Dernières mises à jour

Se connecter

samedi, 18 novembre 2017 11:23

OM Taurus

Ecrit par 
Taurus en Libye à l'été 1941. Remarquez la bande blanche d'identification peinte sur le toit de la cabine. Taurus en Libye à l'été 1941. Remarquez la bande blanche d'identification peinte sur le toit de la cabine. Archivio Centrale dello Stato

Né à la veille de la seconde guerre mondiale, le Taurus fut le camion le plus produit de la gamme OM entre 1940 et 1945 et resta sur les lignes de montage jusqu'en 1949.

Développement et description technique

Apparu en 1939, l'OM Taurus (nom latin signifiant taureau) était l'héritier de l'OM 3 BOD. Sa calandre et son capot moteur lui donnaient un air de famille avec les Titano 137 et Ursus, dont il complétait la gamme par le bas.

OM Taurus civil.
(crédits photo : Fondazione Negri)
OM Taurus civil tractant une remorque à l'usine OM de Brescia.
(crédits photo : Fondazione Negri)
Vue frontale d'un Taurus civil à l'usine de Brescia.
(crédits photo : Fondazione Negri)

Tous les composants mécaniques, à commencer par le moteur Diesel CR1D quatre cylindres en ligne, étaient produits en Italie sous licence Saurer. Le modèle de base était le Saurer 2 CR1D.

D'architecture classique avec sa cabine à capot, le Taurus affichait la consommation la plus basse des camions Diesel de sa catégorie, à savoir 12,1 litres aux 100 km. L'embrayage monodisque à sec attaquait la boîte à cinq rapports plus marche arrière. Le pont arrière accueillait le différentiel et le couple conique. La suspension était assurée par des ressorts à lames semi-elliptiques, associés à des amortisseurs hydrauliques à l'avant. Les freins à tambours étaient actionnés par une pédale par le biais d'un servofrein pneumatique.

Le plateau en bois à ridelles arrière et latérales rabattables mesurait 4 m de long pour 2 m de large et 65 cm de haut. Le camion pouvait tracter une remorque d'une masse maximale de 6500 kg.

Moteur CR1D prêt à être remonté après révision.
(crédits photo : Fondazione Negri)
La cabine du Taurus restait assez spartiate.
(crédits photo : Fondazione Negri)

En vue de commandes importantes de l'armée italienne, OM décida d'internaliser une partie de la production des cabines et des plateaux, auparavant confiée exclusivement à des carrossiers externes. Malgré tout, en plus des cabines OM, des carrossiers comme Esperia, Angelo Orlandi ou Vicenzo Orlandi habillèrent également le Taurus.

Châssis de Taurus chargés sur un train en gare de Borgo San Giovanni à Brescia à destination des carrossiers extérieurs en 1939.
(crédits photo : collection Aymeric Lopez)
Taurus civil à carrosserie de série tractant une remorque Ardito réalisée par Vincenzo Orlandi.
(crédits photo : Fondazione Negri)
Taurus civil carrossé par Angelo Orlandi.
(crédits photo : Fondazione Negri)
Taurus civil à empattement long carrossé par Angelo Orlandi en 1946.
(crédits photo : Fondazione Negri)
Taurus civil à carrosserie Esperia.
(crédits photo : Fondazione Negri)
Taurus civil carrossé par Esperia durant l'après-guerre.
(crédits photo : Fondazione Negri)

Version militaire

La version militaire du Taurus se distinguait par un plateau à ridelles latérales fixes, l'ajout de phares à l'acétylène de part et d'autre de la cabine et l'absence de vitres sur les portières, remplacées par une toile imperméable percée d'une fenêtre en plexiglas.

OM Taurus présenté au CSM. Il est doté de phares à l'acétylène mais conserve les vitres sur les portières. Vue de face d'un Taurus militaire. Remarquez les phares à l'acétylène et les toiles sur les portières.
(crédits photo : Fondazione Negri)
Vue de côté d'un Taurus militaire bâché.
(crédits photo : Fondazione Negri)
Vue de côté d'un Taurus militaire. Remarquez les ridelles latérales fixes.
(crédits photo : Fondazione Negri)

Le Taurus faisant partie des camions unifiés, l'armée réquisitionna de nombreux exemplaires civils qui conservèrent leurs signes distinctifs.

