Dernières mises à jour

Se connecter

vendredi, 19 mai 2017 19:37

Fiat 612 Dovunque 33

Ecrit par 
Dovunque 33 aux essais en terrain accidenté. Dovunque 33 aux essais en terrain accidenté.

Véhicule de transition entre le Fiat 611 et le Dovunque 35, le Dovunque 33 donna naissance à de nombreuses versions dérivées pour les besoins du service chimique militaire.

Développement et production

La politique de motorisation suivie par l'armée italienne au début des années 1930 prévoyait l'adoption de véhicule à roues pour le transport d'hommes et matériels et de véhicules chenillés pour le combat. En conséquence, la solution du dovunque (qui signifie littéralement "partout", ou "tout terrain" dans le contexte) expérimentée avec le Fiat 611 constituait, aux yeux de l'état-major, la solution la plus adaptée pour le transport tout terrain.

Le Fiat 612 fut conçu en 1931 comme successeur du Fiat 611 auquel furent apportées les modifications suggérées par les premiers retours d'expérience. L'adoption d'une cabine avancée permit notamment de réduire l'encombrement sans sacrifier la surface de chargement. Les tests menés sur le prototype confirmèrent l'intérêt de ce véhicule dont le premier lot fut commandé dès le début de l'année 1932. Les exemplaires de série bénéficièrent d'un moteur à la cylindrée légèrement augmentée et d'une cabine redessinée intégrant des portières. Quelques mois après sa présentation aux autorités pendant les manœuvres d'août 1932, le Fiat 612 fut adopté en tant que Dovunque 33. Les premiers exemplaires furent affectés aux régiments d'artillerie comme véhicules de commandement et de liaison au début de l'année 1933.

Le prototype du Fiat 612 devant l'usine du Lingotto, probablement en 1931.
(crédits photos : Centro Storico Fiat)
Le prototype du Fiat 612 se distinguait des exempliares de série par son pare-brise en deux éléments et l'absence de portières.
Vue latérale du prototype en 1931. Premiers essais du prototype à Turin.
(crédits photo : Centro Storico Fiat)
Essai du prototype sur terrain sableux avec les chenilles en place sur les roues arrière.

Le retard pris dans le développement du modèle perfectionné Dovunque 35 poussa les autorités militaires à poursuivre la production du Dovunque 33, avec une nouvelle commande de 100 exemplaires en 1935 et deux autres en septembre 1936 pour 110 véhicules et 91 châssis.

Présentation de l'un des premiers Dovunque 33 à Mussolini et aux autorités militaires lors des grandes manoeuvres en Ombrie en août 1932. Exemplaire de série du Dovunque 33.
Essais en terrain accidenté avec les chenilles montées sur les roues arrière.
(crédits photos : collection Aymeric Lopez)
Essais de franchissement en 1933.
Évaluation des nouveaux matériels en 1934. De gauche à droite, on reconnaît un Dovunque 33, un TL 31, deux CV 33, une Fiat 508 et deux motos.

Description technique

Le Fiat 612 reprenait la même motorisation que son prédécesseur, à savoir un Fiat type 122 B essence, ainsi que sa configuration 6x4. Le bogie arrière réunissait quatre roues jumelées sur deux ponts identiques regroupant chacun un différentiel et deux demi-essieux. La transmission était décomposée en quatre éléments : un premier arbre entre la boîte de vitesses et le différentiel du premier pont du bogie, un élément traversant ce différentiel, un second arbre reliant les deux différentiels, et un élément traversant le second différentiel pour aboutir au carter de blocage de la marche arrière.

Vue de côté d'un Dovunque 33 de série. Croquis du châssis montrant l'emplacement du réservoir principal, sur le longeron gauche derrière les roues de secours. Schéma de la transmission.

La suspension arrière était assurée par quatre ressorts à lames longitudinaux superposés deux à deux. Le train avant à roues indépendantes était suspendu par un ressort à lames transversal.

