Dernières mises à jour

Se connecter

samedi, 22 août 2015 09:55

Lancia 1ZM

Ecrit par 
Lancia 1ZM série 3 en Somalie. Lancia 1ZM série 3 en Somalie.

En 1915, à quelques mois de l'entrée en guerre de l'Italie aux côtés des puissances de la Triple-Entente, le Regio Esercito chercha à acquérir de nouveaux véhicules armés et blindés. Il s’agissait de tirer les leçons des combats qui se déroulèrent en 1914 en France et en Belgique et au cours desquels les automitrailleuses se firent remarquer par leurs capacités supérieures aux cavaliers dans les actions de reconnaissances sur le front.

Développement

Le 27 janvier 1915, la DAG chargea la société Ansaldo de fournir des automitrailleuses à l'Esercito. Pour leur réalisation, la société génoise partit d'un châssis dérivé de celui du camion Lancia 1Z (lui même très proche de la voiture 25/35 HP). Largement inspiré du projet sur lequel Guido Corni avait travaillé en septembre 1914, le dessin de l'automitrailleuse fut breveté dès le 14 février 1915.

Le prototype de l'automitrailleuse Lancia 1ZM armé de Vickers-Maxim mod.11 de 6,5 mm fut présenté aux autorités militaires le 17 avril 1915 et testé avec succès le 25 avril.

Plan de l'automitrailleuse Ansaldo breveté le 14 février 1915. Châssis de la Lancia 25/35 HP qui sera renforcé pour l'automitrailleuse 1ZM. Prototype de la Lancia 1ZM à l'usine Ansaldo Fossati, encore privé des blindages protégeant les roues.
Le prototype à l'usine Ansaldo Fossati au printemps 1915 après l'ajout des blindages de roues. Vincenzo Lancia posant devant le prototype. Le prototype lors des essais menés par un équipage militaire en avril 1915.

Le 7 mai, Ansaldo accusa réception de la commande n°2401 du ministère de la guerre portant sur 20 exemplaires de l'automitrailleuse, soit le maximum possible compte-tenu de la disponibilité des mitrailleuses.

Les exemplaires de série se différenciaient du prototype au niveau des ouïes d'aération du capot moteur et des pneus plus grands (135x935 au lieu de 120x880). L'armement devait rester identique à celui du prototype, à savoir deux Vickers-Maxim mod.11 dans la tourelle inférieure et une troisième dans la supérieure. Cependant, les difficultés rencontrées dans l’approvisionnement de ces mitrailleuses contraignirent Ansaldo à armer les 7 premiers exemplaires avec des Maxim-Dreyse de 6,85 mm capturées sur le cargo Bayern.

La première Lancia 1ZM de série fut présentée au général Cadorna début août 1915 à Udine. Mais la production confiée à l'usine Ansaldo Fossati de Sestri Ponente prit du retard : à la fin de l'année, seuls 7 exemplaires avaient été livrés, les 13 restants ne l'étant qu'au premier semestre 1916.

Lancia 1ZM série 1 à la fin de l'année 1915. Vue frontale d'un des premiers exemplaires de la série 1. Vue de 3/4 arrière d'un des premiers exemplaires de la série 1.
Lancia 1ZM de série 1 après démontage du blindage des roues avant. Assemblage des tourelles superposées à l'usine Ansaldo Fossati en 1915. Phase finale de l'assemblage à l'usine Ansaldo Fossati de Sestri Ponente en 1915.
Exemplaires de la série 1 en attente de livraison à l'usine Ansaldo Fossati. L'armement n'a pas encore été installé. Lancia 1ZM série 1 armée de mitrailleuses Maxim-Dreyse de 6,85 mm.

Un deuxième lot de 17 exemplaires fut commandé le 11 mars 1917 au travers du contrat n°979. Cette seconde série se différenciait de la précédente par la substitution du blindage des roues avant par de simples garde-boue, l'ajout de déflecteurs de protection sur les grilles du radiateur et un nouveau découpage du capot moteur. D'autre part, la puissance moteur pouvait être poussée 30% au-dessus du nominal pendant 30 minutes. Les 12 premiers exemplaires du second lot adoptaient le même châssis que les modèles du premier lot, tandis que les 5 suivants recevaient un châssis renforcé.

