Dernières mises à jour

Se connecter

dimanche, 14 décembre 2014 14:43

TL 37

Ecrit par 
TL 37 traversant une localité ukrainienne en août 1941. TL 37 traversant une localité ukrainienne en août 1941. Archivio Centrale dello Stato

D'allure moderne et à la mécanique complexe, le tracteur léger TL 37 produit par SPA fut le principal vecteur de la motorisation de l'artillerie de campagne du Regio Esercito pendant la guerre.

À la recherche d'un tracteur léger pour l'artillerie divisionnaire

L'histoire des tracteurs d'artillerie légers italiens destinés à l'artillerie divisionnaire commença en 1930 avec le développement du Pavesi P4/100 TL 140, baptisé TL 31 par l'Esercito, qui fut distribué à quelques groupes de 75/27 mod.11. Mais ce modèle ne donna pas entière satisfaction, à cause notamment de l'absence de suspensions adéquates et d'un encombrement trop important.

Au premier semestre 1935, l'armée émit donc une spécification pour un nouveau modèle de tracteur léger destiné à la motorisation des groupes d'artillerie de 75 et 100 mm. Parmi les exigences des militaires, on trouvait une traction intégrale, une vitesse maximale de 40 km/h et un équipage de six personnes. Seuls deux constructeurs s'attelèrent à la tâche : Fiat-SPA et Breda.

Le modèle proposé par Fiat-SPA et développé par l'équipe de l'ingénieur Emilio Martinotti bénéficiait d'un moteur déjà largement éprouvé sur le Dovunque 35 et le SPA 38 R. La solution mécanique adoptée répondait bien à l'exercice, avec quatre roues motrices et directrices permettant un rayon de giration de 5 m avec de faibles angles de braquage. Breda présenta de son côté un modèle rappelant la silhouette de son tracteur moyen. Du fait de l'empattement court, le recours à quatre roues directrices ne se justifiait pas.

Bien que les essais comparatifs des deux modèles menés en 1937 aient révélé des prestations très voisines, c'est le tracteur Fiat-SPA qui eut la préférence des autorités, sans doute pour des raisons politiques et peut être aussi pour l'aspect rétro de la carrosserie du Breda.

Prototype du TL 37 au CSM. Remarquez le pare-brise en quatre éléments, qui sera simplifié par la suite, l'avertisseur sonore à poire sur le côté droit du pare-brise et l'absence de pare-choc. (crédits photos : Museo della Motorizzazione Militare)
Prototype du TL 37 équipé des crampons d'adhérence sur les bandages semi-pneutmatiques.
(crédits photo : Archive Fiat)
Prototype du TL 37 présenté au CSM avec des pneus à chambre à air.
(crédits photo : Museo della Motorizzazione Militare)
Essai du prototype sur terrain accidenté. Le pare-brise n'est plus qu'en deux parties et un faisceau a été ajouté sur le radiateur. Essai de halage d'un obusier de 100/17 mod.14 avec son avant-train en 1937.

Le prototype Fiat-SPA fut présenté au CSM le 31 mai 1938 et aux journalistes le 11 juillet à l'occasion de manœuvres dans la région d'Avezzano. Dans le courant de l'année 1938, 24 exemplaires du tracteur furent envoyés en Libye pour expérimenter le halage de pièces de 75/27 mod.1906 sur trains rouleurs et également de remorques porte-munitions, d'une capacité de 100 obus. Ces tests furent jugés très satisfaisant, car le véhicule permettait de résoudre le problème de la mobilité des pièces de l'artillerie divisionnaire dans le désert.

TL 37 tractant un canon de 75/27 mod.06 lors des essais en Libye en 1938. Essai de franchissement à gué avec une remorque.
(crédits photo : Archive Fiat)

Probablement adopté par l'Esercito en 1938, le modèle fut dénommé dans un premier temps TLa (trattore leggero per artiglieria) puis TL 37.

Une production insuffisante

La première commande du TL 37 fut passée en octobre 1937 et portait sur 250 exemplaires. La capacité de production de Fiat-SPA passa de 39 exemplaires mensuels au premier semestre 1939 (toutes versions confondues) à 135 exemplaires au premier semestre 1940 puis à 150 exemplaires au premier semestre 1941, avant de descendre à seulement 100 exemplaires un an plus tard. Ces chiffres étaient clairement insuffisants pour assurer à la fois le remplacement des pertes et la transformation des régiments d'artillerie hippomobile. Il faut cependant garder à l'esprit qu'au 1er juin 1940, seules 467 pièces d'artillerie de 75 et 100 mm de la Grande Guerre avaient été adaptées pour la traction mécanisée.

