Dernières mises à jour

Wednesday, 13 January 2016 18:59

Autoprotetto S.37

Written by 
Autoprotetto S.37 de début de production portant l'immatriculation RE 132468. Autoprotetto S.37 de début de production portant l'immatriculation RE 132468. collection Luca Massacci

Premier transport blindé de conception italienne à avoir été produit en série, quoiqu'en nombre limité, l'autoprotetto S.37 ne fut jamais employé dans le rôle pour lequel il avait été étudié.

Développement et production

Le 20 janvier 1941, le général Mario Roatta émit une note par laquelle il indiquait sa volonté d'équiper le Regio Esercito d'un véhicule de transport de troupes blindé basé sur le châssis du tracteur d'artillerie TL 37. Ce véhicule, dont la désignation d'usine était TL 37 Protetto, fut développé par Fiat SPA.

Le prototype fut présenté au CSM dès le mois de mai 1941. Adopté officiellement par la directive du ministère de la guerre du 4 février 1942 en tant qu'autoprotetto S.37, il fut commandé à 200 exemplaires dès l'été 1941, alors que les besoins en véhicules blindés de transport de troupes avaient été évalués à 2699 exemplaires. En janvier 1942, seuls 6 autoprotetti avaient été livrés, suivis de 11 le mois suivant. La production ne dépassa pas 150 véhicules du fait de la décision prise le 30 juin 1942 de privilégier les automitrailleuses. Les autoprotetti S.37 produits reçurent les immatriculations RE 132452 à RE 132602.

Prototype de l'autoprotetto S.37 au CSM. Les indicateurs de gabarit sur les garde-boue avant ne furent pas reconduits sur la série.
(crédits photo : CETEM)
Vue de profil du prototype au CSM armé d'une mitrailleuse Breda mod.38. La roue de secours pouvait être montée sur le flanc ou sur le toit du véhicule.
(crédits photos : CETEM)

Description technique et considérations

L'autoprotetto S.37 était propulsé par le moteur essence 18 VT variante 3 qui affichait une puissance supérieure à celle du TL 37 (67 ch à 2500 tr/min contre 52 ch à 2000 tr/min pour le tracteur) grâce à la disposition des soupapes en tête qui permettait d'augmenter le rapport de compression de 4,9 à 5,5. La transmission restait inchangée, avec quatre roues motrices et directrices. La suspension était en revanche assurée par quatre amortisseurs hydrauliques type Houdaille.

Le circuit électrique 12 V comprenait quatre batteries Marelli type 3 MF 15 et une dynamo Marelli type D 300 RRI de 300 W. Il permettait d'alimenter le démarreur et l'éclairage.

La caisse blindée était constituée de tôles de 6 à 8,5 mm d'épaisseur assemblées par rivetage sur une armature métallique. Le conducteur bénéficiait d'une écoutille aménagée sur la droite du blindage frontal, munie d'un sabord. L'accès au véhicule se faisait par une unique portière de type écurie située sur l'arrière de la caisse. Le véhicule pouvait accueillir huit soldats répartis sur deux banquettes longitudinales. Le plancher était amovible pour faciliter l'accès aux organes mécaniques situés en-dessous.

Autoprotetto S.37 de série armé d'une mitrailleuse Breda mod.37.
(crédits photo : CETEM)
Vue frontale d'un autoprotetto S.37 montrant la grille de protection du radiateur et l'écoutille du conducteur. Vue arrière d'un autoprotetto S.37 montrant l'unique portière d'accès de type écurie.
(crédits photo : CETEM)
Poste de conduite d'un autoprotetto S.37.
(crédits photo : collection Nicola Pignato)
Coupe longitudinale d'un autoprotetto S.37.
(crédits : Aldo Cumbo)

L'essence était stockée dans deux réservoirs de 100 L situés à l'arrière des banquettes et dans un réservoir de 90 L logé sur l'arrière du châssis.

Certains exemplaires étaient équipés d'un poste radio RF 3M, tandis que la version Centro Radio disposait d'un poste RF 3M et d'un poste RF 1 CA.