Lancia 1ZM série 2 lors de la présentation aux militaires à Gênes en 1917. Lancia 1ZM série 2 dont la tourelle inférieure est ceinte d'une bande tricolore.

Si, au début du conflit, les automitrailleuses ne déclenchèrent pas un grand enthousiasme dans le commandement italien, les choses changèrent lorsque le front s’effondra après Caporetto. Le passage d’une guerre de position à une guerre de mouvement donna d’un coup une importance nouvelle aux automitrailleuses. Elles étaient en effet seules capables des actions de reconnaissance et d’arrière-garde que ne pouvaient plus réaliser les unités de cavalerie du fait des mitrailleuses ennemies.

La réaction du commandement fut alors rapide et efficace : 35 automitrailleuses firent l'objet du contrat n°1706 passé le 26 novembre 1917. Le 13 janvier 1918, 65 exemplaires supplémentaires furent ajoutés à la commande. Les 17 premières machines furent livrées au 31 mars 1918. Le 2 mai, 32 exemplaires avaient été produits, puis 16 supplémentaires au 9 juin. En date du 27 août, 83 automitrailleuses de série 3 avaient été prises en charge dans les escadrons de l'armée.

Cette troisième série donnait le jour à une nouvelle version marquée par la suppression de la tourelle supérieure, qui élevait trop le barycentre du véhicule. La mitrailleuse qu'elle abritait fut déplacée en casemate et dirigée vers l’arrière. Les Vickers-Maxim armant les deux premiers lots furent remplacées par des Saint Etienne mod.907 F de 8 mm. Du fait des difficultés d'approvisionnement en matières premières, les tôles au chrome-nickel constituant le blindage furent remplacées par des tôles au molybdène.

Lancia 1ZM série 3 armée de mitrailleuses Saint Etienne mod.907 F. Assemblage des panneaux formant les caisses à l'usine Ansaldo Fossati en 1918. Mise en place de la caisse sur le châssis en 1918.
Lancia 1ZM série 3 à différents stades d'avancement à l'usine Ansaldo Fossati en 1918. Premier exemplaire de la série 3 devant un Fiat 18 atelier à l'usine Ansaldo Fossati en 1918. Sortie d'usine des premiers exemplaires de la série 3 le 17 mars 1918.

Description technique

L'automitrailleuse Ansaldo était basée sur le châssis Lancia 1ZM, version renforcé du 1Z civil au niveau du pont arrière et des ressorts à lames. L'architecture de la caisse blindée était traditionnelle avec deux portes d'accès latérales, une tourelle sur l'arrière et deux profilés coupe-barbelés sur l'avant. Les tôles employées avaient une épaisseur de 6 mm.

L'originalité du véhicule résidait dans ses deux tourelles superposées, pouvant tourner d'un seul bloc ou indépendamment. Seuls les deux premiers lots furent équipés de la tourelle supérieure.

Plan en coupe d'une Lancia 1ZM série 3. Ferdinando Pio Perrone dans l'habitacle du prototype servant une mitrailleuse de la tourelle inférieure. Habitacle d'un exemplaire de série vu depuis la tourelle.

L'armement était à l'origine constitué de trois mitrailleuses Vickers-Maxim mod.11 de 6,5 mm. Sur la troisième série, la puissance de feu fut augmentée du fait du passage à trois mitrailleuses Saint Etienne mod.907 F de 8 mm. À partir de 1924, les mitrailleuses furent toutes remplacées par des Fiat mod.14 de 6,5 mm. En Somalie, les mitrailleuses Fiat mod.14 Aviazione refroidies par air furent préférées.

Lancia 1ZM série 3 armée de Fiat mod.14 au Centro Studi ed Esperienze.

Le véhicule était propulsé par un moteur essence à 4 cylindres en ligne équipé d'un magnéto d'allumage. Le réservoir de carburant cylindrique logé entre les deux longerons était protégé dans sa partie ventrale par une tôle de 5 mm. La boîte de vitesse à double train baladeur offrait 4 rapports plus marche arrière. Le circuit électrique comprenait une batterie rechargée par une dynamo alimentant le démarreur et l'éclairage.