Au 28 octobre 1940, 2084 exemplaires du TL 37 étaient en commande. Au 1er mars 1942, 1021 exemplaires se trouvaient sous les drapeaux et 1021 en commande, tandis qu'au 30 avril 1943, avant la perte de la Tunisie, 2267 TL 37 étaient en service et 479 en commande.

Chaîne d'assemblage des TL 37 touché par les bombardements alliés.

Description technique

Le tracteur TL 37 reposait sur un châssis constitué de deux longerons en tôle emboutie percés de trous pour l'alléger, habillé par une carrosserie métallique. Il pouvait transporter, en plus du conducteur, cinq servants sur des sièges revêtus de cuir noir, puis de matériau synthétique noir à partir de février 1942. Le coffre aménagé à l'arrière pouvait contenir jusqu'à 290 kg de munitions de 75 ou 100 mm. La bâche repliable, qui ne protégeait que partiellement l'équipage, était soutenue par deux arceaux métalliques, un rabattable sur la plage arrière et un escamotable derrière les sièges avant.

TL 37 présenté à l'exposition des territoirs d'outremer à Naples en mai 1940. C'est la première fois que le véhicule apparaît avec une roue de secours. TL 37 conservé au musée Volandia de Milan-Malpensa.
(crédits photos : Aymeric Lopez)
Vues de côté et de dessus du châssis. Châssis du TL 37. Remarquez au centre l'ensemble boîte-différentiel. Coffre du prototype chargé de caisses de munitions de 75 mm.
(crédits photo : Museo della Motorizzazione Militare)
Poste de conduite du TL 37 conservé au musée des pompiers de Mantoue.
(crédits photo : Aymeric Lopez)
Détail de la planche de bord.
(crédits photo : Aymeric Lopez)
Les sièges et la banquette arrière accueillaient quatre servants.
(crédits photo : Aymeric Lopez)
Six fusils pouvaient être entreposés contre le dossier des sièges avant.
(crédits photo : Aymeric Lopez)
Les deux arceaux métalliques soutenant la bâche en position haute.
(crédits photo : Aymeric Lopez)

Le TL 37 était propulsé par un moteur essence 18TL quatre temps à quatre cylindres en ligne développant 52 ch. Son régime était bridé à 2000 tr/min et son faible couple représentait un handicap sur terrain boueux ou enneigé. Le carburateur Zenith mod.36 TTHVI était étudié pour un fonctionnement en tout terrain et sur de fortes pentes. Le filtre à air Zenith d'origine fut remplacé par un modèle OCI à bain d'huile en cours de production, adopté par tous les tracteurs envoyés en Libye. Le bloc moteur-embrayage était suspendu au châssis par quatre silent blocs, deux sur l'avant au niveau de la distribution et deux sur l'arrière au niveau de l'embrayage bidisque à sec.

Moteur essence 18TL vu côté carburateur. Moteur essence 18TL vu côté magnéto. Coupe longitudinale du moteur 18TL.

La direction, plutôt difficile à manœuvrer, reposait sur une vis sans fin à secteur hélicoïdal permettant de commander les quatre roues. Le carter de l'ensemble boîte-différentiel était positionné au centre du châssis, entre les deux longerons. La partie inférieure du carter abritant les engrenages était en acier moulé et la partie supérieure en aluminium. La boîte comptait cinq rapports plus une marche arrière. Les engrenages coniques du différentiel communiquaient le mouvement aux quatre arbres de transmission. Sur l'arrière du carter de la boîte se trouvait la prise de force pour le treuil de 2 tonnes qui engrenait sur l'axe secondaire de la boîte. Si la complexité mécanique assurait au tracteur de bonnes prestations, elle péchait en revanche par la fragilité de certaines pièces.

Schéma de la transmission. Carter de l'ensemble boîte-transmission. Schéma du treuil à tambour horizontal.

Les suspensions à ressorts et bras oscillants à l'avant et à ressort à lames transversal à l'arrière étaient indépendantes. Les roues à jante en tôle emboutie à voile plein ou percé pouvaient être cerclées de bandages semi-pneumatiques Celerflex de 1098 mm de diamètre ou équipées de pneus à chambre à air type Artiglio de 9x24. Pour améliorer l'adhérence, les pneus à chambre pouvaient être munis de chaînes tandis que des ergots métalliques servant de crampons pouvaient être montés sur les roues à bandages semi-pneumatiques.

