Dernières mises à jour

Tuesday, 26 August 2014 20:50

Bianchi Miles

Written by 
Colonne de Bianchi Miles en Afrique du Nord à l'automne 1941. Colonne de Bianchi Miles en Afrique du Nord à l'automne 1941. Archivio Centrale dello Stato

Le Miles fut le seul modèle de camion unifié produit durant la guerre par Bianchi, un constructeur de cycles et d'automobiles implanté à Milan. Il fut largement utilisé par l'Esercito, principalement en Afrique du Nord et en Russie.

Deux jumeaux nommés Miles et Mediolanum Miles

Deux modèles pratiquement identiques furent développés à partir du Bianchi Mediolanum : le Miles de 1938 destiné à l'armée et le Mediolanum Miles de 1939 pour le marché civil. Comme leur prédécesseur, ils étaient propulsés par un moteur Diesel Mercedes produit sous licence. Ils se différenciaient uniquement par le système de démarrage et d'alimentation du moteur et leur installation électrique.

Bianchi Miles présenté au CSM. Le Bianchi Miles se caractérisait par son capot court et ses ouïes d'aération en virgule.

Le Mediolanum Miles et le Miles furent produits dans l'ancienne usine Officine Metallurgiche de Desio rachetée par Bianchi en 1937.

Durant la guerre, le Mediolanum Miles fut renommé Mediolanum Civis puis Civis 75, sans subir de modification substantielle.

Bianchi Miles dans les Alpes le 24 juin 1940.
(crédits photo : Archivio Centrale dello Stato)
Colonne de Miles traversant le pont de Berat en mars 1941.
(crédits photo : Archivio Centrale dello Stato)
Bianchi Miles défilant à Athènes en mai 1941.
(crédits photo : Archivio Centrale dello Stato)
Convoi arrivant sur le front de Tobrouk à l'automne 1941. Les deux Miles sont suivis par un Lancia 3 Ro.
(crédits photo : Archivio Centrale dello Stato)
Bersaglieri à bord d'un Miles sur le front nord-africain à l'automne 1941.
(crédits photo : Archivio Centrale dello Stato)
Bianchi Miles croisant une colonne de prisonniers en Afrique du Nord durant l'automne 1941.
(crédits photo : Archivio Centrale dello Stato)
Miles du 188° autoreparto pesante en gare de Vérone le 25 août 1941, prêts à partir pour le front russe. Convoi ferrovaire acheminant des Bianchi Miles vers l'URSS.
(crédits photo : collection Aymeric Lopez)
Bianchi Miles traversant un village de Roumanie à l'été 1941.
(crédits photo : Archivio Centrale dello Stato)
Miles du 188° autoreparto pesante immobilisé à Dniepropetrovsk suite à la rupture d'un ressort à lame en février 1942. Le chauffeur Lino Sassaro du 188° autoreparto pesante nettoyant la neige de son Miles à Dniepropetrovsk le 1er avril 1942. Miles du 188° autoreparto pesante à Dniepropetrovsk en mai 1942.
Chauffeurs du 188° autoreparto pesante posant devant un Miles à Lozovaïa le 10 juillet 1942. Colonne de Miles traversant un pont lancé par le génie sur le Donets durant l'été 1942.
(crédits photo : Archivio Centrale dello Stato)
Miles transportant des légionnaires en URSS à l'été 1942.
(crédits photo : Archivio Centrale dello Stato)
Bianchi Miles embourbé sur le front russe. Pour lutter contre les rudesses de l'hiver russe, le recours à des couvertures sur le radiateur ou le capot moteur n'était pas rare. Bianchi Miles d'une section sanitaire transporté par le rail.

Description technique

Le Bianchi Miles se caractérisait par sa cabine, compromis entre les véhicules à cabine avancée comme le Fiat 626 et ceux dont la cabine était placée à l'arrière du moteur, ce qui le rend facilement identifiable. La cabine était en bois recouvert de tôle.

Vues de face, de côté et de dos d'un Bianchi Miles bâché.
Bianchi Miles vu du côté droit. Bianchi Miles conservé au musée de Cecchignola près de Rome. Détail du capot moteur montrant les ouïes d'aération en forme de virgule.

Le Mediolanum Miles était propulsé par un moteur Diesel MDU 35 avec démarreur électrique Bosch. De son côté, le Miles était doté du moteur MDU 35 M équipé d'un démarreur manuel à inertie.

L'alimentation depuis le réservoir principal de 70 L était assurée par la pompe de gavage sur le Mediolanum Miles comme sur le Miles. Ce dernier disposait en plus d'un réservoir de réserve de 15 L qui permettait d'alimenter le moteur par gravité. Le surplus de carburant était renvoyé dans ce réservoir de réserve.