Moteur essence 4 cylindres Lancia 1Z.

Les roues étaient à l'origine protégées par un blindage, qui fut supprimé sur le train avant à partir de la seconde série. Sur certains exemplaires de la première série, la protection fut démontée directement sur le front. La substitution des pneus haute pression par des pneus basse pression débuta en 1936.

Les jugements émis durant la Grande Guerre étaient positifs au sujet de la motorisation et de la protection, mais déploraient l'absence d'un second poste de pilotage pour permettre une marche arrière plus aisée. Le véhicule semblait aussi trop lourd et encombrant.

Baptême du feu pendant la Grande Guerre

La formation des équipages fut dispensée par le dépôt génois du rgt.art. da fortezza entre juin et juillet 1915. Les premiers exemplaires livrés furent envoyés sur le front de l'Isonzo pour des missions de reconnaissance. Dès juin 1916, l’organisation des automitrailleuses fut établie sur la base de plusieurs squadriglie (escadrons) :

  • la 1a squadriglia sur 6 Lancia 1ZM et une Bianchi en réserve attachée à la 5a A ;
  • la 2a squadriglia sur 6 Lancia 1ZM et une Bianchi en réserve attachée à la 1a A ;
  • la 3a squadriglia sur 6 Lancia 1ZM plus une en réserve attachée à la 1a A.

Au mois de juillet 1916 vinrent s'ajouter les 4a et 5a squadriglie affectées respectivement à la 2a A et à la 4a A.

Lancia 1ZM série 1 pendant l'hiver 1915-1916 à Romans d'Isonzo. Deux Lancia 1Z série 1 en 1916. Lancia 1Z série 1 sur la route de Vertojba à l'été 1916.

Il convient de relever que les automitrailleuses ne furent pas particulièrement mises en valeur sur le front alpin, où leur mobilité n’était utile que dans les phases de mouvement. Ainsi, lors de l'offensive austro-hongroise dans le Trentin en mai-juin 1916, elles furent placées en réserve pour repousser une éventuelle percée. En 1917, certaines furent utilisées dans des missions de maintien de l'ordre. Avec l'entrée en ligne des exemplaires de la seconde série, deux squadriglie supplémentaires furent crées.

Durant la retraite de Caporetto, 10 automitrailleuses Lancia 1ZM furent perdues dans des combats d'arrière-garde. Certaines furent capturées par les forces austro-allemandes et réarmées avec des mitrailleuses Schwarzlose M7/12 pour être employées contre les Italiens à partir d’Udine. À l'issue de la retraite, le Regio Esercito disposait de 28 Lancia 1ZM qui furent réorganisés sur 4 squadriglie, bientôt renforcées par les exemplaires de série 3.

Lancia 1ZM série 1 couvrant la retraite sur la route de Sacile lors de la douzième bataille de l'Isonzo en novembre 1917. Lancia 1ZM série 1 abandonnées lors de la retraite de Caporetto. Lancia 1ZM série 2 capturée et réemployée par les Allemands.

Deux Lancia 1ZM furent encore perdues lors de la seconde bataille du Piave, 4 durant la bataille de Vittorio Veneto et 2 furent cédées au corps d'armée tchécoslovaque entre 1918 et 1919.

À la fin de la première guerre mondiale, l’armée italienne disposait de 16 squadriglie répartis dans les unités suivantes :

