Dernières mises à jour

Se connecter

samedi, 10 mars 2018 11:03

Camionetta AS 42 Sahariana

Ecrit par 
AS 42 du rgpt. sahariano dans le secteur d'Enfidaville en 1943. Elle est armée d'un canon Breda de 20/65 et d'une mitrailleuse Vickers de 7,7 mm. AS 42 du rgpt. sahariano dans le secteur d'Enfidaville en 1943. Elle est armée d'un canon Breda de 20/65 et d'une mitrailleuse Vickers de 7,7 mm.

La camionnette AS 42 fut la première véritable réponse de l'industrie italienne au besoin qu'avaient les troupes combattant en Afrique du Nord de posséder un véhicule léger, bien armé et à grand rayon d'action capable de frapper derrière les lignes ennemies, à l'image des LRDG britanniques.

Développement et production

Au cours des deux premières années de guerre en Afrique du Nord, le Regio Esercito avait dû se débrouiller avec des véhicules standards modifiés par des ateliers de campagne, comme le camion saharien AS 37 ou des véhicules pris à l'ennemi, faute de moyen adéquat pour frapper vite et fort loin sur les arrières de l'ennemi.

Il fallut attendre 1942 pour qu'un tel véhicule soit mis à l'étude conjointement par les sociétés SPA pour la partie mécanique et Viberti pour la carrosserie. Le prototype présenté le 9 juillet 1942 était basé sur le châssis de l'automitrailleuse AB 40/41, dont le poste de conduite arrière avait été supprimé. Le nouveau véhicule, à la silhouette très basse, comprenait un vaste espace central recevant le poste de conduite et l'armement, qui variait d'une camionnette à l'autre. Le prototype était très proche du modèle de série, dont il ne se différenciait que par l'absence des marchepieds sur les garde-boue, l'avertisseur sonore placé sur le garde-boue avant droit, les deux pelles placées de part et d'autre de la roue de secours sur la plage avant et l'absence d'armement.

Le prototype de la camionetta desertica mod.42 présenté en juillet 1942.
Le prototype muni d'une capote repliable et d'une pare-brise bâché. Vue de 3/4 arrière du prototype privé de plaque d'immatriculation.
(crédits photo : collection Claudio Pergher)

La production de la camionetta desertica mod.42 (autre dénomination de l'AS 42, abréviation d'Automezzo Speciale 42) débuta en août 1942, bien que le modèle ne soit homologué que le 1er décembre. Les chiffres de production divergent notablement entre les sources militaires et celles des industriels. En s'attachant aux sources militaires qui semblent plus fiables, entre 120 et 140 exemplaires d'AS 42 auraient été commandés, une centaine effectivement produits et environ 80 distribués aux unités.

AS 42 tipo I de série encore privée de son armement. Remarquez les tracteurs SPA TM 40 au second plan.
(crédits photos : Museo Storico Italiano della Guerra)
AS 42 tipo I de série. L'affût central est destiné à recevoir l'armement principal.
(crédits photo : collection Aymeric Lopez)
AS 42 tipo I bâchée. On remarquera les rétroviseurs montés à l'envers...
(crédits photos : Museo Storico Italiano della Guerra)

Description technique

La camionnette AS 42 reprenait pour l'essentiel la disposition de l'automitrailleuse AB 40/41, avec un moteur essence à l'arrière et un châssis basé sur deux longerons en U espacés de 60 cm recevant les suspensions indépendantes des quatre roues. Par rapport au châssis de l'AB 40/41, celui de la camionnette, outre la suppression du poste conduite arrière, était dépourvu de la direction et de la traction sur le train arrière. La suppression de la direction sur les roues arrière, inutile dans les grands espaces désertiques d'Afrique du Nord, est confirmée par le rapport d'essais du CSM indiquant un rayon de giration de 10,8 m, contre les 5,5 à 5,8 m de l'AB 40/41. En ce qui concerne la suppression des arbres de transmission vers les roues arrière, elle n'est pas visible sur les images à disposition, la carrosserie descendant sous le niveau du châssis.

Pour assurer à l'AS 42 une autonomie suffisante, les réservoirs internes, d'une capacité totale de 145 L d'essence, étaient complétés par 20 jerrycans embarqués dans des casiers sur les flancs de la carrosserie. Les garde-boue avant accueillaient quatre jerrycans contenant les réserves d'eau.

L'équipage de quatre hommes comprenait le conducteur assis au centre sur l'avant de l'habitacle et trois servants prenant place sur des strapontins contre les parois latérales, deux à droite et un à gauche.