Le franchissement d'obstacles était facilité par les roues de secours montées libres sur leur axe, situées entre les roues directrices antérieures et les roues motrices postérieures. Les roues à jante à voile percé de quatre trous montaient des pneus Pirelli Artiglio 32x6'' du premier type, et les roues arrière jumelées pouvaient recevoir des chenilles pour les déplacements sur terrain sableux.

Dessin des ponts avant et arrière. Cette photo montre clairement l'utilité des roues de secours dans l'aide au franchissement. Vue arrière montrant la ridelle rabattable.

La cabine ouverte était protégée par un toit en toile imperméable soutenu par une structure repliable. Le plateau de 3,2 m de long par 1,88 m de large était fermé par des ridelles ajourées. La ridelle arrière, rabattable, disposait d'un marchepied pour permettre l'accès des passagers. Les exemplaires destinés à tracter les pièces d'artillerie étaient équipées d'un treuil d'une capacité de 3000 kg.

Poste photo-électrique

Le Dovunque 33 servit de véhicule base au poste photo-électrique de 120 cm (stazione autofotoelettrica da 120 cm) destiné à équiper les batteries antiaériennes de campagne.

Poste photo-électrique de 120 cm sur Dovunque 33 lors de sa présentation aux autorités.
Poste photo-électrique de 120 cm lors d'un défilé. Défilé de postes photo-électriques de 120 cm à Rome le 8 mai 1938.

Le plateau accueillait le projecteur Galileo monté sur un chariot à quatre roues, le pupitre de commande à distance, les quatre servants et les tourets de câbles. Le projecteur était déchargé du plateau à l'aide de deux rails en U et d'un treuil.

Vue de côté du poste photo-électrique de 120 cm bâché. Vue de côté du poste photo-électrique de 120 cm débâché. La bâche légèrement relevée laisse voir la disposition des tourets de câbles et du pupitre de commande.
Vue arrière montrant le stockage du projecteur sur le plateau. Vue de dessus montrant la disposition des rails de guidage. Déchargement du projecteur à l'aide du treuil manuel.

L'énergie électrique était fournie par un groupe électrogène constitué d'un moteur essence Carraro I.D.8 couplé à une dynamo DD.80S de 15 kW transporté sur une remorque attelée au camion.

Remorque abritant le groupe électrogène.

En 1936, l'armée hongroise fit l'acquisition de 33 exemplaires du poste photo-électrique de 120 cm.

Service chimique

Pour les besoins du SCM, le Dovunque 33 fut utilisé comme véhicule de désinfection, de pulvérisation et fumigène. En 1937, on dénombrait 67 installations fumigènes, 47 de pulvérisation et 43 de désinfection.

L'installation de désinfection mod.33 (attrezzatura bonificatrice mod.33) était constituée d'une trémie contenant 500 kg de chlorure de calcium montée à l'arrière du plateau et d'un système de distribution. Le poids de l'ensemble à vide atteignait 400 kg.

Plan 3 vues de l'installation de désinfection mod.33 sur Dovunque 33. Trémie de l'installation de désinfection montée à l'arrière du plateau d'un Dovunque 33.
(crédits photo : Archivio del Centro Tecnico Logistico Interforze NBC)

L'installation de pulvérisation mod.33 (attrezzatura irroratrice mod.33) comprenait quatre fûts type C ou D d'une capacité unitaire de 200 litres de liquide vésicant (comme le gaz moutarde), une bouteille d'air comprimée de 15 litres à 150 bar (remplacée ensuite par une bouteille de 25 litres à 200 bar) et un système d'épandage pour une masse totale de 1440 kg (dont 935 kg de gaz liquide).

Schéma de l'installation de pulvérisation mod.33. Disposition de l'installation de pulvérisation mod.33 sur le plateau d'un Dovunque 33.
(crédits photo : Archivio del Centro Tecnico Logistico Interforze NBC)

L'installation fumigène mod.33 (attrezzatura nebbiogena mod.33) comportait deux fûts type H d'une capacité unitaire de 300 litres de liquide fumigène, une bouteille d'air comprimé de 15 litres à 150 bar (puis 24 litres) et deux tubes d'épandage terminés chacun par deux buses. L'ensemble pesait 425 kg à vide et 1400 kg avec le liquide fumigène.