Installation radio d'un exemplaire équipé d'un poste émetteur/récepteur RF 3M. Installation radio de la version Centro Radio.
Autoprotetto S.37 équipé d'un poste RF 3M.
(crédits photos : CETEM)

Malgré le manque de véhicules de transport blindés pour l'infanterie, l'armée italienne préféra ne pas utiliser l'autoprotetto S.37 sur les champs de bataille d'Afrique du Nord comme prévu initialement. Cette décision était sans doute motivée par la faible protection du véhicule, qui était dépourvu de toit blindé, et par la disposition de l'armement. Le véhicule étant dépourvu de sabord, ses occupants étaient obligés de s'exposer au feu ennemi pour tirer. Pour y remédier, certains exemplaires montèrent sur la caisse des boucliers blindés avec une ouverture pour laisser passer l'arme. Dans certains cas, c'est l'ensemble du compartiment qui était rehaussé d'une superstructure percée de sabords. L'armement prévu initialement se limitait à une mitrailleuse de 8 mm montée sur une barre transversale au-dessus de la caisse blindée. Certains exemplaires furent armés de lance-flammes.

Autoprotetto S.37 équipé de boucliers blindés pour protéger les soldats engageant le tir depuis le véhicule. La photo prise au début de l'année 1943 en Yougoslavie montre l'insigne de l'unité, sans doute un bouquetin, peinte sur l'avant de la caisse.
(crédits photo : Istituto Luce)
Autoprotetti S.37 abandonnés en Dalmatie. Celui au premier plan a reçu une superstructure blindée réhaussant la caisse tandis que celui en arrière-plan est équipé de boucliers.
(crédits photo : collection Nicola Pignato)
Autoprotetto S.37 armé de lance-flammes en Slovénie en 1942.
(crédits photo : collection Luca Massacci)

Au chapitre des bons points, il faut noter que l'autonomie du véhicule était bien supérieure à ses homologues alliés (725 km contre 400 km pour le M3 White américain de 1938 et le Humber Pig anglais de 1958). Ses quatre roues motrices et directrices se révélèrent également bien utiles.

L'autoprotetto S.37 en opérations

À l'origine, l'autoprotetto S.37 devait être distribué à 90 exemplaires dans chaque division blindée. Mais les limitations évoquées plus haut le cantonnèrent dans un rôle de contre-guérilla.

Ainsi, ce transport de troupes blindé ne connut qu'un seul théâtre d'opérations, les Balkans, où il devait assurer l'escorte des convois. Il équipa le dépôt du 31° rgt. carristi de Sienne, la 955a sez. autoprotetti et la 1118a autosezione mista de la Div.ftr Macerata, la 259a sez. autoprotetti du 5° autogruppo de Trente, la 1034a sez. autoprotetti, le LXXI btg.mtc. auprès du dépôt du rgt.bers. et la 1034a sez. autoprotetti du 11° autoreparto pesante en Albanie. À la fin de l'année 1942, la dotation d'une sez. autoprotetti était de 22 véhicules. Au 30 mai 1943, 102 exemplaires de ce transport blindé étaient encore en service.

Autoprotetto S.37 participant à un exercice de débarquement depuis l'Aspromonte à Gaeta au printemps 1942.
(crédits photo : USMM)
Autoprotetto S.37 équipé d'une superstructure blindée convoyé par le rail à destination des Balkans. Autoprotetto S.37 opérant avec le 2° rgt.ftr. Re dans les Balkans.
(crédits photo : collection E. Ratti)
Autoprotetto de la 259a sez. autoprotetti escortant un convoi sur la route de Rijeka. Au second plan, on reconnaît un Citroen 45. Légionnaires du LXXXV btg. CC.NN. posant avec un autoprotetto S.37 dans le secteur de Ljubljana en 1942. On aperçoit deux fusils-mitrailleurs Breda mod.30.
(crédits photo : collection Bruno Castaldi via Paolo Crippa)
Autoprotetto S.37 escortant une colonne de la Div. Cacciatori delle Alpi sur la route de Rijeka en août 1942. Au premier plan on peut voir une ambulance sur SPA 38 R.
Autoprotetti S.37 de la 259a sez. à Čabar, au Nord de Rijeka, durant l'hiver 1942-1943.
(crédits photo : Istituto Luce)
Chargement d'un autoprotetto S.37 et d'une AB 41 sur un convoi ferroviaire en vue d'une action sur Metlika, en Slovénie. Autoprotetto S.37 du XLIV btg. territoriale à San Pietro del Carso en juillet 1943.

