 1940. Fiat 666 N du génie lors d'un exercice sur les rives de l'Oglio en 1940. Fiat 666 du CAI en Belgique.
Fiat 666 N suivi par des Bianchi Miles du gr.CC.NN de la div. Cagliari dans le Péloponèse en octobre 1941.
(crédits photo : collection Aymeric Lopez)
Fiat 666 N dans les environs de Mostar en 1942.
(crédits photo : collection Aymeric Lopez)
Fiat 666 sur le front russe.
(crédits photo : Istituto Luce)
Colonne de Fiat 666 NM en Afrique du Nord. Fiat 666 NM avançant sur la route littorale le 19 avril 1941. Remarquez la bande blanche d'identification peinte sur la cabine.
(crédits photo : collection Yves Casagrande)
La scène pourrait faire penser au front russe, mais c'est en Libye que ce Fiat 666 N s'est retrouvé embourbé durant l'automne 1941. Il transporte un réservoir d'eau potable.
(crédits photo : collection A. Cioci)
Bersaglieri déchargeant un canon de 47/32 du plateau d'un Fiat 666 NM en Afrique du Nord. Chargement de fûts d'essence à Fuka en 1942. Fiat 666 équipés de réhausses de ridelles en Afrique du Nord.
Fiat 666 sur un terrain d'aviation devant un Savoia S.82. Fiat 666 du btg. Barbarigo de la RSI.
(crédits photo : Archivio Centro Studi Carlo A. Panzarasa)
Fiat 666 utilisés par la police de Milan en 1950.
   
  Fiat 666 N7 à injection directe, sans doute photographié à l'OARE de Bologne.
(crédits photo : Claudio Pergher)
 
Fiche technique
 Fiat 666 NFiat 666 NMFiat 665 NM
Longueur 7095 mm 7095 mm 7095 mm
Empattement 3850 mm 3850 mm 3760 mm
Largeur 2350 mm 2350 mm 2670 mm
Voie avant / arrière 1840 / 1750 mm 1840 / 1750 mm 1855 / 1910 mm
Hauteur - 2850 mm (avec bâche) 3044 mm
Garde au sol 272 mm 272 mm 310 mm
Poids à vide 5770 kg 6000 kg 7200 kg
Équipage 2 2 2
Charge utile 6240 kg 6000 kg 5000 kg sur route
4000 kg en tout terrain
Configuration d'essieux 4x2 4x2 4x4
Moteur Type 366 : 6 cylindres Diesel de 9365 cm3, développant 110 ch à 2000 tr/min Type 366 : 6 cylindres Diesel de 9365 cm3, développant 95 ch à 1700 tr/min Type 366 : 6 cylindres Diesel de 9365 cm3, développant 110 ch à 2000 tr/min
Vitesse maximale 56,8 km/h sur route 48,3 km/h sur route 57 km/h sur route
Autonomie 465 km sur route 465 km sur route
350 km en tout terrain
750 km
Emport en carburant 135 L 135 L 255 L
Plan 4 vues du Fiat 666 NM. Profil et vue arrière du porteur-remorqueur citernier RA 4. Profil de fourgon-atelier mod.38.
Sources :
  • Gli Autoveicoli tattici e logistici del Regio Esercito Italiano fino al 1943, tomo primo, Nicola Pignato & Filippo Cappellano, Stato Maggiore dell'Esercito, Ufficio Storico, 2005
  • Gli Autoveicoli tattici e logistici del Regio Esercito Italiano fino al 1943, tomo secondo, Nicola Pignato & Filippo Cappellano, Stato Maggiore dell'Esercito, Ufficio Storico, 2005
  • Gli Autoveicoli del Regio Esercito nella Seconda Guerra Mondiale, Nicola Pignato, Storia Militare, 1998
  • Ruote in divisa, I veicoli militari italiani 1900-1987, Brizio Pignacca, Giorgio Nada Editore, 1989
  • Il grande libro dei camion italiani, Sergio Puttini & Giuseppe Thellung di Courtelary, Giorgio Nada Editore, 2010
  • Cent'anni di Camion Fiat, Paolo Bossi, Fondazione Negri, 2012
  • Tre anni di guerra in Africa Settentrionale, Gabriele Angelini & Andrea Santangelo, Angelini Editore, 2007
  • Autocarri modd. 666 N-NM, Uso e manutenzione, Fiat, Ufficio Pubblicazioni Tecniche, 1942
  • Attrezzature tipo S.A.I.V. Modello R.A.4 e R.A.6 per autotreno trasporto e distribuzione carburanti FIAT 666 N. e rimorchio Viberti grande a volta corretta, Norme per l'impiego e la manutenzione, Ministero dell'Aeronautica, Direzione Generale dei Servizi del Materiale e degli Aeroporti, 1941
  • page sur la dépanneuse sur le site VVF Carate
Pour reproduire ce véhicule :
FabricantÉchelleRéférence et désignationGalerie
Italian Kits 1/72 72005 Fiat 666 NM -

Réagissez à cet article
Pas de commentaire

Lu 13736 fois Dernière modification le mercredi, 14 mai 2014 21:56

Media

More in this category: « Fiat 626 Lancia Ro »