Schéma de l'installation fumigène mod.33. Disposition de l'installation fumigène mod.33 sur le plateau d'un Dovunque 33.
Dovunque 33 équipé de l'installation fumigène mod.33 lors d'un exercice.

Au front

Le Dovunque 33 entra pour la première fois en action au moment de la guerre d'Éthiopie, à laquelle participèrent 82 exemplaires. Ses capacités en tout terrain furent jugées excellentes mais son moteur se révéla trop peu puissant et sa conduite peu aisée.

Dovunque 33 du pl. chimico de la 6a Div.CC.NN. en Éthiopie en 1936. Dovunque 33 encadré par un poste photo-électrique sur Fiat 15 ter et par un autocannone da 75/27 CK en Éthiopie.
(crédits photo : collection Aymeric Lopez)

Pendant la guerre civile espagnole, le SCM envoya 6 Dovunque 33, 4 installations de pulvérisation et 4 installations fumigènes au CTV.

Bien que de piètre qualité, cette photo a le mérite d'illustrer la présence du Dovunque 33 en Espagne, ici lors du défilé de la victoire à Madrid en 1939.
(crédits photo : AUSSME)

Durant la seconde guerre mondiale, le Dovunque 33 servit sur le front d'Afrique du Nord.

Dovunque 33 transportant la sq. mortai da 81 du rgt. chimico. Dovunque 33 progressant sur la via Balbia durant l'hiver 1940.
(crédits photo : Archivio Centrale dello Stato)
Ravitaillement d'un Dovunque 33 en Libye à l'hiver 1940.
(crédits photo : Archivio Centrale dello Stato)
Fiche technique
Longueur 4996 mm
Empattement 2700 + 1000 mm
Largeur 2000 mm
Voie avant / arrière 1470 / 1500 mm
Hauteur 2910 mm
Garde au sol 250 mm
Poids à vide 3790 kg
Équipage 2
Charge utile 2000 kg sur route
1500 kg en tout terrain
Configuration d'essieux 6x4
Moteur Type 122 B : 6 cylindres essence de 2953 cm3, développant 46 ch à 2600 tr/min
Vitesse maximale 43,5 km/h sur route
Autonomie 280 km sur route
Emport en carburant 75 + 25 L
Profil du Dovunque 33.
Sources :
  • Gli Autoveicoli tattici e logistici del Regio Esercito Italiano fino al 1943, tomo secondo, Nicola Pignato & Filippo Cappellano, Stato Maggiore dell'Esercito, Ufficio Storico, 2005
  • Gli Autoveicoli del Regio Esercito nella Seconda Guerra Mondiale, Nicola Pignato, Storia Militare, 1998
  • Ruote in divisa, I veicoli militari italiani 1900-1987, Brizio Pignacca, Giorgio Nada Editore, 1989
  • Storia illustrata del Camion Italiano, Costantino Squassoni & Mauro Squassoni Negri, Fondazione Negri, 1996
  • Il grande libro dei camion italiani, Sergio Puttini & Giuseppe Thellung di Courtelary, Giorgio Nada Editore, 2010
  • I « Dovunque » Fiat, SPA e Breda, Nicola Pignato, T.&T. Edizioni, 2006
  • Mezzi dell'Esercito Italiano 1935-45, Ugo Barlozzetti & Alberto Pirella, Editoriale Olimpia, 1986
  • Il Servizio Chimico Militare 1923-1945, Storia, ordinamento, equipaggiamenti, Tomo I & II, Marco Montagnani, Antonio Zarcone & Filippo Cappellano, Stato Maggiore dell'Esercito, Ufficio Storico, 2011
  • Istruzione sulle stazioni fotoelettriche, Stazione autofotoelettrica da 120, Ministero della Guerra, Ispettorato del Genio, 1937

Réagissez à cet article
Pas de commentaire

Lu 1074 fois Dernière modification le vendredi, 19 mai 2017 19:51
More in this category: « SPA CL 39