  • 1a A (3a et 11a squadriglie) ;
  • 3a A (7a squadriglia) ;
  • 8a A (1a et 16a squadriglie) ;
  • Gouvernorat de Dalmatie (12a et 13a squadriglie) ;
  • Secteur d’occupation international de Fiume (4a et 5a squadriglie) ;
  • Commandement supérieur de la Force Interalliée dans les Balkans (14a squadriglia) ;
  • Corps d'Armée de Milan (6a squadriglia dont une section à Bologne) ;
  • Corps d'Armée de Genève (8a squadriglia) ;
  • Corps d'Armée de Rome (9a squadriglia dont une section à Florence) ;
  • Corps d'Armée de Naples (10a squadriglia dont une section à Bari) ;
  • Corps d'Armée d'Assaut en Libye (15a squadriglia).
Exemplaires de la série 3 tout juste livrés dans la caserne de San Benigno en mars 1918. Lancia 1ZM série 1 de la 1a squadriglia en avril 1918. Squadriglia de Lancia 1ZM série 3 lors d'un exercice au printemps 1918.
Lancia 1ZM série 3 sur le Piave en juin 1918. Lancia 1ZM série 1 défilant devant le duc d'Aoste après la seconde bataille du Piave le 24 juillet 1918. Lancia 1ZM série 3 à Innsbruck lors de l'occupation italienne de 1918-19.
(crédits photo : Ministero della Difesa)

Opérations entre deux guerres

Entre 1919 et 1920, les Lancia 1ZM de la 4a squadriglia et certaines de la 7a squadriglia participèrent à l'action de D'Annunzio sur Fiume (l'actuelle Rijeka). Dans les années 1920, 35 exemplaires furent affectés à la Regia Guardia di PP.SS. Après sa dissolution, elles passèrent aux CC.RR. et aux sections blindés de la MVSN à Milan, Rome ou encore Vérone.

Lancia 1ZM série 3 de la MVSN défilant lors de la visite d'Augusto Turati à Sienne en mai 1927.
(crédits photo : Fondazione Monte dei Paschi di Siena - Archivio Malandrini sur 97legione.siena.it)
Lancia 1ZM série 1 des CC.RR. à Ancone en mars 1928.
Lancia 1ZM du rgt. carri armati de Codroipo au début des années 1930. Lancia 1ZM série 2 du btg. autoblindo de Codroipo en 1934.

Dès 1919, les opérations de reconquête de la Libye nécessitèrent l'envoi dans cette colonie de 8 Lancia 1ZM, suivies de 3 autres en janvier 1923. Elles formèrent deux squadriglie encadrées au sein du III btg. Cacciatori d'Africa stationné à Benghazi. Après la perte de 2 automitrailleuses à Bir Bilal, les squadriglie furent réunies en une seule en septembre 1923.

Lancia 1ZM du III btg. Cacciatori d'Africa dans la caserne de la Berka à Benghazi en 1922. Derrière la Lancia, on reconnaît 4 Lanchester, 3 Fiat tipo Tripoli et des Fiat 15 ter. Lancia 1ZM défilant à Benghazi le 2 juin 1923.
(crédits photo : Archivio Istoreco - fondo Azzali)
Lancia 1ZM utilisées dans la reconquête de la Libye.
Lancia 1ZM du III btg. Cacciatori d'Africa dans les années 1929-1930.
(crédits photo : Alberto Moscuzza via Lorenzo Bovi)
Lancia 1ZM série 3 à Barce le 17 octobre 1929.
(crédits photo : Museo Storico Italiano della Guerra)
Lancia 1ZM série 3 à Benghazi le 20 mai 1931.

Entre les deux guerres, l'Italie céda une Lancia 1ZM à l'Afghanistan en 1928, une autre à la Hongrie, 4 à l'Albanie qui les utilisa jusqu'en 1939 et 4 à l'Autriche en 1934.

Quatre Lancia 1ZM furent affectées au btg. San Marco et envoyées en Chine, à Tien Tsin, en mars 1932, afin d'assurer la protection des ressortissants Italiens. Elles y restèrent jusqu'à l'armistice de septembre 1943, date à laquelle on perd toute trace d'elles.

Une des 4 Lancia 1ZM du btg. San Marco à Tien Tsin en 1937. Lancia 1ZM du btg. San Marco à Tien Tsin à la fin des années 1930.

Dès 1926, une squadriglia sur 4 automitrailleuses fut envoyée en Somalie au sein du RCTC. Deux d'entre elles furent protagonistes de l'incident frontalier de Welwel (Ual Ual en italien) le 5 décembre 1934.

Pour la campagne d'Éthiopie, le rgt. carri armati envoya en Somalie la 1a squadriglia speciale S constituée en mars 1935 à Bologne sur 3 sections de 4 Lancia 1ZM chacune. Débarquée à Mogadiscio le 17 mai 1935, elle fut renforcée par une seconde squadriglia mixte en avril 1936.