Habitacle du prototype avec la paroi de séparation du compartiment moteur retirée.
(crédits photo : collection Claudio Pergher)
Vue de l'habitacle du prototype montrant le poste du conducteur en position centrale à l'avant.
(crédits photo : collection Claudio Pergher)

La Sahariana pouvait recevoir un armement très varié, qui consistait, pour l'artillerie principale, en un canon Breda de 20/65, un fusil antichar Solothurn S 18-1100 de 20 mm ou un canon antichar de 47/32. L'affût positionné au centre de l'habitacle offrait un champs de battage de 360°. L'armement secondaire comptait deux ou trois mitrailleuses, généralement des Breda mod.37 de 8 mm, parfois des Breda mod.38 ou des mitrailleuses capturées à l'ennemi.

AS 42 tipo I armée d'un fusil antichar Solothurn et d'une mitrailleuse Breda mod.37.
(crédits photo : CETEM)
AS 42 tipo I armée d'un fusil antichar Solothurn et d'une mitrailleuse Breda mod.37 devant la Farnesina à Rome.

Les roues à jante type artillerie en acier moulé montaient des pneus Pirelli de type Libia de 9,75x24'', Sigillo Verde ou Raiflex. Tous ces modèles avaient une section plus large que ceux montés sur les automitrailleuses, garantissant un excellent comportement en tout terrain. La roue de secours était montée sur la plage avant.

AS 42 tipo I dotée de pneus Pirelli type Libia et privée de roue de secours.

Au printemps 1943, avec la perte de l'Afrique du Nord, Viberti développa une nouvelle version de la l'AS 42, désignée tipo II ou, officieusement, metropolitana. Elle se distinguait de la version précédente par la suppression de la rangée supérieur de casiers destinés aux jerrycans d'essence, remplacée par un coffre métallique pouvant contenir des jerrycans ou des munitions, et par l'adoption de pneus Pirelli Artiglio de 11,5x24''. Au premier semestre 1943, l'une des AS 42 tipo II reçut un poste radio RN 5.

AS 42 tipo II ou metropolitana dotée de pneus Artiglio. AS 42 tipo II équipée d'une radio RN 5.
(crédits photo : Museo del Genio)

Au front

Les huit premiers exemplaires de l'AS 42 gagnèrent la Libye en novembre 1942 et furent affectés au rgpt. sahariano. Au 1er janvier 1943, au moment de l'évacuation du Sahara, le rgpt. sahariano comptait 18 AS 42 chargées de couvrir la retraite des troupes de l'Axe vers la Tunisie. L'unité fut ensuite encadrée dans la 1a A. de Giovanni Messe et combattit sur le front tunisien, la dernière camionnette étant sabotée par son équipage quelques heures avant la reddition italienne. Fin janvier 1943, la 103a cp. camionettisti appartenant au I btg. du 10° rgt. arditi gagna à son tour la Tunisie avec un effectif réduit de 12 AS 42. Bien que les camionnettes ne furent pas engagées dans le rôle pour lequel elles avaient été conçues, l'unité eut de nombreuses occasions de confirmer les excellentes prestations des AS 42 jusqu'à la reddition du 13 mai 1943, parvenant à rétablir des situations très compromises.

AS 42 du rgpt. sahariano en Libye en novembre 1942. AS 42 armée d'un canon Breda de 20/65 dans le désert libyen. AS 42 armée d'un canon de 47/32 en action en Afrique du Nord. Remarquez le drapeau peint sur le capot moteur.
(crédits photo : collection Claudio Pergher)
AS 42 armée d'un canon Breda de 20/65 et d'une mitrailleuse Vickers capturée.
(crédits photo : Museo Storico Italiano della Guerra)
Autre exemple d'AS 42 utilisant une mitrailleuse Vickers en armement secondaire avec une Breda mod.38 et un fusil antichar Solothurn en armement principal. AS 42 du rgpt. sahariano franchissant un rideau de barbelés.
Équipage d'une AS 42 retirant la housse de protection du canon de 47/32 sur le front tunisien en 1943.
(crédits photo : collection Daniele Guglielmi)
AS 42 du rgpt. sahariano dans le désert libyen le 13 janvier 1943.
(crédits photo : Istituto Luce)
AS 42 sur le front tunisien en mars 1943. Le premier véhicule est armé d'un canon Breda de 20/65 et le second d'un canon de 47/32.
(crédits photo : collection Enrico Finazzer)
AS 42 du rgpt. sahariano armée d'un fusil Solothurn et d'une mitrailleuse Breda mod.37. Remarquez la camionnette AS 37 au second plan.
(crédits photo : collection Claudio Pergher)
Patrouille d'AS 42 du rgpt. sahariano. AS 42 du 10° rgt. arditi au printemps 1943. Le lieu n'est pas identifié avec certitude.
(crédits photo : collection Lorenzo Bovi)

En Sicile, 18 exemplaires de la 113a cp. du II btg. du 10° rgt. arditi participèrent aux combats contre les Alliés entre juillet et août 1943, en se distinguant notamment dans l'action du pont de Primosole dans la nuit du 14 au 15 juillet qui entraîna la perte de quatre AS 42 sur les six engagées mais permit de maintenir le contrôle du pont contre les troupes anglaises. Le 13 août, les 13 camionnettes opérationnelles furent rapatriées en métropole.