Suspension avant à ressort et bras oscillants.
(crédits photo : Aymeric Lopez)
Suspension arrière à ressort à lames transversal. Les deux types de roues montées sur TL 37 : à voile percé et pneu Artiglio à gauche, à voile plein et bandage Celerflex à droite.
Roue à jante à voile percé montant un pneu à chambre type Artiglio.
(crédits photo : Aymeric Lopez)
Mise en place des chaînes sur un tracteur montant des pneus Artiglio. TL 37 équipé de chaînes progressant sur un terrain enneigé.

Le circuit électrique 6 V fonctionnait sur dynamo Marelli D75 R pour alimenter les deux phares antérieurs, orientables de l'extérieur, le feu arrière, l'éclairage de la planche de bord et l'avertisseur sonore Marelli T23 situé sous le capot avec commande au volant. Moteur arrêté, deux phares à l'acétylène de part et d'autre du pare-brise prenaient le relais.

Phare électrique avant.
(crédits photo : Aymeric Lopez)
Phare à l'acétylène sur le montant du pare-brise.
(crédits photo : Aymeric Lopez)

À partir des premiers mois de l'année 1942, un support basculant recevant une roue de secours fut installé sur l'arrière de la caisse. Cette modification fut étendue sur les exemplaires dotés de pneus à chambre déjà livrés. Deux modèles de support existaient selon le type de pièce d'artillerie attelé. Pour le canon de 75/27 mod.06, le support était plus long de 200 mm environ.

Support basculant de la roue de secours.

TL 37 Coloniale et Libia

Pour l'emploi en Libye, deux modèles du TL 37 furent développés en 1941. Le TL 37 Coloniale se distinguait de la version de base par des pneus type Libia (9,75x24), d'un treuil de 2,5 tonnes et de filtres à air à bain d'huile sur le moteur et la boîte.

TL 37 Coloniale durant sa mise au point à l'usine Viberti de Turin.
(crédits photo : Archive Fiat)
Ce TL 37 Coloniale largement endommagé nous laisse voir le filtre à air à bain d'huile adopté sur tous les tracteurs destinés à la Libye.
(crédits photo : collection F. Zagari)
Schéma du filtre à air à bain d'huile.

En plus de ces modifications, le TL 37 Libia bénéficiait d'un silencieux sur le pot d'échappement, d'un réservoir supplémentaire de 150 L fixé sur le toit du coffre à munitions et de deux réservoirs mobiles de 35 L de part et d'autre du réservoir supplémentaire permettant de tripler l'autonomie du véhicule.

TL 37 Libia présenté à Umberto di Savoia et au général Roatta à Ostie au printemps 1941. TL 37 Libia capturé par les troupes indiennes en Afrique du Nord en décembre 1941. Ce TL 37 Libia a probablement été photographié en Sicile en 1943. Remarquez le camouflage composé de tâches vertes sur fond jaune sable.
Réservoir supplémentaire de 150 L placé sur la plage arrière. Réservoir mobile de 35 L.

TL 37 Pontiere

Le TL 37 Pontiere fut introduit en 1941 pour les besoins de transport des ponts flottants du génie et commandé en 484 exemplaires. Afin de loger un treuil à tambour d'une capacité de 3,5 tonnes, la traverse arrière du châssis dut être modifiée. Le câble de traction de 38,5 m pouvait être allongé à 57 m. Le coffre arrière accueillait l'outillage spécifique du génie et le support de roue de secours était du modèle surélevé.

Châssis du TL 37 Pontiere mettant en évidence le treuil à tambour de 3,5 tonnes. Les pneus type Libia sont inhabituels pour cette version.
(crédits photo : Archive Fiat)
Vue latérale du TL 37 Pontiere.
(crédits photo : Archive Fiat)

Étant donné que la cadence de production du TL 37 était insuffisante pour répondre à tous les besoins, de nombreux exemplaires du modèle Pontiere furent versés à des unités d'artillerie. Cependant, les unités suivantes du génie reçurent en dotation des TL 37 Pontieri : les , et rgt.g.artieri, le XIII btg.g.artieri.mot. et le XVIII btg.g.pontieri.