Moteur MDU 35 avec son démarreur électrique Bosch. Moteur MDU 35 M avec son démarreur à inertie. Côté aspiration, rien ne distingue le MDU 35 du MDU 35 M.
Capot ouvert et calandre déposée, ce Miles du 188° autoreparto pesante laisse apprécier l'agencement de son Diesel MDU 35. Remplacement de l'embrayage sur ce Miles du 188° autoreparto pesante à Dniepropetrovsk en juin 1942.

L'embrayage bidisque à sec pouvait être démonté indépendamment de la boîte de vitesse. Cette dernière disposait de 4 rapports avant et d'une marche arrière. Seul le Miles était équipé d'un dispositif de blocage du différentiel. Les freins à tambour hydrauliques étaient actionnés par un servofrein à air comprimé commandé par pédale. Ils étaient épaulés par un frein à main mécanique agissant sur les roues arrière.

Le Mediolanum Miles disposait d'un circuit électrique 12 V pour les feux et d'un circuit 24 V pour le démarrage, tous deux alimentés par une dynamo Bosch de 300 W. Le Miles n'était équipé que d'un circuit 12 V alimenté par une dynamo Marelli de 90 W et desservant deux phares à l'avant, un feu rouge sur la plaque d'immatriculation arrière, les essui-glaces, l'avertisseur sonore électrique et l'éclairage du tableau de bord.

Le plateau en bois mesurait 4 m de long pour 2 m de large. Seule la ridelle arrière munie d'un marchepied était rabattable. La charge utile était de 3000 kg. Pour le transport de troupes, 6 banquettes transversales pouvaient être mises en place. Certaines photos montrent que le plateau pouvait servir à l'occasion pour le transport de quadrupèdes, mais les rehausses de ridelles d'aspect artisanal laissent penser que cet emploi n'avait pas été prévu par le constructeur.

Miles du Savoia Cavalleria utilisé pour le transport de chevaux sur le front russe. La facture des rehausses de ridelles est des plus artisanales.

Autobus

De nombreux véhicules dérivés virent le jour sur le châssis du Miles. Parmi eux, on trouve un autobus 23 places dont la carrosserie était fabriquée par Menarini et Dalla Via.

Autobus sur châssis Bianchi Miles carrossé par Dalla Via. Autobus sur châssis Miles carrossé par Menarini.

L'un d'entre eux fut utilisé par le gen.A Giovanni Messe comme poste de commandement mobile en Tunisie entre février et mai 1943.

Autobus sur châssis Miles utilisé par Giovanni Messe en Tunisie.
(crédits photo : collection Nicola Pignato)
Autobus sur châssis Miles utilisé en URSS en 1942.

Fourgon frigoriphique (Autofrigorifero)

Le fourgon frigoriphique sur châssis Miles fut conçu par Viberti. Suite au bombardement de ses insallations, Candido Viberti demanda à Fissore de prendre à sa charge la construction des fourgons.

Colonne de fourgons frigoriphiques sur châssis Miles. Fourgon frigoriphique sur châssis Miles en gare de Grischino à l'automne 1941.
(crédits photo : Archivio Centrale dello Stato)
Équipage d'un fourgon frigoriphique capturé par les troupes britanniques en Afrique du Nord le 2 juin 1942.
(crédits photo : IWM)

Fourgon bain mobile (Autobagno)

Le fourgon bain mobile était constitué d'un caisson dont les parois latérales s'ouvraient vers le haut pour former des cabines de douche fermées par des rideaux. Le compartiment arrière du fourgon abritait un bouilleur dont les gaz étaient évacués par une cheminée percée dans le toit du fourgon.

Fourgon bain mobile sur châssis Bianchi Miles. Fourgon bain mobile conservé au dépôt du musée de la guerre de Rovereto. Remarquez la cheminée du bouilleur sur le toit.
(crédits photo : via Lorenzo Tonioli)
Les parois du fourgon s'ouvraient pour former des cabines de douche.
(crédits photo : via Lorenzo Tonioli)

Ambulance

Une ambulance radiologique fut construite sur châssis de Bianchi Miles.

Véhicule antiaérien

En août 1943, l'Esercito envisagea de transformer une première série de 20 Bianchi Miles en véhicules antiaériens en les armant du canon de 25 mm mod.38 d'origine française. Le camion pouvait embarquer 4 hommes d'équipage et 380 munitions. Ce projet ne dépassa pas le stade du prototype.

De l'armistice à l'après-guerre

Après l'armistice du 8 septembre 1943, la production se poursuivit pour la Wehrmacht qui en reçut 90 exemplaires entre mai et décembre 1944.