Le 1er février 1936, le I btg. automotoblindo Casali débarqua en Érythrée, à Massaoua. Constitué de deux compagnies dont une sur 3 pelotons de 4 automitrailleuses plus une automitrailleuse de commandement, il prit part à l'action sur Gondar.

Après la conclusion de la campagne, les Lancia 1ZM restèrent en AOI jusqu'à la chute de l'empire en 1941. Dix d'entre elles furent réarmées avec des mitrailleuses Fiat mod.35 de 8 mm.

Lancia 1ZM criblée de coups de fusils suite à l'incident de Welwel du 5 décembre 1934. Lancia 1ZM lors de la campagne d'Éthiopie. Remarquez les deux teintes utilisées pour peindre l'intérieur de la porte.
(crédits photo : collection Yves Casagrande)
Lancia 1ZM série 1 à la tête d'une colonne motorisée en Éthiopie. La tourelle supérieure a été supprimée et les roues ont reçu des pneus plus larges.
Bersaglieri dégageant une piste dans la broussaille éthiopienne pour le passage des Lancia 1ZM. Passage à gué d'une rivière en Éthiopie.
(crédits photo : collection Aymeric Lopez)
Relevage d'une Lancia 1ZM dans le secteur de Bascurat lors de la marche sur Gondar au printemps 1936.
(crédits photo : collection Aymeric Lopez)
Lancia 1ZM en Somalie en janvier 1936. Lancia 1ZM de la 2a squadriglia en Somalie le 24 avril 1936. Colonne du I btg. automotoblindo Casali.

Le 5 janvier 1937, une squadriglia sur deux sections d’automitrailleuses Ansaldo 1ZM (soit 8 véhicules, dont une à double tourelle) débarqua à Cadix, en Espagne, pour renforcer le CTV du gen. Roatta. Cette unité participa à l'occupation de Malaga le 8 février 1937 avant d'être incorporée au rgpt. carri d'assalto e autoblindo puis au CRS du col. Rivolta pour combattre à Guadalajara. Devenue rgpt. reparti specializzati le 15 octobre 1937 et passée sous commandement du col. Babini, l'unité combattit à Santander, en Aragon, sur le front de l'Èbre et en Catalogne, perdant au total 5 automitrailleuses. Les 3 exemplaires encore en état de marche furent cédés à l'armée espagnole à la fin du conflit.

La guerre civile espagnole mit en évidence le besoin de disposer d'automitrailleuses plus modernes à l'image des BA 6 soviétiques, face auxquelles les Lancia 1ZM se trouvaient complètement dépassées.

L'unique Lancia 1ZM du CTV à double tourelle précédent un Fiat 618 sur une route espagnole.
(crédits photo : NARA)
Lancia 1ZM du CTV arborant le camouflage 3 tons adopté en 1938.
Les 5 Lancia 1ZM encore opérationnelles au sein du CTV en 1938. Lancia 1ZM défilant à Barcelone le 21 février 1939.
(crédits photo : collection Aymeric Lopez)

Fin de carrière dans la seconde guerre mondiale

Malgré leur grand âge, les 34 exemplaires de Lancia 1ZM dont disposait encore l'Esercito en métropole en juin 1940 furent utilisés jusqu'en 1943. Quelques uns furent envoyés dans les Balkans et un peloton gagna Rhodes pour être incorporé dans la compagnie de commandement du CCCXII btg.ftr.carrista. Enfin, 13 Lancia 1Z débarquèrent à Tripoli le 15 janvier 1941 à la demande de SUPERASI. L'une d'elles fut utilisée pour le tournage du film Giarabub d'Alessandrini, sorti le 9 mai 1942.

Lancia 1ZM récupérées en Albanie en avril 1939.
(crédits photo : AUSSME)
Lancia 1ZM utilisée pour le tournage du film Giarabub. Lancia 1ZM du CCCXII btg.ftr.carrista inspectée par un soldat allemand après les combats de septembre 1943 à Rhodes.