TL 37 tractant des barques de pont flottant du génie lors d'un défilé à Turin le 9 août 1939. Il ne s'agit pas encore de la version Pontiere. TL 37 Pontiere halant une barque de pont mod.1860/14 sur une remorque à deux essieux. TL 37 Pontieri en gare de Guastalla en 1942.
(crédits photo : via Lorenzo Tonioli)

Torpédo 6 places

Viberti réalisa sur le châssis du TL 37 une carrosserie torpédo, probablement en 1944. La finalité de ce prototype n'est pas connue, même si sa faible vitesse (60 km/h tout au plus) semble écarter la piste du véhicule de reconnaissance.

Torpédo 6 places dessiné par Viberti et vraisemblablement resté au stade de prototype.
(crédits photos : Viberti)

Au front

Distribué aux unités d'artillerie et du génie à partir de 1938, le TL 37 servit sur tous les fronts où fut engagé l'Esercito entre 1939 et 1945 à l'exception de l'Afrique Orientale. Selon un organigramme de 1942, un groupe d'artillerie motorisée devait compter 18 TL 37 dans ses effectifs (plus 10 AS 37, le camion saharien développé sur le châssis du TL 37, pour les divisions déployées en Afrique du Nord). Outre l'artillerie et le génie, le tracteur fut versé à des unités du corps automobile, de la marine et de l'aviation.

TL 37 sur la route du Petit Saint-Bernard en juin 1940.
(crédits photo : Archivio Centrale dello Stato)
Colonne de TL 37 camouflés à l'aide de branches dans le Val Stretta en juin 1940.
(crédits photo : Archivio Centrale dello Stato)
TL 37 du II gr.art de 75/27 mod.11 de la division Torino défilant devant Benito Mussolini en octobre 1940.
Alignement de TL 37 de la division Torino lors du passage en revue de l'unité par Mussolini à Monselice le 7 octobre 1940. Des obusiers de 100/17 mod.14 sont attelés aux tracteurs de la première ligne.
(crédits photo : Archivio Centrale dello Stato)
TL 37 de la division Pasubio franchissant le Dniepr sur un pont du génie allemand à l'automne 1941.
(crédits photo : Archivio Centrale dello Stato)
TL 37 traversant la gare de Grouchino en Ukraine au cours de l'automne 1941.
(crédits photo : Archivio Centrale dello Stato)
TL 37 traversant une ville ukrainienne durant l'été 1941. Le premier tracte un canon de 75/27 mod.11 et le second une remorque porte-munitions.
(crédits photo : Archivio Centrale dello Stato)
TL 37 embourbé sur le front de l'Est en décembre 1941.
(crédits photo : Archivio Centrale dello Stato)
TL 37 traversant un pont de barques sur le Dniepr en 1942. Il tracte un canon de 75/34 mod.97/38, plus connu sous le nom allemand de 7,5 cm Pak 97/38.
(crédits photo : collection Aymeric Lopez)
TL 37 de la Regia Aeronautica tractant un Fiat BR.20M au printemps 1941.
(crédits photos : Archivio Centrale dello Stato)
TL 37 de la colonne Moccagatta participant au transport des unités d'assaut de la Regia Marina en Mer Noire en avril 1942.

Plusieurs exemplaires furent capturés par les Alliés en Afrique du Nord. Les Australiens, qui purent le testé en 1941, le considéraient comme l'un des meilleurs tracteurs d'artillerie employés sur ce théâtre d'opérations, toutes nations confondues. Toujours en Afrique du Nord, des canons de 75/27 mod.11 furent montés sur des TL 37 pour réaliser des pièces d'artillerie autopropulsée.

Bersaglieri faisant le plein de leur TL 37 en Libye au printemps 1941.
(crédits photo : Archivio Centrale dello Stato)
TL 37 Libia en Afrique du Nord à l'automne 1941.
(crédits photo : Archivio Centrale dello Stato)
TL 37 tractant un obusier de 100/17 mod.14. Une remorque anglaise capturée sert d'avant-train.
(crédits photo : Bundesarchiv)
TL 37 capturé par les Alliés en Afrique du Nord en 1942.
(crédits photo : collection Gilbert Lamb)

Après l'armistice de septembre 1943, les Allemands récupérèrent un grand nombre de TL 37 et ordonnèrent la poursuite de la production : 75 exemplaires furent livrés en 1944 et 7 en janvier 1945. Quelques un de ces tracteurs intégrèrent aussi les rangs des forces armées de la RSI au Nord et du Corpo Italiano di Liberazione au Sud.

TL 37 de la 12.SS-Panzerdivision Hitlerjugend tractant un Pak 40 de 7,5 cm à Turnhout, en Belgique, en 1944.
(crédits photos : collection Terlisten)
TL 37 remorquant un Savoia S.79bis du gr.AS Faggioni de l'ANR.