AS 42 de la 113a cp. détruite par les Anglais durant l'action du pont de Primosole dans la nuit du 14 au 15 juillet 1943.
(crédits photo : collection Lorenzo Bovi)

Au moment de l'armistice, le btg. d'assalto motorizzato, qui avait reçut 24 AS 42 tipo II en août 1943, participa à la défense de Rome contre les troupes allemandes les 9 et 10 septembre 1943.

AS 42 tipo II du btg. d'assalto motorizzato dans le secteur de Porta San Paolo à Rome le 9 septembre 1943.

Dès le 18 septembre, un petit groupe de 46 arditi camionettisti du 10° rgt. arditi, dont un bon nombre du II btg. stationnée à Santa Severa, près de Rome, et commandé par le cap. Paolo Paris, décida de poursuivre le combat aux côtés des Allemands. Ils se joignirent à la 2. Fallschirmjäger-Division à Rome avec des parachutistes de la Div. Ciclone alors en formation et des GG.FF., pour un total de 300 hommes environ. Ils furent divisés en deux unités, dont une regroupant les arditi avec 6 à 9 camionnettes AS 42, placée sous les ordres du cap. Paris. Après un bref entraînement sur les monts Albains, l'unité suivit la division allemande sur le front ukrainien en novembre, par voie ferrée. Les quatre patrouilles furent réparties dans autant de compagnies de la 2. Fallschirmjäger-Division et utilisées comme unités de reconnaissance. Les soldats Italiens conservèrent dans un premier temps leur uniforme avant d'adopter l'uniforme allemand au début de l'année 1944, tout en conservant des insignes italiens. En mars 1944, les dernières camionnettes furent perdues lors du replis de la division en Roumanie.

AS 42 du 10° rgt. arditi arborant les portraits d'Ettore Muti et de Mussolini à Rome, via del Corso, peu après l'armisitice du 8 septembre 1943. AS 42 tipo II du 10° rgt. arditi à l'entraînement dans les monts Albains entre septembre et octobre 1943.
(crédits photos : collection Daniele Guglielmi)
AS 42 du gr. Paris encadré dans la 2. Fallschirmjäger-Division en Ukraine pendant l'hiver 1943-1944. AS 42 tipo II du gr. Paris traversant un village ukrainien en mars 1944.

En septembre 1943, la PAI fut incorporée à la GNR et reçut en octobre 10 camionnettes AS 42 ayant appartenu au btg. d'assalto motorizzato. Elles étaient probablement stationnées dans la caserne de la via del Boccaccio à Rome. Elles servirent au maintien de l'ordre publique dans la capitale jusqu'en juin 1944. Au soir du 4 juin, l'une d'elles fut détruite par un char Stuart américain à l'angle de via XXIV Maggio et via Nazionale, entraînant la mort des quatre hommes d'équipage.

AS 42 tipo II de la PAI et L 3 de la PP.SS. utilisés pour mater la révolte de la prison Regina Coeli à Rome le 8 octobre 1943. AS 42 de la PAI à l'angle de via del Tritone et via dei Maroniti à Rome le 23 mars 1944.
(crédits photo : Istituto Panzarasa)
AS 42 de la PAI détruite par un Stuart américain objet de la curiosité des passants via Nazionale, à Rome, le 5 juin 1944.
(crédits photo : collection Daniele Guglielmi)

Après la guerre, 11 AS 42 légèrement modifiées (suppression des supports de jerrycans sur les garde-boue avant, ajout d'une sirène et adoption d'une radio R19) opérèrent au sein du XX Reparto Mobile di PP.SS. jusque dans les années 1950.