Après l'armistice du 8 septembre 1943, les Allemands récupérèrent 37 autoprotetti S.37, tandis que d'autres tombèrent entre les mains des partisans yougoslaves ou des unités croates. Au sein de la RSI, le gr.sqd. San Giusto fut a priori la seule unité à en être dotée. Elle en reçut deux exemplaires au printemps 1944.

Autoprotetto S.37 de la 7. SS-Freiwilligen-Gebirgs-Division dans les Balkans en 1944. Autoprotetto S.37 d'une unité allemande en révision en Yougoslavie.
(crédits photo : Bundesarchiv)
Autoprotetto S.37 capturé par les partisans yougoslaves.
Fiche technique
Longueur 4950 mm
Empattement 2500 mm
Largeur 1920 mm
Voie avant / arrière 1574 / 1574 mm
Hauteur 2130 mm
Garde au sol 380 mm
Poids à vide 4780 kg
Équipage 9
Charge utile 770 kg
Configuration d'essieux 4x4
Moteur 18 VT var.3 : 4 cylindres essence de 4053 cm3, développant 67 ch à 2500 tr/min
Vitesse maximale 52 km/h sur route
Autonomie 725 km sur route
Emport en carburant 290 L
Protection 6 à 8,5 mm
Plan 4 vues de l'autoprotetto S.37.
(crédits : Aldo Mario Feller)
À la sortie d'usine, les autoprotetti S.37 recevaient une livrée khaki saharien.
(crédits : Ruggero Calò)
Autoprotetto S.37 arborant un camouflage trois tons dans les Balkans.
(crédits : Ruggero Calò)
Le marquage des autoprotetti S.37 du gr.sqd. San Giusto comprenait des Balkenkreuzen sur les flancs et un drapeau tricolore sur l'avant de la caisse.
(crédits : Ruggero Calò)
Sources :
  • Dal TL37 all’A.S. 43, Il trattore leggero, l’autocarro sahariano, i derivati, le artiglierie, Nicola Pignato, Filippo Cappellano, GMT, 1997
  • Gli Autoveicoli da combattimento dell’ Esercito Italiano Volume secondo (1940-1945), Stato Maggiore dell’Esercito, Ufficio Storico, Nicola Pignato, Filippo Cappellano
  • I mezzi blindo-corazzati italiani 1923-1943, Dal Reparto Carri armati al Corpo d'armata corazzato, Nicola Pignato, Storia Militare, 2004
  • A century of italian armored cars, Nicola Pignato, Mattioli 1885, 2008
  • La meccanizzazione dell'esercito dalle origini al 1943, Tomo II, Lucio Ceva & Andrea Curami, USSME, 1994
  • Mezzi dell'Esercito Italiano 1935-45, Ugo Barlozzetti & Alberto Pirella, Editoriale Olimpia, 1986
  • Italian armoured vehicles 1940-1943 : A pictorial history, Luca Massacci, Roadrunner, 2013
  • Italian Armored Vehicles of World War Two, Nicola Pignato, Squadron/Signal Publications, 2004
  • …Come il diamante, I Carrisit italiani 1943-45, Sergio Corbatti & Marco Nava, Laran Éditions, 2008
  • Il gruppo corazzato « San Giusto » dal Regio Esercito alla RSI 1934-1945, Stefano Di Giusto, Laran Éditions, 2008
Pour reproduire ce véhicule :
FabricantÉchelleRéférence et désignationGalerie
Reviresco 1/72 Italian S.37 Autoprotetto armored car -
Ace 1/72 72284 Autoprotetto S.37 -
CRI.EL Model 1/35 R061 TL37 Protetto -

{jfusion_discuss 3350}

Read 4388 times Last modified on Wednesday, 13 January 2016 19:07
More in this category: « SPA Dovunque 35 blindato