Après guerre, le TL 37 resta en production dans sa version T 37 (camion à plateau très proche de l'AS 37) jusqu'en 1948 et participa à l'intervention en Somalie dans les années 1950 au sein d'une batterie d'obusiers de 100/17.

T 37 d'une batterie de 40/56 Mk.II défilant à Rome pour la fête de la République du 2 juin 1948. TL 37 participant au défilé du 2 juin 1951 à Rome.
Fiche technique
  
Longueur 4130 mm
Empattement 2500 mm
Largeur 1830 mm
Voie avant / arrière 1440 / 1440 mm avec bandages semi-pneumatiques
1518 / 1518 mm avec pneus à chambre
Hauteur 2180 mm
Garde au sol 345 mm
Poids à vide 3180 kg avec pneus à chambre
3560 kg avec bandages semi-pneumatiques
Équipage 6
Charge utile 800 kg
Charge tractable maximale 2800 kg
Configuration d'essieux 4x4
Moteur Type 18TL : 4 cylindres essence de 4053 cm3, développant 52 ch à 2000 tr/min
Vitesse maximale 38,2 km/h sur route
Autonomie 170 km sur route
Emport en carburant 100 L
Plan 4 vues de TL 37 avec bandages semi-pneumatiques Celerflex. Profil de TL 37 avec pneus Artiglio. Profil de TL 37 Libia.
TL 37 avec bandages semi-pneumatiques utilisé dans les Balkans.
(crédits : Jean Restayn)
TL 37 Coloniale en Libye en janvier 1941.
(crédits : M. Filipiuk)
Sources :
  • Gli Autoveicoli tattici e logistici del Regio Esercito Italiano fino al 1943, tomo secondo, Nicola Pignato & Filippo Cappellano, Stato Maggiore dell'Esercito, Ufficio Storico, 2005
  • Gli Autoveicoli del Regio Esercito nella Seconda Guerra Mondiale, Nicola Pignato, Storia Militare, 1998
  • Immagini ed evoluzione del corpo automobilistico, Volume II (1940-1945), Valido Capodarca, Comando traporti e materiali dell'esercito, 1995
  • Dal TL37 all’A.S. 43, Il trattore leggero, l’autocarro sahariano, i derivati, le artiglierie, Nicola Pignato & Filippo Cappellano, GMT, 1997
  • Trattore leggero SPA TL 37, Nicola Pignato, Notiziario Modellistico GMT 2/91, 1991
  • Trattore leggero TL 37, Un tracteur moderne pour l'Armée italienne, Daniele Guglielmi & David Zambon, Trucks & Tanks Magazine n°33, 2012
  • Trattore Mod. “TL 37”, Manuale per le riparazioni, SPA, 1940
  • Trattore Mod. “TL 37", Uso e manutenzione, SPA, 1943
  • R.S.I., Forze Armate della Repubblica Sociale, La guerra in Italia 1944, Nino Arena, Ermanno Albertelli Editore, 2000
  • I mezzi d'assalto della Xa flottiglia MAS 1940-1945, Marco Spertini & Erminio Bagnasco, Albertelli Editore, 2005
Pour reproduire ce véhicule :
FabricantÉchelleRéférence et désignationGalerie
ACE 1/72 72282 Trattore Leggero TL-37 -
Doc Models 1/72 72400 TL 37 Filed Artillery Tractor -
Doc Models 1/72 72408 TL 37 Field Artillery Tractor with tarpaulin -
CRI.EL Model 1/35 R056 TL37 with Celerflex Wheels -
CRI.EL Model 1/35 R057 TL37 with Artiglio Wheels -
CRI.EL Model 1/35 R058 TL37 with North Africa Tires -

Réagissez à cet article
Re: TL 37 -- bellunese
Wednesday, 17 December 2014 10:54
Excellent article, hyper documenté sur ce tracteur
dont je découvre la complexité de la mécanique en même temps que son originalité
(par exemple, ces 4 arbres de transmission en X que je découvre et dont je ne soupçonnais pas l'emploi
sur ce véhicule).
Bravo et compliments à Aymeric.
Bellunese
Re: TL 37 -- david wormell
Tuesday, 16 December 2014 04:37
Superb.

Thank you for posting. icon_e_biggrin.gif

Lu 7278 fois Dernière modification le samedi, 20 décembre 2014 08:49
More in this category: « Fiat 40 Boghetto TM 40 »