AS 42 de la Polizia di Stato après guerre.
(crédits photo : collection Zuliani)
AS 42 du II gr. mobile PP.SS. défilant à Rome le 7 octobre 1951.
(crédits photo : collection Zuliani)
AS 42 du XX Reparto Mobile di PP.SS. défilant à Rome le 18 octobre 1952.
Fiche technique
Longueur 5626 mm
Empattement 3200 mm
Largeur 2260 mm
Voie avant / arrière 1634 / 1634 mm
Hauteur 1800 mm
Garde au sol 350 mm
Poids en ordre de combat 6000 kg
Équipage 4
Moteur SPA ABM 3 : 6 cylindres essence de 4995 cm3, développant 100 ch à 2700 tr/min
Vitesse maximale 84 km/h sur route
50 km/h en tout terrain
Autonomie 1400 km sur route
Emport en carburant 145 L + 20x20 L
Armement 1 fusil antichar Solothurn de 20 mm
ou 1 canon Breda de 20/65
ou 1 canon de 47/32
1 à 3 mitrailleuses Breda mod.37 de 8 mm
Plan 4 vues Viberti de la camionnette AS 42 tipo I daté du 4 juin 1942. Plan 4 vues de la camionnette AS 42 tipo II armée d'un canon Breda de 20/65. AS 42 tipo I du rgpt. sahariano armée d'un canon de 47/32.
(crédits : Ruggero Calò, GMT)
AS 42 tipo II du btg. d'assalto motorizzato à Rome en septembre 1943.
(crédits : Ruggero Calò, GMT)
AS 42 tipo II du gr. Paris en Ukraine pendant l'hiver 1943-1944.
(crédits : Ruggero Calò, GMT)
AS 42 tipo II du XX Reparto Mobile di PP.SS.
(crédits : Ruggero Calò, GMT)
Sources :
  • Gli Autoveicoli da combattimento dell’Esercito Italiano, Volume secondo (1940-1945), Nicola Pignato & Filippo Cappellano, Stato Maggiore dell’Esercito, Ufficio Storico, 2002
  • Gli autoveicoli da combattimento dell'Esercito Italiano, Volume terzo (1945-1955), Nicola Pignato & Filippo Cappellano, Stato Maggiore dell'Esercito, Ufficio Storico, 2007
  • I mezzi blindo-corazzati italiani 1923-1943, Nicola Pignato, Storia Militare, 2005
  • La meccanizzazione dell'Esercito fino al 1943, tomo II, Lucio Ceva & Andrea Curami, Stato Maggiore dell'Esercito, Ufficio Storico, 1994
  • Le camionette del Regio Esercito, Fiat-SPA AS/37, SPA-Viberti AS/42, Fiat-SPA AS/43, Desertica 43, I reparti che le impiegarono, Enrico Finazzer & Luigi Carretta, GMT, 2014
  • « Batterie volanti », Autocannoni e artiglierie portate italiane (1915-1943), Filippo Cappellano, Storia Militare n°13, 2014
  • Italian Truck-Mounted Artillery in Action, Squadron Signal Publications, Ralph Riccio & Nicola Pignato, 2010
  • A century of Italian armored cars, Nicola Pignato, Mattioli 1885, 2008
  • Storia della PAI, Polizia Africa Italiana 1936-1945, Raffaele Girlando, Italia Editrice New, 2003
  • Mezzi dell'Esercito Italiano 1935-45, Ugo Barlozzetti & Alberto Pirella, Editoriale Olimpia, 1986
  • Italian army elite units & special forces 1940-43, Piero Crociani & Pier Paolo Battistelli, Osprey Publishing, 2011
  • …Come il diamante, I Carristi italiani 1943-45, Sergio Corbatti & Marco Nava, Laran Éditions, 2008
  • I mezzi corazzati italiani della guerra civile 1943-1945, Paolo Crippa, TankMasterSpecial n°05, 2015
  • I reparti corazzati della Repubblica Sociale Italiana 1943/1945, Paolo Crippa, Marvia Edizioni, 2006
  • Les camionnettes armées italiennes, Daniele Guglielmi, 39-45 Magazine n°238, 2006
  • Le camionette del Regio Esercito 1942-1945, Luigi Carretta & Enrico Finazzer, Storia Militare n°263, 2015
Pour reproduire ce véhicule :
FabricantÉchelleRéférence et désignationGalerie
Il Principe Nero 1/72 72008 Camionetta SPA Viberti AS42 Sahariana -
Italeri 1/72 7044 Camionetta AS 42 Sahariana -
Italeri 1/35 6452 Camionetta AS42 Sahariana -
Italeri 1/35 6455 ABM 41/42 with 47/32 AT gun -
Italeri 1/35 6530 AS 42 Sahariana -
CRI.EL Model 1/35 R078 SPA Viberti mod.42 Sahariana armamento Solothurn -
CRI.EL Model 1/35 R079 SPA Viberti mod.42 Sahariana armamento cannone da 47/32 -
CRI.EL Model 1/35 R080 SPA Viberti mod.42 Sahariana armamento Breda 20 mm -

Réagissez à cet article
Re: Camionetta AS 42 Sahariana -- aymeric
Sunday, 27 May 2018 15:29
Les 3 dernières photos de l'article montrent des AS 42 utilisés après-guerre, ils étaient en effet peint en rouge brique, couleur des véhicules de la police italienne à l'époque (amaranto polizia), jusqu'à l'adoption du grigioverde en 1961.
Re: Camionetta AS 42 Sahariana -- enzo
Tuesday, 22 May 2018 11:48
Ciao personne n'aurait une photo des modèles d’après guerres ? je crois qu elles étaient couleur rouge !

Lu 2025 fois Dernière modification le samedi, 10 mars 2018 17:25

Sujets associés