Après guerre, Bianchi continua la production de la version civile du Miles à la cadence de 100 exemplaires par mois jusqu'en 1952. Les modifications les plus évidentes par rapport aux modèles produits pendant la guerre résidaient dans la suppression des barres de protection de la calandre, l'ajout de vitres manuelles aux portières et le nouveau monogramme placé sur la calandre représentant les lettres A et B inscrites dans un cercle. Plusieurs versions furent proposées, dont le Civis 51 affichant une charge utile de 4200 kg. L'armée italienne utilisa le Miles et le Civis 75 jusqu'au milieu des années 1950.

Publicité d'après guerre pour le Mediolanum Civis 75. Bianchi Civis 75. Bianchi Civis conservé au musée mémorial de la liberté à Bologne. La plaque du Regio Esercito constitue un anachronisme.
(crédits photo : Aymeric Lopez)
Fiche technique
 Bianchi MilesAutobus
Longueur 6052 mm 6515 mm
Empattement 3350 mm 3350 mm
Largeur 2208 mm 2320 mm
Voie avant / arrière 1704 / 1642 mm 1704 / 1642 mm
Hauteur 2770 mm 2580 mm
Garde au sol 265 mm -
Poids à vide 3500 kg 5200 kg
Équipage 2 1 chauffeur + 22 passagers
Charge utile 3000 kg 1600 kg
Configuration d'essieux 4x2 4x2
Moteur MDU 35 M : 4 cylindres Diesel de 4849 cm3, développant 65 ch à 2000 tr/min MDU 35 : 4 cylindres Diesel de 4849 cm3, développant 65 ch à 2000 tr/min
Vitesse maximale 61 km/h sur route 71,9 km/h sur route
Autonomie 350 km sur route
300 km en tout terrain
-
Emport en carburant 85 L -
Plan 3 vues du Bianchi Miles. Bianchi Miles utilisé en Afrique du Nord.
(crédits : Oliver Missing sur o5m6.de)
Bianchi Miles du 188° autoreparto pesante en URSS.
(crédits : Oliver Missing sur o5m6.de)
Vues de profil et de dessus de l'autobus sur châssis Bianchi Miles. Autobus utilisé par Giovanni Messe en Tunisie en 1943.
(crédits : Oliver Missing sur o5m6.de)
Sources :
  • Gli Autoveicoli tattici e logistici del Regio Esercito Italiano fino al 1943, tomo secondo, Nicola Pignato & Filippo Cappellano, Stato Maggiore dell'Esercito, Ufficio Storico, 2005
  • Gli Autoveicoli del Regio Esercito nella Seconda Guerra Mondiale, Nicola Pignato, Storia Militare, 1998
  • Ruote in divisa, I veicoli militari italiani 1900-1987, Brizio Pignacca, Giorgio Nada Editore, 1989
  • Il grande libro dei camion italiani, Sergio Puttini & Giuseppe Thellung di Courtelary, Giorgio Nada Editore, 2010
  • Storia illustrata del Camion Italiano, Costantino Squassoni & Mauro Squassoni Negri, Fondazione Negri, 1996
  • V. Orlandi, dal 1859 il traino dell'autotrasporto, Costantino Squassoni & Mauro Squassoni Negri, Fondazione Negri, 2000
  • Carrozzeria Luigi dalla Via, Cento anni di autobus costruiti a Schio, Massimo Condolo, Fondazione Negri, 2004
  • Semicingolati, motoveicoli e veicoli speciali des Regio Esercito italiano 1919/1943, Giulio Benussi, Intergest, 1976
  • Dalle auto Bianchi alle Autobianchi, Sandro Colombo, Libreria Automotoclub Storico Italiano, 2013
  • Edoardo Bianchi, Antonio Gentile, Giorgio Nada Editore, 2003
  • Due anni al volante su piste di neve e fango, Cronaca e immagini della campagna di Russia nel diario dell'autiere scledense Lino Sassaro (188° Autoreparto pesante), Luca Valente, Edizioni Menin, 2008
  • Autocarri unificati militari Bianchi Mediolanum Miles, Bianchi Miles, Istruzioni per l'uso e la manutenzione, Società per azioni fabbrica automobili e velocipedi Edoardo Bianchi, 1942
  • Autocarri unificati militari Bianchi Mediolanum Miles, Bianchi Miles, Uso e manutenzione, Società per azioni fabbrica automobili e velocipedi Edoardo Bianchi, 1943
Pour reproduire ce véhicule :
FabricantÉchelleRéférence et désignationGalerie
MR Panzer 1/72 MRP 72025 Bianchi Miles -
Brach Model 1/35 BM049 Biabchi Miles -

{jfusion_discuss 3112}

Read 5515 times Last modified on Sunday, 26 April 2015 10:30