Taurus civil réquisitionné.
(crédits photo : Fondazione Negri)
Taurus civil réquisitionné photographié le 15 juillet 1942.
(crédits photo : collection Aymeric Lopez)

Carburants alternatifs

Le Taurus fut également proposé avec un moteur à essence type C1R de cylindrée identique à celle du Diesel entre 1940 et 1944.

Des prototypes utilisant des carburants « autarciques » comme le méthane et le gazogène furent testés.

Version expérimentale au méthane d'un Taurus militaire.
(crédits photo : Fondazione Negri)
Détail de la disposition des bouteilles de méthane.
(crédits photo : Fondazione Negri)
Semi-remorque expérimental au gazogène testé par l'Uffico trasporti après guerre.
(crédits photo : Fondazione Negri)

Autobus

Le châssis du Taurus servit de base à la réalisation d'autobus et autocars carrossés par Esperia, Vincenzo Orlandi ou Luigi dalla Via. Leur diffusion resta limitée du fait de la concurrence du Fiat 626.

Autobus sur base de Taurus exploité par les autoservizi Ribi à Gorizia.
(crédits photo : Fondazione Negri)
Autobus sur châssis Taurus carrossé par Dalla Via employé par la società autoindustriale friulana sur la ligne Udine-Tolmezzo.
(crédits photo : Fondazione Negri)
Autobus sur châssis Taurus carrossé par Esperia en 1941.
(crédits photo : Fondazione Negri)

Véhicule de déminage

La version la plus originale du Taurus est sans doute celle de déminage (sminatore en italien). Le bobinage était supporté par un cadre tubulaire ancré par deux charnières sur le pare-choc et déployable à l'avant du véhicule.

Taurus démineur testé en Afrique du Nord.

Production et carrière

Le Taurus fut le camion le plus produit par OM au cours de la seconde guerre mondiale, et il resta sur les lignes d'assemblage pendant près de 10 ans. Considéré comme l'un des meilleurs camions de type unificato produit pour l'Esercito, il se démontrant particulièrement bien adapté au front d'Afrique du Nord. Certains exemplaires, notamment dans les Balkans, furent équipés de plaques de blindage.

Taurus dans le secteur du Petit Saint-Bernard en juin 1940.
(crédits photo : Archivio Centrale dello Stato)
Mécanicien posant devant un Taurus à Canale d'Alba le 12 juillet 1940.
(crédits photo : collection Aymeric Lopez)
Photo souvenir sur un Taurus à Eboli le 12 août 1940.
(crédits photo : collection Aymeric Lopez)
Colonne de Taurus en Libye à l'été 1941.
(crédits photo : Archivio Centrale dello Stato)
Taurus armé d'un canon de 20 mm en Afrique du Nord à l'automne 1941.
(crédits photo : Archivio Centrale dello Stato)
Déchargement d'une motozattera sur la côte égyptienne à l'été 1942.
(crédits photo : Archivio Centrale dello Stato)
Taurus franchissant un pont sur le front greco-albanais en novembre 1940.
(crédits photo : Archivio Centrale dello Stato)
Taurus accidenté dans les Balkans. Taurus pourvu d'un blindage artisanal dans les Balkans.
Taurus transportant des alpini sur le front russe.
(crédits photo : collection A. Scolari)
Taurus d'origine civile servant dans la division Torino sur le front russe à l'été 1941.
(crédits photo : Archivio Centrale dello Stato)
Taurus progressant sur le front russe à l'été 1942.
(crédits photo : Archivio Centrale dello Stato)

En 1944, le Taurus fut décliné en tracteur combiné avec une remorque Astore à un essieu réalisée par Vincenzo Orlandi pour la Wehrmacht. Par ailleurs, l'armée allemande fit l'acquisition de 2305 camions Taurus entre janvier 1944 et janvier 1945. Certaines unités de la RSI furent également équipées de Taurus, comme le gr.cr. Leonessa de la GNR ou le rgt.alp. Tagliamento.

Semi-remorques composés d'un tracteur Taurus et d'une remorque Astore en 1944.
(crédits photo : Fondazione Negri)
Taurus réquisitonné par la Wehrmacht. Taurus servant dans l'organisation Todt.
Taurus du gr.cr. Leonessa de la GNR défilant à Turin le 23 mai 1944.
(crédits photos : collection Paolo Crippa)
Taurus du rgt.alp. Tagliamento escortant un convoi en Val Baccia.
(crédits photo : Associazione Reduci Rgt. Tagliamento)

Après la fin du conflit, le Taurus resta en service dans l'Esercito et équipa en 1950 le Corpo di Sicurezza italiano en Somalie.