Après l'armistice du 8 septembre 1943, les forces allemandes utilisèrent quelques Lancia 1ZM dans les Balkans.

Fiche technique
Longueur 5610 mm
Empattement 3350 mm
Largeur 1940 mm
Voie avant / arrière 1400 / 1428 mm
Hauteur 2900 mm (tourelles superposées)
2480 mm (tourelle simple)
Poids en ordre de combat 4200 kg (tourelles superposées)
3950 kg (tourelle simple)
Équipage 6
Moteur Type 1Z essence 4 cylindres 4940 cm3, développant 35 ch à 1200 tr/min
Vitesse maximale 60 km/h sur route
Autonomie 500 km sur route
Emport en carburant 100 L
Protection 2,5 à 6 mm
Armement Séries 1 et 2 : 3 mitrailleuses Vickers-Maxim mod.11 de 6,5 mm
Série 3 : 3 mitrailleuses Saint Etienne mod.907 F de 8 mm
Après 1924 : 3 mitrailleuses Fiat mod.14 de 6,5 mm (12 000 coups)
Profils du prototype avec et sans la protection des roues. Plan 4 vues de la Lancia 1ZM série 1.
Profil et vue de dessus de la Lancia 1ZM série 2. Plan 4 vues de la Lancia 1ZM série 3.
Lancia 1ZM de la 2a squadriglia speciale S en Somalie.
(crédits : Ruggero Calò)
Lancia 1ZM du CTV en Espagne.
(crédits : Ruggero Calò)
Sources :
  • La meccanizzazione dell'esercito dalle origini al 1943, Tomo II, Lucio Ceva & Andrea Curami, USSME, 1994
  • Gli Autoveicoli da combattimento dell’Esercito Italiano, Volume primo (dalle origini fino al 1939), Nicola Pignato & Filippo Cappellano, Stato Maggiore dell’Esercito, Ufficio Storico, 2002
  • Automitragliatrici blindate e motomitragliatrici nella grande guerra, Nicola Pignato, Gaspari editore, 2012
  • A century of italian armored cars, Nicola Pignato, Mattioli 1885, 2008
  • Autoblindo AB 40, 41 e 43, Filippo Cappellano, Storia Militare, 2011
  • Camion Lancia, Massimo Condolo, Fondazione Negri, 2001
  • Italian armoured vehicles 1940-1943 : A pictorial history, Luca Massacci, Roadrunner, 2013
  • Mezzi dell'Esercito Italiano 1935-45, Ugo Barlozzetti & Alberto Pirella, Editoriale Olimpia, 1986
  • Soldati d'Africa, Storia del colonialismo italiano e delle uniformi per le truppe d'Africa del Regio Esercito Italiano, Volume terzo, 1914-1929, Renzo Catellani & Gian Carlo Stella, Ermanno Albertelli Editore, 2006
  • Libia.WW2, 1911/1943 – Foto inedite 2, Lorenzo Bovi, Edizioni Ardite, 2015
  • La guerriglia cirenaica sino alla svolta sul 29° parallelo, Ferdinando Pedriali, Storia Militare n°260, 2015
Pour reproduire ce véhicule :
FabricantÉchelleRéférence et désignationGalerie
MR Panzer 1/72 MP16 Lancia 1ZM -
Retrokit 1/72 R72016 Lancia 1Zm -
CRI.EL Model 1/35 R101 Lancia 1ZM armoured car -
CRI.EL Model 1/35 R104 Lancia 1ZM armoured car "Spain" -
CRI.EL Model 1/35 R105 armoured car "SS Bozen" -

Réagissez à cet article
Re: Lancia 1ZM -- aymeric
Sunday, 23 August 2015 12:52
Merci pour le lien Cédric. Les photos de Lancia 1ZM en Afrique du Nord pendant la seconde guerre mondiale ne sont pas légion (même dans cet état...).
Re: Lancia 1ZM -- cedric mas
Sunday, 23 August 2015 11:27
Re: Lancia 1ZM -- cedric mas
Sunday, 23 August 2015 11:27
Une photo inconnue dans cet album :
Untitled-142.jpg

Lu 3579 fois Dernière modification le samedi, 02 juillet 2016 22:12

Sujets associés