Taurus en service dans l'armée italienne après guerre. Taurus défilant à Rome après guerre.
(crédits photo : collection Aymeric Lopez)

En 1948, une seconde version du Taurus fut mise en production, caractérisée par une longueur et une largeur augmentées, tout en conservant une mécanique identique. Elle était homologuée pour tracter des remorques de 9200 kg.

En 1949, le Taurus adopta une cabine avancée aux formes arrondies pour devenir le Taurus 340.

Fiche technique
 Taurus DieselTaurus essence
Longueur 5820 mm 5820 mm
Empattement 3800 mm 3800 mm
Largeur 2070 mm 2070 mm
Voie avant / arrière 1600 / 1640 mm 1600 / 1640 mm
Hauteur 2665 mm (avec bâche) 2665 mm (avec bâche)
Garde au sol 225 mm 225 mm
Poids à vide 3680 kg 3680 kg
Équipage 2 2
Charge utile 2820 kg 2820 kg
Configuration d'essieux 4x2 4x2
Moteur Type CR1D : 4 cylindres Diesel de 5320 cm3, développant 67 ch à 1800 tr/min Type C1R : 4 cylindres essence de 5320 cm3, développant 72 ch à 2000 tr/min
Vitesse maximale 62,3 km/h sur route -
Autonomie 485 km sur route -
Emport en carburant 65 L -
Sources :
  • Gli Autoveicoli tattici e logistici del Regio Esercito Italiano fino al 1943, tomo secondo, Nicola Pignato & Filippo Cappellano, Stato Maggiore dell'Esercito, Ufficio Storico, 2005
  • Gli Autoveicoli da combattimento dell’Esercito Italiano, Volume secondo (1940-1945), Nicola Pignato & Filippo Cappellano, Stato Maggiore dell’Esercito, Ufficio Storico, 2002
  • Gli Autoveicoli del Regio Esercito nella Seconda Guerra Mondiale, Nicola Pignato, Storia Militare, 1998
  • Ruote in divisa, I veicoli militari italiani 1900-1987, Brizio Pignacca, Giorgio Nada Editore, 1989
  • Semicingolati, motoveicoli e veicoli speciali del Regio Esercito Italiano 1919/1943, Giulio Benussi, Intergest, 1976
  • Immagini ed evoluzione del corpo automobilistico, Volume II (1940-1945), Valido Capodarca, Comando traporti e materiali dell'esercito, 1995
  • Storia illustrata del Camion Italiano, Costantino Squassoni & Mauro Squassoni Negri, Fondazione Negri, 1996
  • Il grande libro dei camion italiani, Sergio Puttini & Giuseppe Thellung di Courtelary, Giorgio Nada Editore, 2010
  • V. Orlandi, dal 1859 il traino dell'autotrasporto, Costantino Squassoni & Mauro Squassoni Negri, Fondazione Negri, 2000
  • OM, I camion, Massimo Condolo, Fondazione Negri, 2016
  • OM, Una storia nella storia..., Costantino Squassoni & Mauro Squassoni Negri, Edizioni Negri, 1991
  • Storia illustrata dell'Autobus Italiano, Massimo Condolo, Fondazione Negri, 2010
  • Carrozzeria Luigi dalla Via, Cento anni di autobus costruiti a Schio, Massimo Condolo, Fondazione Negri, 2004
  • Navi e automobili, Quasi una storia di mare, Guglielmo Evangelista, 2017
  • L'Italia è piccola ? Storia dei trasporti italiani volume 40°, Terre d'oltremare volume quinto, Francesco Ogliari, Cavallotti Editori, 1981
  • …Come il diamante, I Carrisit italiani 1943-45, Sergio Corbatti & Marco Nava, Laran Éditions, 2008
  • Italia 43-45, I blindati di circostanza della Guerra Civile, Paolo Crippa, Mezzi Corazzati, TankMasterSpecial issue 04, 2014
  • Les camions OM, Première partie, Des origines à 1939, Jean-François Colombet, Charge Utile n°292, 2017
  • Il fratello minore del bisonte, Massimo Condolo, Ruoteclassiche n°171, 2003
  • Taurus, Catalogo parti di ricambio, IV edizione, OM Società per Azioni, 1949

Réagissez à cet article
Pas de commentaire

Lu 728 fois Dernière modification le samedi, 18 novembre 2017 11:36
More in this category: « Fiat 634